Les pays pauvres peuvent-ils éviter une guerre de surenchères pour les vaccins ?

Texte de Anne  O.Krueger pour Project Syndicate, le 23/12/2020, traduit le 30/12/2020 par Covid19 fédération

 

Malgré toutes les bonnes nouvelles concernant l'arrivée de vaccins COVID-19 sûrs et efficaces, la dure réalité pour l'année à venir est que la demande mondiale va dépasser l'offre. Sans un accord multilatéral pour répartir les doses au niveau mondial, le chemin vers la reprise sera beaucoup plus long qu'il n'aurait pu l'être autrement.

 

f98e7aef618a7a04d266e245b685f80021super1.jpg

 

WASHINGTON, DC - Le monde a reçu le meilleur cadeau possible pour l'année à venir. Le développement de vaccins COVID-19 sûrs et efficaces en si peu de temps est proche d'un miracle médical et laisse présager la fin de la crise qui a dominé 2020.

 

Mais le rythme auquel nous mettrons fin à la pandémie dépend de trois facteurs. Le premier est le degré de conformité aux mesures de sécurité recommandées, telles que le port de masque, la distanciation sociale, l'évitement des foules et le lavage des mains. Le deuxième facteur est notre capacité à surmonter les nombreux défis logistiques et de distribution que pose l'administration des vaccins au niveau mondial. Et le troisième est l'accès aux vaccins pour les pays les plus pauvres. La pandémie ne sera pas terminée tant que le coronavirus n'aura pas été vaincu partout.

 

Certains efforts sont déjà en cours pour y parvenir. Par exemple, COVAX, une coalition de 172 pays ( ne comprenant pas les États-Unis), cherche à "garantir un accès rapide, juste et équitable" aux vaccins "pour les populations de tous les pays". Co-dirigée par Gavi, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, et l'Organisation mondiale de la santé, elle a déjà conclu des accords avec neuf laboratoires pharmaceutiques pour l'achat de vaccins une fois qu'ils auront été approuvés. Jusqu'à présent, l'Union européenne et ses États membres ont contribué le plus à cet effort - 850 millions d'euros (1 milliard de dollars) à ce jour - suivis par la Fondation Bill & Melinda Gates et d'autres donateurs importants.

 

COVAX cherche à réunir 5 milliards de dollars d'ici la fin 2021 pour pouvoir se procurer deux milliards de doses. Mais même avec un vaccin ne nécessitant qu'une seule dose (les vaccins actuellement approuvés en nécessitent deux), deux milliards ne suffiraient pas pour couvrir la population du monde en développement. Et même si l'on peut espérer que les producteurs de pays comme l'Inde puissent fabriquer des vaccins à moindre coût, l'offre mondiale sera encore bien inférieure à la demande.

 

En plus de COVAX, des efforts sont également déployés pour fournir un financement direct aux pays pauvres. La Banque mondiale, par exemple, s'est engagée à verser 160 milliards de dollars à ses pays clients, et de nombreux autres donateurs et fondations philanthropiques ont apporté une contribution similaire. En outre, dans le cadre de l'initiative conjointe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international pour la suspension du service de la dette (DSSI), 73 pays pauvres se sont vus offrir la possibilité de reporter le paiement du service de la dette jusqu'en juin 2021. Début décembre, 45 pays avaient adhéré au programme, la plupart d'entre eux libérant des fonds équivalant à 0,1 à 2 % de leur PIB.

 

Si l'accès universel au vaccin est essentiel pour surmonter la pandémie, il n'est pas certain qu'allouer plus d'argent aux pays pauvres pour l'achat de vaccins leur permettra réellement d'obtenir plus de doses, compte tenu des problèmes d'approvisionnement prévus. Les producteurs agréés sont déjà aux prises avec des limites de capacité et, bien qu'il puisse y avoir des surprises favorables, il est peu probable que l'augmentation de la demande (et donc du prix auquel le vaccin peut être acheté) stimule une production nettement plus élevée.

 

En outre, de nombreux contrats actuels engagent les producteurs à vendre au prix coûtant, avec les quantités déjà spécifiées. Une fois ces stocks épuisés, le financement supplémentaire accordé aux pays qui procèdent à des achats unilatéraux entraînerait probablement une guerre de surenchères, ce qui ferait monter les prix et anéantirait les gains de bien-être global.

 

Il est certain que les entreprises qui ont pris le risque de rechercher un vaccin sûr et efficace méritent d'être récompensées pour leurs efforts. À mesure que la capacité de production augmente, les forces du marché devraient être autorisées à fournir des incitations à l'innovation, au développement et à la création d'installations de production supplémentaires. Mais étant donné que l'ampleur de la demande de vaccins en 2021 dépassera probablement l'offre, on ne peut s'attendre à ce que de nouvelles incitations à une production supplémentaire améliorent l'équilibre entre l'offre et la demande au cours de l'année.

 

Et ce n'est pas la seule préoccupation. Si certains pays pauvres sont suffisamment solvables, ils peuvent emprunter davantage pour financer l'achat de vaccins au moment même où le prix des vaccins augmente, ce qui leur laisse une dette plus importante mais pas une offre de vaccins plus importante que celle qu'ils auraient pu se procurer autrement.

 

Pendant ce temps, d'autres pays pauvres qui étaient déjà très endettés sont confrontés à des difficultés de service de la dette qu'ils auraient rencontrées même dans des circonstances économiques normales. Et certains de ceux qui bénéficient du soutien de la DSSI peuvent simplement utiliser les fonds libérés pour financer des engagements de service de la dette plutôt que pour acheter des vaccins. Dans la mesure où d'autres créanciers - tels que les banques privées et les principaux prêteurs officiels bilatéraux comme la Chine - sont payés aujourd'hui, il y aura moins de fonds disponibles plus tard pour la restructuration de la dette entreprise en conjonction avec les réformes macroéconomiques. 

 

Ces circonstances pourraient entraîner une diminution du nombre de vaccins livrés aux pays pauvres et une plus grande récompense pour les créanciers qui ont reçu des paiements au titre du service de la dette, au détriment de ceux qui ont offert l'abstention de paiement au titre de la DSSI. Et dans d'autres cas encore, les fonds nouvellement disponibles pourraient être affectés à d'autres domaines de dépenses publiques déficitaires plutôt qu'à l'achat de vaccins.

 

Compte tenu de toutes ces complications, le meilleur moyen d'aider les pays pauvres à obtenir davantage de doses est de parvenir à un accord international, vraisemblablement par l'intermédiaire de COVAX et de l'OMS, pour coordonner l'allocation des vaccins disponibles. Les États-Unis devraient rejoindre l'OMS après l'investiture du président élu Joe Biden le 20 janvier. Une fois que cela sera fait, une campagne multilatérale visant à allouer efficacement les vaccins aux pays pauvres aura de grandes chances de réussir et devrait être poursuivie avec détermination.

 

Anne O. Krueger, ancienne économiste en chef de la Banque mondiale et ancienne première directrice générale adjointe du Fonds monétaire international, est professeur principal de recherche en économie internationale à la Johns Hopkins University School of Advanced International Studies et Senior Fellow au Center for International Development de l'université de Stanford.