Buzz, fake news et addiction aux réseaux sociaux (1/2)

b619c031fa569f085bf6390b1d2cab53.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'actualité en pays de Fayence est riche en buzz, fake news, flux d'informations en tous genres.  Chacun (moi compris) veut capter l'attention de tout le monde le plus  possible et  en permanence, à propos d'évènements, de rencontres, de choses qui se passent ici et là. Ce n'est pas nouveau, car c'est une caractéristique de notre espèce que de communiquer et d'échanger  entre nous pour agir efficacement afin de vivre, se nourrir et nous reproduire.

Mais les moyens dont nous disposons aujourd'hui pour communiquer et échanger, sont sans commune mesure avec ce qui existait avant. Et cela ne date que de moins de 20 ans dans l'histoire de notre évolution culturelle et technique, commencée à la fin du 18è siècle par la révolution industrielle en Angleterre. Jusqu'en 1800, la croissance de la population et de l'économie avaient été très faibles; on l'estime à moins de 0.4% par an cf. Angus Madison (2); en 1800 on se déplaçait en Europe à la même vitesse que les Romains, deux millénaires avant.

La croissance de la population et de l'économie a commencé à s'accélérer au cours du 19è siècle - on l'estime à 1.4% par an; ce fut d'abord l'ère du charbon, de l'acier, de la machine à vapeur, du rail et du chemin de fer 1800-1870. Ce  fut ensuite l'ère de l'électricité, du pétrole, du moteur à explosion, de l'automobile et de l'utilisation des métaux non ferreux - Plomb, Zinc, Cuivre et Aluminium, 1870-1945. Ensuite ce fut l'ère de l'électronique, de la pétrochimie et des plastiques, de l'énergie nucléaire, de l'aviation à réaction et de l'aérospatiale 1945-2000. Nous sommes aujourd'hui dans un 4è cycle: l'ère des  techniques de l'information et de la communication TIC, les bio technologies, les énergies renouvelables 2000-?.

Chacun de ces cycles se déroule lorsqu'une découverte majeure est acceptée et se répand dans le monde, avec une période de croissance rapide, puis une saturation, suivie d'un ralentissement et d'un déclin ou récession jusqu'à ce qu'apparaisse une nouvelle technologie qui relance une nouvelle ère de croissance. Cette  théorie des cycles est bien expliquée en (3) dans la lignée des cycles de Kondratiev et de la destruction créatrice de Schumpeter, comme  illustrée ci-dessous:

Population et espérance de vie:

En dehors de la nourriture, du vêtement, du logement et de la mobilité, une grande partie de l'activité humaine a toujours  été consacrée à la santé: à l'éradication des maladies pour ne pas mourir ou  retarder la mort le plus possible. Après avoir réduit la mortalité infantile, puis les maladies infectieuses, on est en passe de gagner la bataille contre les maladies cardio vasculaires; la médecine se concentre aujourd'hui  sur les cancers;  demain ce sera contre les maladies neuro-végétatives;  et, de progès en progrès, on peut penser que nous atteindrons l'espérance de vie considérée aujourd'hui comme le maximum de notre espèce:  120 ans (1). Mais  pourquoi pas plus, si par des manipulations génétiques on accélèrerait le processus de l'évolution darwinien: c'est le point de vue de Laurent Alexandre et du transhumanisme: voir son débat avec Jacques Testart (4).

Plus:

  1. L'espérance de vie va-t-elle continuer d'augmenter? et jusqu'où?
  2. The Contours of World Development during the second millenium | Angus Madison OCDE 2000
  3. Théorie des cycles: Révolutions technologiques et transitions sociétales
  4. Laurent Alexandre et Jacques Testart: débattent sur le transhumanisme

Alors j'en reviens au titre de ma réflexion "Buzz, fake news et addiction aux réseaux sociaux" en pays de Fayence. La suite ici.

Je commenterai le buzz à propos de la station d'essence SuperU à Fayence, la polémique de la maison du lac, l'Union économique nouveau jus, et surtout le bulletin cantonal No 25 avril 2018 du conseiller départemental qui vient de me parvenir, avec une lettre d'envoi du 23 mai 2018. Ce bulletin est entièrement consacré au pays de Fayence - seulement - avec de belles polémiques.