Force et Confiance 5 avril 2018 "vers la fin du bénévolat associatif?"

 

4b0e2316f7617e2f174fa4ce158dc895.jpg

Le milieu associatif du Pays de Fayence s'est déplacé en nombre. jeudi soir à l'espace Bourgain de Callian, car le thème abordé lors de la réunion mensuelle de Force et Confiance pouvait les inquiéter:  "Vers la fin du bénévolat associatif?". François Cavallier, maire du village, a de suite voulu rassurer: "Il est bien sur hors de question que le bénévolat associatif disparaisse, mais il faut le repenser autrement et nous pourrions plutôt parler de la finalité du bénévolat associatif".


Et pour en parler, le président de Force et Confiance, Marco Orféo, avait invité Waltraud Verlaguet, présidente du Ciné-Festival et Michel Mounuliian président démissionnaire de Callian Événements et vice-président de l'Union Économique depuis peu.


Postes trop lourds


Waltraud Verlaguet. forte de ses 14 ans à la tête du Ciné-Festival, a rappelé: »Tous ceux qui gèrent une grosse manifestation sont conscients que certains postes sont trop lourds pour les bénévoles... Nous devons comptabiliser ce qu'un bénévole dépense en énergie et en kilomètres». Elle précisait au passage que pour le Ciné-Festival certains postes comme celui de directeur, projectionnistes, caissières, restauration et publication par ordinateur sont tout ou partiellement professionnalisés. Waltraud a également parlé de la grandeur et de la misère du bénévolat en demandant d'organiser et dynamiser le vivre ensemble pour éviter cette politique du rat des villes et du rat des champs et une meilleure répartition des subventions entre villes et campagnes, entre grosses et petites structures... La solution serait le transfert de la compétence culture vers la ComCom », étrangement absente de cette réunion comme l'ont souligné plusieurs participants. également étonnés de l'absence des maires du Pays de Fayence.

 

L'Office intercommunal de tourisme pointé du doigt


Michel Moumdjian était catégorique: «L'office de tourisme intercommunal a eu un impact dévastateur sur les associations des communes qui travaillaient avec les ex offices de tourisme...  La loi NOTRe a supprimé le poste d'agent territorial qui s'occupait des nombreuses tâches que ne peuvent accomplir les bénévoles qui n'ont pas cette compétence..


Il a rappelé les responsabilités juridiques qui ne sont pas de nature à encourager les bonnes volontés: «Ces contraintes occasionnent des turn-
over important dans les associations et d'autre part. nous n'avons pas su assurer notre succession au travers des générations suivantes... C'est une question d'époque• et lui aussi a souligné «l'indifférence des élus qui ne prennent même pas la peine de répondre à nos invitations et leur manque d'enthousiasme récurrent à nous soutenir ou à partager sur les réseaux sociaux... L'investissement moral d'un maire favorise l'union et motive les troupes, faisant remarquer qu'à Callian F'rançois Cavallier est très présent derrière ses associations. En conclusion, faut-il mutualiser les moyens matériels et les bénévoles au sein de la ComCom, organiser un planning et un suivi des dates des manifestations dans chaque village pour éviter les doublons, professionnaliser le statut du bénévole?


A ce sujet François Cavallier a déclaré: «Un texte est à l'étude pour que le travail rémunéré d'un bénévole ne s'apparente pas à un emploi d'intermittent du spectacle"... il n'est pas adopté à ce jour.


De nombreuses réactions, souvent passionnées, ont secoué le public et conclu cette fructueuse réunion de Force et Confiance où tout le monde a la parole et peut s'exprimer librement.

 

Source Var Matin 7 avril 2018 Christian Godet.

Mon sentiment:

  1. l'absence de la CdC et d'autres élus du pays de Fayence est significative de la division que suscite cette réunion Je crois que c'est la posture de Michel Moumdjian à l'égard de la CdC qui explique cela.
  2. le choix des intervenants Walraud Verlaguet et Michel Moumdjian est aussi significatif; car il  s'agit d'un problème spécifique à l'association Ciné Festival et d'une posture anti transfert de la compétence  tourisme à la CdC privant l'office de tourisme de Callian de sa dynamique propre; d'où le soutien appuyé de François Cavallier à l'initiative, alors qu'il est vice président de la CdC pour la culture!.
  3. La CdC accorde bon an mal an près de 400000€ aux diverses associations du pays de Fayence; et les communes allouent aussi des subventions sur leurs budgets propres.
  4. Les subventions sont accordées sur demande des associations, selon leur utilité sociale telle qu'appréciée par les collectivités, et j'espère, après  évaluation de leur mode de fonctionnenement en conformité avec la loi. Les collectivités qui distribuent des subventions doivent donc exercer leur droit de regard sur le fonctionnement des associations.
  5. Selon leur utilité sociale et leur mode de fonctionnement, les subventions aux associations doivent permettre de couvrir leurs frais de fonctionnement; sinon, les associations doivent augmenter leurs ressources propres ou réduire leurs activités.
  6. Les nombreuses associations actives en pays de Fayence témoignent de la vitalité du tissus associatif. Ce que les quelques réactions relayées par CG reflètent.
  7. La question me paraît donc particulièrement spécifique à l'association du Ciné Festival ce qui est lié à la taille des associations, aux activités et services qu'elles donnent à leurs membres et plus. C'est ce qui émane principalement de cette réunion. On pourrait dire la même chose de l'éco musée de Fayence. 
  8. Quelles sont les grandes associations en France?
  9. Je signale que le NJ qui refuse, par choix, toute subvention, a aussi ce problème de taille et de lourdeur des tâches; ce pourquoi il a décidé de postuler pour une aide du ministère de la culture pour aide à la presse.
  10. Voir mon billet sur la réduction des aides à l'emploi affectant les associations Lien.