2019 une année cruciale pour E2S et son avenir

3ce9406212867dc7bf4265f7215990a5.png

Je remercie le conseil d'administration d'E2S de m'avoir co-opté  comme censeur lors de l'AG du 13 décembre 2018. L'année 2019 va être l'année décisive  pour son avenir - j'espère sa continuation. C'est dans cette perspective que je veux exercer mes fonctions de censeur et vous propose l'étude qui suit: une étude de valeur économique et sociale.

Historique

Vous connaissez l'historique, mais il est bon de la rappeler pour des lecteurs moins informés. E2S est une société d'économie mixte SEM-E2S créée en 1993  à l'initiative du département du Var pour une durée de 25 ans. Objet: exploiter les sources de la Siagnole et  fournir de l'eau pour la consommation humaine, aux communes du canton de Fayence et du littoral -  historiquement Fréjus et l'aqueduc romain remis en service en 1891;  aujourd'hui la CAVEM et le SEVE à qui la CAVEM a délégué le service de l'eau. Le capital de la SEM-E2S est 60% public (*) , 40% privé; le partenaire privé choisi en 1993 fut Veolia, anciennement compagnie générale des eaux.   Dans la structure actuelle depuis 1993, SEM-E2S produit l'eau à partir des sources de la Siagnole et la distribue via un réseau de conduites aux réservoirs des communes - ses clients . Les communes potabilisent l'eau  par chloration dans leurs réservoirs et la distribuent à leurs habitants via leurs réseaux communaux.
(*) 52% le département qui est le propriétaire des sources et 8% le pays de Fayence, SIVOM avant, Communauté de Communes  aujourd'hui.

Les deux activités production d'eau brute et distribution  d'eau aux  communes d'une part, et  d'autre part production et distribution d'eau potable par les communes à leurs habitants, sont donc séparées depuis la création de la SEM-E2S.  Pour des raisons  liéées à l'exploitation de la SEM-E2S,  4 forages hors sources ont été creusés dans la plaine de Fayence, pour accroitre la capacité de production et suppléer les sources lors des périodes de faible pluviomètrie notamment en été.

Le contrat de la SEM-E2S vient à échéance le 31/12/2018 mais aucune solution n'a été trouvée pour son remplacement. La communauté de communes du pays de Fayence CCPF deviendra en 2020 compétente pour la distribution de l'eau en application de la loi NOTRe.  C'est à ce titre que la CCPF souhaite  la liquidation de la SEM-E2S, le transfert de la propriété des sources du département et l'exploitation de la production et de la distribution de l'eau en régie intercommunale donc en fusionnant les deux fonctions séparées jusqu'à présent. La CCPF souhaite ainsi mettre la main sur les marges bénéficiaires de la SEM-E2S afin de les utiliser pour les réseaux communaux. Sans investissements pendant 15-20 ans, la production d'eau brute risque ainsi de devenir défaillante.

Modèle économique de valeur de la SEM-E2S

Comme on va le voir dans ce qui suit, la SEM-E2S est une société économiquement et financièrement prospère. Cela est dû principalement au fait que la distribution de l'eau captée aux sources de la Siagnole est quasi  totalement gravitaire - donc nécessitant peu de facteurs techniques de production, que les  prix pratiquées et acceptés par les clients - les communes -  sont générateurs de marges bénéficiaires et que celles-ci sont intégralement conservées dans les comptes de l'entreprise depuis sa création. Aucune distribution de surplus n'a jamais été faite. Les marges conservées ont été utilisées pour faire tous les investissements d'entretien, d'extensions, de modernisation du réseau, y compris les 4 forages additionnels - hors sources - de la plaine de Fayence. Et même après ces extensions, le surplus monétaire - le solde des reports à nouveau des comptes - reste élevé, ce qui permettrait des investissements supplémentaires sans devoir recourir à des emprunts. Un situation exceptionnelle. C'est à mon sens une raison de vouloir la continuation de la SEM-E2S et la séparation des fonctions.

Pour comprendre cette situation - exceptionnelle pour une entreprise qui fonctionne comme une société privée - cad l'accumulation de capital entièrement conservé - j'ai construit un modèle que je veux le plus fiable possible grâce au jeu des paramètres utilisés pour sa construction.

Ce modèle est construit sous la forme d'une feuille excel. Elle  se compose de 9 onglets, dont les 2 plus importants sont ceux appelés "TRI" et "sources-emplois". C'est l'onglet  TRI qui constitue le coeur du modèle. TRI signifie Taux de Rentabilité Interne. Je l'ai construit en prenant 20 ans de temps depuis 2019, donc jusqu'en 2038.  Mais pour avoir une bonne fiabilité j'ai effectué les calculs sur 10 ans, de 2019 à 2028.

Les calculs économiques sont construits en considérant comme recettes, la production annuelle en m3, vendue aux communes au prix de vente moyen de 0.27€/m3. 9  millions de m3/an à 0.27€/m3  cela fait 2.430.000€. De ces recettes, je déduis des coûts directs de fonctionnement composés de: .

  • taxes et redevances payées à l'état de 0.05€/m3
  • coûts d'entretien annuels du réseau en pourcentage du poste équipements de l'actif du bilan... 3%>>> 268166€ par an
  • coûts de consommations intermédiaires (électricité, transports, sous traitances diverses).. 300000€ par an
  • coûts de personnel  350000€/an.

Je somme ces coûts  - 1.368.166€ - et les déduis des recettes ce qui donne un résultat brut de 1.061.834€/an.sur la période 2019-2028.

Je considère alors des investissements sur la période 2019-2028. Ce sont les projets envisagés par SEM-E2S: à savoir 2 forages supplémentaires dans la plaine du Pinée proche de la ferme photovoltaïque de Callian, et le doublement de la conduite M1 qui sert les reservoirs de Callian et Montauroux. Les deux forages de 800000€ chacun seront réalisés en 2020 et 2022. La conduite M1 est devenue insuffisante pour la population accrue de Callian et Montauroux; la nouvelle conduite sera en diamètre 450 d'une longueur de 6 km réalisée  en deux sections de 3km depuis le Jas Neuf les années 2024 et 2026.  Je déduis alors ces 4 investissements  du résultat brut ci-dessus de 1.061.834€/an. Et je calcule la valeur actuelle nette VAN du flux correspondant au taux d'actualisation de 3.5%.  La VAN est la somme des valeurs actuelles à 3.5% des valeurs annuelles futures escomptées: par exemple pour l'année 2025 c'est la somme qu'il faudrait placer le 1/1/2019 à 3.5% pour disposer de 1061834€ le 31/12/2025. C'est 1061834/(1+3.5%)exp7)= 834592€ La somme des valeurs actuelles des revenus futurs de 2019 à 2028 (10 ans) ou VAN est donc de 5027527€.

Je me livre alors au raisonnement suivant. Si l'entreprise SEM-E2S est offerte à la vente à un investisseur - au plus offrant, quel prix est-il susceptible de proposer en 2018 pour acquérir ce flux de revenus futurs 2019-2028. Par exemple SCP; au vu des revenus futurs de 5027527€ au taux d'actualisation de 3.5%. Je suis directeur financier de SCP et je veux un rendement de 8% pas 3.5%. Je vais alors proposer  moins que 5.027.527€... je proposerai 4.099.936€. Si je veux un rendement de 10%, je proposerai 3.771.876€.

Source et emplois de fonds

Le modèle étant construit sur cette base  avec ces paramètres, lesquels sont modifiables, ce que nous verrons dans la section suivante "sensibilités"....  je construis l'onglet "sources - emplois" pour m'assurer que le projet dégage chaque année un surplus monétaire.

Compte d'exploitation; Je le construis en calculant les amortissements des 4 investissements effectués afin de calculer le revenu imposable, l'impôt sur les bénéfices 30%; je déduis aussi le service de la dette - les intérêts, et j'en déduis le revenu après impôts.

Sources de fonds: Les sources de fonds sont alors ce revenu après impôts, plus les amortissements plus des emprunts le cas échéant - cad si besoin .

Emplois de fonds: Les emplois de fonds sont les investissements et le cas écheant le service de la dette en remboursement de principal.

Le surplus monétaire est la différence et je m'assure que le surplus cumulé est toujours positif. C'est le cas, qu'on emprunte ou pas.

Ce tableau "sources et emplois" est construit en calculant investissements, amortissements et emprunts ainsi qu'un échéancier du service de la dette pour ces emprunts - onglets calculs, emprunts et échéancier. J'ai pris comme scenario de base un financement de 50% des investissements  sur 15 ans à 3.5% et j'ai construit l'échéancier du service de la dette - remboursement de principal et intérêts en conséquence. J'ai ajouté deux boutons de sensibilité: l'un pour voir ce qui se passe en supprimant les emprunts; l'autre en les rétablissant. On voit qu'en supprimant les emprunts le surplus monétaire cumulé reste largement positif. Il n'y a donc pas besoin d'emprunts. Situation exceptionnelle encore.

Sensibilités du tableau TRI

L'examen des sensibilités du TRI consiste à voir l'effet sur la VAN et le TRI  ainsi que sur le prix d'achat par l'investisseur, en jouant sur la valeur des paramètres, un à un,  ou plusieurs à la fois.

Voici le tableau des paramètres avec lesquels jouer. A chaque combinaison de sensiblités, mettre en oeuvre le bouton d'ajustement du TRI qui calcule la valeur d'achat de l'investisseur donnant son TRI objectif - disons 8% mais on peut prendre 10%.

5b456f2d9e14d11de7d0fb1ca8f1be62.png

Conclusions:

Je pense avoir montré l'intérêt de préserver le statu quo SEM-E2S. Une société qui accumule du capital doit s'étendre, investir ses surplus ou les distribuer à ses actionnaires. Sinon il faut réduire l'accumulation de capital:  réduire les prix,  augmenter les salaires et les autres coûts. Si distribution il y a, il faut que les fonds restent dans la filière eau.

Un investissement important pourrait être la création d'un réseau d'irrigation agricole dans la plaine, à partir du lac de St Cassien et du lac Rioutard: deux reservoirs alimentant une conduite  principale dans la plaine. C'est un investissement qui a été estimé de plus de 10 millions d'€: 2 stations de pompage, 2 reservoirs de 1000m3, 12km de conduite 450mm de diamètre. Il conviendrait alors d'étendre le modèle sur 20 ans au lieu de 10.

Dernière nouvelle:

Je suis informé par E2S de ce texte viral que le NJ devrait publier dans son édition d'hiver 2018-2019. "L’EAU: Quatrième piqûre de rappel ! Par Jean Gault  et Jacques Récy, Callian. "L’eau : Un élément important du pouvoir d’achat, de qualité de vie, et de décision locale."  Ce texte  est bourré d'erreurs techniques que l'on appréciera à la lecture de ce qui précède; et ce texte témoigne d'une ignorance totale du fonctionnement d'E2S, en critiquant son Conseil d'Administration et son Président (point 4 en bas de page). Pour information: Le CA d'E2S se compose de 6 membres , un président, et 3 censeurs. Tous sont bénévoles sauf le président qui est rémunéré par jetons de présence trimestriels