Migrants et sexualité : réflexions iconoclastes - Riposte Laïque

 

sex

Avertissement: ce texte est «taillé à la serpe», pour les nuances il faut lire les livres qui traitent du sujet en profondeur.

Ce qui m’hallucine c’est que malgré des années de livres, articles, films, documentaires et voyages, les gens n’ont pas encore compris cette affaire de sexe.

Repartons depuis le début. Les humains sont des mammifères. Chez les mammifères, quand la femelle atteint sa maturité sexuelle (chez les humains vers 12 ans) elle est en chaleur et se cherche un mâle pour la féconder.  Elle émet donc des odeurs, les phéromones, auxquelles les mâles ne résistent pas.  Observez le comportement criailleur des adolescentes pour attirer l’attention des garçons à la sortie de l’école. La femelle choisit le mâle qu’elle croit être le meilleur géniteur pour sa progéniture. L’accouplement a lieu, la femelle est fécondée et son système hormonal change d’orientation, elle se désintéresse du mâle (qui, lui, s’en va de son côté) et elle se concentre sur sa grossesse ensuite la mise bas et son petit. Aussi longtemps que l’enfant tète, la mère ne sera pas fécondable. Quand le petit ne tète plus, le système hormonal de la mère se remet en route, elle retombe en chaleur et le cycle recommence.  C’est la femelle en chaleur qui provoque le mâle, exactement comme dans la Genèse où Eve séduit Adam. Dans cette civilisation pastorale, on avait bien observé le comportement des moutons. Dans certains pays, les femmes doivent porter la burqa pour ne pas exciter les males qui ne sauraient pas se contrôler et les violeraient… mais les phéromones sont des odeurs qui ne sont pas arrêtées par des tissus. L’idée de base est donc que la femelle excite le mâle qui ne se contrôle pas et c’est la catastrophe… Notez que ce sont les femmes qui éduquent si mal leurs fils.

Dans le Tiers Monde, on marie les petites filles dès qu’elles sont pubères. Nous avons repoussé l’âge du mariage grâce à l’éducation et pour des raisons culturelles, principalement les études. Depuis que nous disposons de moyens contraceptifs, nos jeunes jouissent d’une vie sexuelle plus libre et plus naturelle.

Dans le passé les adolescentes étaient enfermées au pensionnat jusqu’à 18 ans et les adolescents étaient sensés faire abstinence jusqu’au service militaire pendant lequel on allait faire leur éducation dans les bordels autour de la caserne…

Un jeune qui est entouré de femelles et de phéromones et qui est contraint à l’abstinence subit un bouillonnement de testostérone et accumule une telle pression qu’il devient l’idéal soldat héroïque. Le pouvoir religieux de connivence avec le pouvoir politique présente le sexe comme péché. Bref la pression monte jusqu’à exploser dans la guerre ou bien les tempêtes hormonales mènent aux comportements hystériques, visions et orgasmes mystiques.

L’exploitation judicieuse de l’agressivité produite par la frustration sexuelle produit des illuminés religieux et des héros militaires. La gymnastique suédoise était destinée à développer le corps des jeunes pour en faire de bons soldats.

En Europe nous n’avons même plus d’armée et la question sexuelle est réglée par l’éducation, la contraception et la liberté.

Dans le Tiers Monde les riches mènent une vie de nabab, séparés des gens normaux, ceux qui veulent migrer en Europe pour y chercher une vie meilleure. Les mentalités en sont encore à celles de mes grands-parents, d’il y a 100 ans…  Le mariage n’est pas une question d’amour mais d’arrangement entre familles pour maintenir le patrimoine, étendre les domaines agricoles, sceller des alliances entre tribus ou autres contrats. Les filles, dont la valeur marchande est si élevée, doivent arriver vierges au mariage, sinon il y a tromperie sur la marchandise. Donc les filles ne se laissent pas toucher et les garçons sont fous de frustration. Si une fille embrasse un homme, son frère la tuera pour laver le déshonneur de la famille.

Dans ces pays on vous demande de vous habiller et de vous comporter de façon à ne pas exciter les males. Malgré cela, en Inde,  il ne m’a pas été possible d’entrer dans un parc sans être immédiatement entourée d’une bande de jeunes excités. Ces mâles frustrés dépensent des sommes folles au cinéma où ils regardent des films Bollywood qui sont d’une niaiserie déconcertante, mais ils voient aussi les films européens/américains dans lesquels des corps nus copulent… Pour eux, qui ne voient jamais de corps nus, c’est la folie totale.

Chaque matin, nous allons dans la salle de bains chauffée, sous la douche chaude et nous nous essuyons devant le miroir… Eux n’ont ni salle de bains, ni miroirs… Le nu est tabou. Ils vivent dans de petits espaces surpeuplés. Les gens mariés s’arrangent à la sauvette alors qu’ils dorment en présence de leurs enfants ou d’autres parents.

En plus il y a le culte de l’enfant mâle et le «sex-selective abortion», https://en.wikipedia.org/wiki/Sex-selective_abortion ce qui signifie que les femmes enceintes passent une échographie et avortent si le fœtus est une fille.

Dans son livre «may you be the mother of a hundred sons», Elisabeth Bumiller explique que souvent la vie de femme est tellement terrible qu’on préfère tuer les bébés à leur naissance. En Inde, les filles coûtent cher car pour pouvoir les marier il faut donner une dot à la famille du futur mari. Pratiquement chaque semaine il y a un scandale de viol. Dans les régions tribales le viol collectif est un punition infligée par les tribunaux coutumiers. En Europe le viol  et les agressions verbales sont devenus une plaie dont parle le reportage de Sophie Peters déjà en 2012 http://www.dailymotion.com/video/xsi69g_sofie-peeters-femme-de-la-rue-bruxelles_news

L’avortement sélectif conduit à un déficit tragique de femmes qui peut mener à la guerre. Dans certains pays on envisage d’en arriver à deux hommes pour une femme.

Bien sûr dans le passé il y a eu les miniatures mogholes https://fr.wikipedia.org/wiki/Peinture_moghole  qui représentent des couples copulant ou bien le tantra ou les fameux kama sutra… Mais dans la vie normale des gens normaux cela n’existe pas.

Nous avons vécu des années libertaires pendant lesquelles le sexe a perdu sa fonction animale de reproduction et est passé au stade de l’art suprême de la jouissance. En est témoins le livre «Le chemin de l’extase» de Margot Anand https://fr.wikipedia.org/wiki/Margot_Anand  paru chez Albin Michel en 1981

Nous avons connu le «peace and love», «faites l’amour pas la guerre», les livres de Bagwan, les années hippies et l’amour libre, les sex shop, le nudisme, le naturisme, l’héliothérapie, l’abandon du puritanisme vestimentaire, les minijupes, décolletés, topless, la dédramatisation du sexe et la levée des tabous. Le Tiers Monde n’est pas passé par là et, même chez nous, nous assistons à un retour du bigotisme. Aujourd’hui il ne serait plus possible de faire un film comme «Les valseuses» ou «Préparez vos mouchoirs» ou «Le dernier tango a Paris» ou «L’empire des sens» ou «Portier de Nuit».  La conversation Gainsbourg – Whitney Huston chez Drucker, qui est une page de notre anthologie, aujourd’hui déclencherait les foudres du néo puritanisme politiquement correct.

Video thumb

Mais, nos jeunes générations ont absorbé et digéré nos expériences et nos excès et elles vivent le rapport homme.-femme de façon normalisée. Quoi de plus normal que de se faire la bise entre copains… ce qui est absolument impensable dans d’autres pays.

Donc voilà des milliers de «migrants» qui certes n’ont pas fait leur master à Harvard. Ils arrivent du fin fond de leur village. Chez eux, les femmes travaillent aux champs ou sont cloitrées dans la maison. Ici, dès la gare, ils sont accueillis par des dizaines de jeunes femmes blanches qui leur crient «welcome» et les embrassent… Même Angela Merkel se laisse faire des selfies joue contre joue avec ces hommes qui plongent dans un autre monde, sur une autre planète. On leur a dit qu’ici les femmes sont toutes des putes, qu’elles n’attendent que ça et en voilà la preuve. A l’aéroport de Karachi les officiels palpaient les seins des femmes blanches tout en sachent que si nous avions protesté cela nous aurait entraînées dans un tas d’ennuis et d’interminables palabres. Par contre, seule,  dans les montagnes du Nord Pakistan je n’ai jamais eu de problèmes. Il faut dire que je ne me comportais pas comme une femme mais comme un alpiniste et sans doute cela forçait-il au respect.

Souvenez vous du Tunisien des Tattes qui pensait se faire une vie en «baisant nos vieilles de 40 ans qui sont en état de manque»… http://lesobservateurs.ch/2015/06/16/rencontre-avec-un-requerant-deboute-en-colere-au-foyer-des-tattes-vernier-geneve-le-15-juin-2015/

Sans doute n’ont-ils jamais joui d’aussi bonnes conditions d’hygiène et d’alimentation, ils sont en pleine forme et le sexe est non seulement  l’obsession qui les torture comme un clou dans le troisième œil, c’est surtout une pulsion, un besoin physiologique puissant auquel on ne résiste pas, qui rend fou. Alors ils débarquent dans l’ambiance de fête débridée de la Saint Sylvestre dans laquelle on peut rigoler, danser, boire, tout le monde s’embrasse, mais eux ne pourraient pas toucher? Ils sont des milliers, ils sont en majorité, ils profitent de la surprise et  ils se lâchent… ajoutez-y l’alcool et pourquoi pas la drogue ?

Et puisque le même phénomène se produit dans de nombreuse villes au même moment on ne peut qu’en déduire que c’est un mouvement concerté  Pas difficile: ils sont constamment pendus à leur téléphone portable… A qui téléphonent-ils ? A leur maman qui a accès au téléphone alors que ces familles n’ont même pas de quoi manger?

Et maintenant on fait quoi ?

Même si toutes les Allemandes sortaient en burqa cela ne désamorcerait pas la bombe sexuelle que constituent des centaines de milliers d’hommes en rut. Que faire? Ou bien leur fournir du sexe à gogo ou bien les reconduire d’urgence d’où ils viennent sinon cela va éclater en bagarre.

J’ai dénoncé ce problème depuis 2014 http://www.ilguastafeste.ch/alcol%20e%20repressione%20sessuale.html : alcool et répression sexuelle : un cocktail explosif. A l’époque peu de médias ont voulu publier mon opinion eh, bien cette fois on y est et « alla grande »…

Le sexe est la façon la plus efficace d’en finir avec le terrorisme et le fanatisme religieux. Au moment où ces gens comprendront qu’ils n’ont pas besoin de se faire exploser avec de la dynamite pour enfin pouvoir s’adonner à l’orgie céleste avec 72 vierges, mais qu’ils peuvent vivre leur sexualité normalement, ils n’auront plus besoin de fanatisme. Les combattre avec des bombes c’est les exciter, les libérer sexuellement c’est les pacifier par une vie normale.

Le plus efficace, quand arrivera la reconstruction après la guerre,  serait d’ouvrir une chaine de bordels populaires au même titre que les écoles, hôpitaux, bureaux de poste ou voies ferrées et cela aiderait le contrôle sanitaire et le planning familial.

Question: nos dirigeants qui favorisent l’immigration sont-ils d’une ignorance aussi crasse et impardonnable de la réalité ou bien ont-ils organisé délibérément cette agression contre l’Europe selon les plans type Kalergi qui ont déjà été  abondamment expliqués et dont Mme Merkel est lauréate…

Ce qui est inadmissible c’est que malgré les années de mises en garde, il y ait encore des Européens inconscients de la réalité que nous vivons.

Mais, si on ne met pas immédiatement fin à cette situation, d’ici peu ou bien les blancs vont se révolter avec violence ou bien après 18h plus personne ne sortira de chez soi et cela signifie la faillite de tout le monde du spectacle, la restauration, la vie nocturne et même le tourisme.

Anne Lauwaert

 

Source: ripostelaique.com