A défaut d'inverser la courbe du chômage, François Hollande inverse la courbe des fonctionnaires. De quoi maintenir le nombre de chômeurs.

 

Budget : 14.000 postes de fonctionnaires créés en 2017

Le budget 2017 ? « Beaucoup de dépenses partout ! » résume un cadre de Bercy. En baisse constante depuis le début du quinquennat, les dépenses totales de l'Etat vont augmenter de 2,7 milliards d'euros l'an prochain (+ 3,3 milliards hors charges de la dette et pensions). « Cette augmentation, non seulement nous l'assumons mais nous la revendiquons », a d'emblée indiqué le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, lors du débat d'orientation des finances publiques jeudi à l'Assemblée.

Soutien à l'emploi, à la sécurité et à l'éducation, le dernier budget du quinquennat dégage 7 milliards de moyens supplémentaires pour ces secteurs prioritaires « au-delà de ce qui avait été envisagé ce printemps ». Ce n'est pas la première fois que ces missions sont considérées comme « prioritaires » par l'exécutif. Mais, contrairement aux années précédentes, rares sont les autres ministères à voir leur budget baisser. Par exemple, l'Environnement, dont les coupes budgétaires avaient pu faire grand bruit auparavant, voit ses crédits très légèrement augmenter. Même chose du côté du ministère du Logement, notamment en raison des besoins liés à l'hébergement d'urgence. Au final, seuls trois ministères voient leur budget reculer : l'Aménagement du territoire, l'Economie et les Finances. « Bercy continue de faire des efforts », y fait-on remarquer.

Hausse du point d'indice

La hausse des dépenses traduit aussi l'augmentation de la masse salariale de l'Etat. Cette dernière est tirée à la fois par la hausse du point d'indice (dont l'effet jouera à plein l'an prochain) et par les hausses d'effectifs. Le projet de budget 2017 table sur la création de 13.795 emplois (en équivalent temps plein), soit à peu près autant que cette année (14.331).

La fin des suppressions de postes dans les armées décidée au printemps 2015 avait, de fait, déjà mis fin à la promesse d'une stabilisation des effectifs de l'Etat sur l'ensemble du quinquennat. Le budget 2017 le confirme puisque, au global, les effectifs auront augmenté de près de 30.000 emplois depuis 2012. Ceci « afin d'assurer la sécurité des Français », souligne le gouvernement. Sans la révision de la loi de programmation militaire et le « pacte de sécurité » annoncé par François Hollande après les attentats du 13 novembre, les effectifs auraient baissé de plus de 5.000 emplois, insiste l'exécutif.

Tour de passe-passe

Pour compenser les créations de postes dans la sécurité ou dans l'éducation (l'engagement de créer 60.000 postes en cinq ans est réaffirmé), d'autres ministères voient leurs effectifs se réduire. C'est le cas au ministère des Finances, au Logement et à l'Environnement. Mais, côté effectifs comme côté dépenses, ces efforts ne suffisent pas à compenser les augmentations de crédits et de personnels par ailleurs.

Le volet « dépenses » du projet de budget pour 2017 acte donc la fin du plan de 50 milliards d'économies promis à Bruxelles. La dernière tranche de 19 milliards prévue en 2017 ne sera pas réalisée entièrement. « Quand vous voulez perdre 10 kilos et que vous n'en perdez que 9, il ne faut pas dire que vous n'avez pas fait de régime », a temporisé Christian Eckert. Pour le gouvernement, l'essentiel est sauf puisque l'objectif d'un ­déficit ramené à 2,7 % du PIB l'an prochain est maintenu. « Les économies à réaliser, c'est un moyen, c'est un chemin pour arriver à l'objectif », a encore expliqué le secrétaire d'Etat au Budget. Pour résoudre l'équation, Bercy a décidé de transformer la dernière tranche du pacte de responsabilité (5 milliards pour les entreprises) en CICE, c'est-à-dire en un crédit d'impôt dont l'impact pèsera sur l'Etat à partir de 2018. Un tour de passe-passe dénoncé par la droite : « L'héritage de 2017 va être terrible » et la prochaine loi de finances celle « de tous les dangers », a prédit Gilles Carrez, le président LR de la commission des Finances.

Frédéric Schaeffer lesechos.fr