Edito : les tractopelles et les anguilles

Le Var paye à nouveau un lourd tribut aux intempéries : presque chaque épisode méditerranéen se traduit dorénavant par des phénomènes spectaculaires, des cumuls de pluie colossaux. Je ne suis pas compétent pour spéculer sur le réchauffement climatique, mais il paraît évident que la mer est restée très chaude, et que dorénavant les épisodes centennaux deviennent décennaux, et les décennaux annuels voire pluri-annuels. Le mois de novembre aura été marqué, dans notre canton, par une pluviométrie de plus de 500 mm (soit davantage que l'année 2007 tout entière). Il y a des communes varoises qui ont déjà reçu plus de 2000 mm d'eau depuis le 1er janvier.
 
Bien sûr, toutes ces considérations ne suffisent pas à expliquer les dégâts, humains et matériels, de ces phénomènes : ce serait trop facile. Je lis dans les réactions publiques que les élus et les communes sont souvent mis en cause, notamment sur l'urbanisation excessive et la minéralisation des sols. C'est sans doute assez souvent le cas, mais pas toujours, parce que je note que lorsque des inondations catastrophiques dévastent les Pyrénées-Orientales et l'Aude, notamment dans des zones très peu urbanisées, ce facteur n'est pas en cause de façon centrale. Même dans le Var, un certain nombre d'élus ont pris leur responsabilités : lorsque dans ma commune, j'ai imposé des bassins écréteurs pour chaque nouveau commerce dans la zone d'Agora, ou déclassé des parcelles constructibles dans le quartier de Dayan en raison du risque d'inondation (pour ne citer que ces mesures), cela n'a pas fait que des heureux, mais il faut savoir ce que l'on veut.
 
Il faut finir par le dire : il y a un autre facteur, que la saine colère du maire de La Londe, François De Canson, a eu le mérite de mettre sur la table. Lorsqu'après la première nuit d'orages, il a fait installer une pelle mécanique dans le lit de la rivière pour le creuser en urgence et diminuer les risques de crue, il a subi les oukases de la police de l'eau, service de l'Etat, qui a immédiatement interrompu les travaux pour sauver (si tant qu'elle ait été menacée) une espèce d'anguille protégée. Je n'en suis pas surpris, pour avoir été directement confronté au même cirque par deux fois : une fois en tant que président de la Siagnole lorsque nous avons voulu reconstruire la conduite d'eau qui va à l'usine du Gargallon, conduite que la crue du Reyran avait arrachée ; et une autre en tant que maire lorsque j'ai fait enrocher un cours d'eau pour sécuriser le rond-point Agora. J'entends souvent demander pourquoi les travaux sur l'Argens n'ont pas commencé plus de quatre ans après la tragédie dracénoise : essentiellement  pour les mêmes raisons de lourdeurs de procédures et de dictature des primats environnementaux. Le souci de l'environnement est évidemment légitime, mais la priorité radicale et caricaturale donnée par la police de l'eau aux écrevisses ou aux fleurettes sur la sécurité humaine n'est pas décente, et il doit y être mis bon ordre par l'autorité de l'Etat.
Actu : parution du bulletin cantonal n°17

La dernière édition de mon bulletin cantonal, devenu semestriel depuis fin 2012, et qui en est à son n°17, est sortie début novembre. Il s'agit là du dernier numéro de mon second mandat, publié avant que soit connue la date de l'élection départementale qui vient d'être fixée, par décret du 30 novembre, aux 22 et 29 mars prochains. Il ne s'agit d'ailleurs pas d'un document de campagne : ni annonce de candidature, ni bilan de mandat, mais un format récurrent : l'actualité, les travaux routiers, un dossier central (consacré cette fois à une comparaison des interventions du Département et de la Région), les associations, les subventions, etc... Pour rappel, ce bulletin est imprimé et distribué sans argent public.
Il est téléchargeable ici : www.francoiscavallier.com
Actu : les dates des cérémonies des voeux dans le périmètre communautaire

Fayence : vendredi 20 décembre 2014 à 18h00
Bagnols : samedi 3 janvier 2015 à 11h00
Saint Paul en Forêt : samedi 3 janvier 2015 à 18h30
Tanneron : mardi 6 janvier 2015 à 18h30
Callian : vendredi 9 janvier 2015 à 18h30
Tourrettes : samedi 10 janvier 2015 à 11h30
Montauroux : samedi 10 janvier 2015 à 18h30
Seillans : vendredi 16 janvier 2015 à 18h30
Mons : samedi 17 janvier 2015 à 17h00
Voeux communautaires à Bagnols en Forêt : vendredi 23 janvier 2015 à 18h30
Echos : le projet de taxation des résidences secondaires

Ne sachant plus quoi inventer pour trouver des ressources tout en récitant son catéchisme clientéliste (les malheurs de la France tiennent à la propriété privée, les propriétaires sont des coupables et les locataires des victimes), notre gouvernement a inventé la taxe du mois, sous la forme d'une taxation des résidences secondaires. Assise sur le montant de la taxe d'habitation, cette taxation de 20%, à mettre en oeuvre par les communes, qui auraient aussi la faculté de refuser, s'exercerait seulement dans les zones dites tendues en termes de besoin de logements. Quelles sont ces "zones tendues" ? Elles ont été définies par un décret de 2013 listant les communes soumises à la taxe sur les logements vacants. Il s'agit de communes relevant de l'agglomération de Draguignan, de Fréjus ou de Toulon. Aucune des communes du canton ne figure dans ces périmètre et n'est donc concernée par cette taxe. Mais je tenais simplement à préciser que, même si ma commune figurait dans ces périmètres, j'aurais aussitôt entrepris de proposer au conseil municipal de ne pas la mettre en oeuvre.
Humeur : haro sur les fondements de l'école républicaine !

Ne serait-ce que pour des raisons familiales, je suis très attaché à l'excellence scolaire comme symbole de la République. Quand on est, comme moi, le petit-fils d'un apiculteur et d'une institutrice et le fils d'un polytechnicien, on mesure à quel point l'école de la République ne peut garantir l'égalité des chances et jouer son rôle d'ascenseur social que quand elle vise l'excellence et surtout pas quand elle la stigmatise. C'est l'école de Jules Ferry, dont le nom est souvent invoqué par ceux qui n'ont plus la moindre idée des valeurs que Jules Ferry entendait promouvoir, et qui avaient fait de notre système scolaire une référence mondiale.
 
Comme en 1981, où les nouveaux gouvernants (qui en étaient presque tous issus) avaient clamé qu'ils allaient supprimer les classes préparatoires, les gouvernants d'aujourd'hui, cédant au même égalitarisme post soixante-huitard qui a déjà conduit par le passé à ce qu'il soit décidé de donner à 80 % d'une tranche d'âge un baccalauréat qui n'a plus du coup aucune valeur, continuent de saper méthodiquement les fondements essentiels de l’école de la République. Il s'agit notamment de :
 
- la laïcité, mise à mal par la circulaire venant d'autoriser le port du voile pour les accompagnants scolaires ;
- le mérite, avec la suppression des bourses au mérite pour les bacheliers modestes ayant obtenu une mention « Très bien », et dont j'ai déjà parlé (www.francoiscavallier.com/actualites )
- l’obligation scolaire, la loi Ciotti contre l’absentéisme scolaire ayant été abrogée
 
Si l'on ajoute à celà l’introduction de la théorie du genre à l’école, les désastreux nouveaux rythmes scolaires, qui épuisent les élèves tout en les détournant de l’apprentissage des savoirs fondamentaux, et, cerise sur le gâteau, la remise en cause du système de notation scolaire au profit d’un système « d’évaluation bienveillante », on mesure les dégâts désolants induits par cette idéologie.
Les subventions du moment
0c06dac3-80d7-4bab-87a9-4f0462b0b423.jpg

 

Agenda : quelques dates des jours à venir

  6/12 : Sainte-Barbe des pompiers (Montauroux)
10/12 : conseil fédéral de l'habitat (Paris)
18/12 : plénière du CG83 puis commission du plan déchets (Toulon)
21/12 : match FCPF-Roquebrune (Fayence)
Et aussi, sur le site :

Les Départements, collectivités de tutelle associative ?
Routes cantonales : des prises de position pré-électorales
Une initiative départementale pour le commerce de proximité