Pays de Fayence: Association Bagnolaise d'Information ABI: le traitement des déchets et ordures ménagères toujours en question.

 

Tout est-il idyllique dans te monde du traitement des ordures ménagères? On peut en douter après la réunion organisée ce samedi par l'ABI (Association Bagnolaise d'Information) sur l'avenir de la collecte et du traitement des déchets qui implique étroitement élus et population. Un élément important pour le cadre de vie de la CAVEM et de la Communauté de communes du Pays de Fayence.

Cette réunion a d'ailleurs été plombée par l'absence des membres de la CAVEM et du SMIDDEV et par un public essentiellement composé des membres de ladite association. Le Bagnolais étant «en vacances ou à la chasse », dixit le président Dumont ! Lequel devait donc regretter l'absence «malencontreuse» des représentants du «bas», signalant que depuis six ans leur quantité de résiduels enfouis a augmenté de 4% en tonne/habitant par an. Cependant, il annonçait qu'une réunion privée suivie d'aucun compte-rendu commun avait eu lieu il y a quelques jours entre ces instances et l'ABI et que les indicateurs de suivi seront analysés tous les trimestres. 

William Dumont devait souligner que ta Communauté de communes du pays de Fayence «partant de références moins bonnes, a fait un très gros effort d'investissement pour le tri sélectif».



Gros efforts du «haut»



Faut-il résumer son intervention par un zéro pointé pour le «bas» et des félicitations pour le «haut»? A chacun d'en juger!

René Ugo, maire de Seillans et président de la CCP Fayence devait rappeler les abus du SMIDDEV et revenir sur l'accablant rapport de la cour des comptes. Il devait lister les efforts de la communauté avec la création du quai de transfert, d'un service de ramassage des encombrants et insister sur l'effort de communication mais, ne devait pas négliger les difficultés face à un incivisme de tous les jours.

Place à Michel Tosan, maire de Bagnols et vice-président de la CCPF qui a en charge le dossier des ordures ménagères. Il devait revenir sur les énormes investissements réalisés pour la création d'une déchetterie automatique et l'achat de nouvelles bennes et annoncer la création d'une taxe incitative (à Bagnols et Saint-Paul pour commencer) et des mesures coercitives rappelant que les quantités d'informations données à la population ne sont pas suivies d'effets. Il souhaitait que les associations soient le relais de cette information. Par contre silence radio pour la surélévation du site 3 (dossier en cours d'examen par la DREAL) et la mise en place d'une usine de pré-tri (voir notre édition du...).

M. Ugo devait revenir plus précisément sur le site 4 et conclure: Nous sommes dans l'obligation de réfléchir pour éviter l'explosion de la taxe d'ordures ménagères».

Tout un programme auquel «chacun ne peut que souscrire mais ce «chacun„ est-il prêt à faire des efforts?    


Sachez-le

  • Le site 4 sera géré par une SPL (Société publique locale).
  • Les statuts prévoient une majorité à la CCP Fayence avec quatre administrateurs et la présidence à Bagnols.
  • Le coût de création s'élèvera à 50 M€. La maitrise d'œuvre reviendra à 800000€ et le dossier sera déposé en mars 2017 pour une ouverture du site fin 2018, les élus le contrôleront.

 

Paroles:

  • William Dumont: Je n'ai pas une très grande confiance dans les promesses du SMIDDEV.
  • Joël Hervé: Je joue le rôle du préfet. Le Balançan va fermer, qu'est-ce que je fais avec les déchets? Chouette, Bagnols va rouvrir et je balance tous les déchets du Var à Bagnols!
  • Michel Tosan de répondre: Impossible, par le statut de SPL, le centre d'enfouissement ne pourra admettre que les déchets de ses actionnaires publics.
  • Stéphane Thomine: Si en 2020 il y a changement de municipalité, tout ne pourra-t-il pas être remis en cause?
  • Michel Tosan : Impossible tout est bien ficelé. Rien ne changera.
  • Caroline Onofri: Il faut toucher au porte-monnaie pour combattre les manquements à la réglementation.

 

Source: Var Matin 25 octobre 2016.