22 éoliennes à Artigues et Ollières dans le Var: puissance 48.4MW

 

Une pétition change.org circule sur le net et les réseaux sociaux contre la suite de la construction en cours des 22 éoliennes sur les communes d'Artigues et d'Ollières  à proximité de la montagne Sainte Victoire. Ce projet date du milieu des années 2000 et s'inscrit dans la volonté du gouvernement français d'augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à 40% en 2030. Ce projet a été conçu dans ce cadre incitatif de l'état (13)  par la société Eco-Delta de la Ciotat (14). Pour ce projet, Eco-Delta a créé une société en association avec la caisse des dépôts et consignation à 80/20% nommée Provencialis.

 

L'étude d'impact de ce projet fut réalisée en 2006. L'état a donné les permis de construire en février  2008. Mais depuis, les contraintes administratives se sont renforcées avec, en 2011  le classement des éoliennes comme installations ICPE et depuis le 1/1/2017 l'obligation d'une demande d'autorisation environnementale pour tout projet ICPE. En raison de retards dans la réalisation dont l'achèvement était prévu en 2019, le projet est de nouveau contesté par des associations. Depuis le projet initial de 22 éoliennes de 3MW chacune - soit 66MW au total, le projet à été réduit à 22 éoliennes de 2.2MWsoit 48.4MW pour échapper à des contraintes administratives plus sévères imposées au delà de 50MW.

Les opposants de toujours et depuis le début à ce projet restent résolument opposés pour les raisons de nuisance, d'atteinte au paysage immortalisé par lepeintre Paul Cézanne, de dégâts pour l'environnement et de risques pour la biodiversité. Et en plus, les arguments habituels contre l'éolien à savoir son  faible taux d'utilisation, son caractère intermittent, sa consommation de terres rares... et le démantèlement en fin de vie de pâles qui seraient expédiées en Somalie. 

Extrait d'un billet de la SPPEF Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France

Ce projet a été élaboré à partir d’un régime obsolète, celui antérieur au classement, en 2011, des éoliennes parmi les installations susceptibles de porter atteinte à l’environnement (ICPE). Ce régime n’offre ainsi aucune des garanties attendues en un lieu si sensible (aucune simulation visuelle de l’insertion paysagère des éoliennes n’a notamment été réalisée). Le tribunal administratif de Toulon a heureusement reconnu, le 10 février 2020, que le projet relevait en réalité du régime des ICPE, faute d’avoir respecté les conditions légales du rattachement au régime antérieur. Mais, souhaitant prendre les défenseurs du patrimoine de vitesse en rendant ses travaux irréversibles, le promoteur poursuit son chantier, sur lequel un ouvrier a trouvé la mort le 11 mars 2020.

 

Le gouvernement est pris au piège, comme le montrent l'arrêt tribunal administratif du 27 janvier 2020et  les arrêtés préfectoraux du Var relatifs au projet notamment l'arrêté du 29 mai 2020. Il s'agit de la compatiblilité entre sa  stratégie de transition énergétique de développement d'énergies renouvelables pour le changement climatique et sa stratégie pour la protection de l'environnement.  Les éoliennes sont  installées là où il y a du vent et pour trouver les sites favorables on fait des études  de régime des vents. D'où sans doute le choix de ce site. Voici ce que dit la région PACA du potentiel de développement de l'éolien dans toute la région PACA.

 

Concernant la stratégie de transition énergétique de développement d'énergies renouvelables (objectif 40% en 2030) pour le changement climatique, la réduction du nucléaire français à 50%, le développement de l'hydrogène et le concept power to gas voir cette étude de l'Ademe.  Elle s'inscrit dans le projet hydrogène porté par l'UE.

 

Je signale aussi aussi le projet de transport d'électricité excédentaire des éoliennes danoises vers le Royaume uni par un cable souterrain en courant continu.  Le Danemark a lancé depuis plus de 30 ans une politique de promotion des énergies renouvelables, et s'est fixé en 2012 l'objectif d'atteindre 35 % d'énergies renouvelables pour la consommation totale d'énergie, 50 % d'éolien dans la production d'électricité d'ici 2020 et 100 % d'énergies renouvelables en 2050.

 

Pour toutes ces raisons, je ne signe pas la pétition  demandant l'arrêt de la construction en cours.

 

Plus sur ce dossier:

  1.  Permis de construire accordés par la préfecture du Var en février  2008
  2. 11/9/2018 Arrêté préfectoral portant prescriptions supplémentaires vu l'évolution du code de l'environnement
  3. Quand l’État vient au secours, non pas des paysages, mais du promoteur éolien de Sainte-Victoire !
  4. Appel au Président de la République pour la montagne Sainte-Victoire
  5. Pétition change.org
  6. L'origine du projet 2006 bien avant l'obligation des demandes d'autoriastion environementales DAE 1/1/2017
  7. Le programme Flexgrid
  8. Lancement du projet de smart grid européen InterFlex 2017
  9. Synthèse du concept Power to Gas 
  10. Recours contre les déclarations d'antériorité déposés par la société Eco-Delta 
  11. Article du Canard relayé par la SPPEF 8/7/2020
  12. Arrêtés préfectoraux du Var 2018
  13. Dispositifs de soutien aux énergies renouvelables atteindre 40% en 2030!
  14. La société Eco-Delta
  15. La société  Provencialis 80% Eco-Delta 20% Caisse des dépôts et consignations.
  16. Eoliennes démantèlement en fin de vie
  17. Potentiel de  développement de l'éolien dans toute la région PACA
  18. Plus de liens sur l'énergie éolienne

Et cette vidéo