varmatin.com Véronique Georges. le 17/12/2015, à 05h12

 

Le forage Tassy 2 source d'inquiétudes à Tourrettes

 



Pour les élus de Tourrettes, les périmètres du second forage nuisent aux exploitations agricoles situées autour. Or la municipalité veut conserver la vocation agricole de la plaine. Adeline Lebel

Les périmètres de protection de l'ouvrage sont jugés inacceptables par les agriculteurs et le conseil municipal. Le commissaire enquêteur donne son feu vert avec des recommandations

Destiné à sécuriser l'alimentation en eau des communes de l'Est-Var, le forage Tassy 2 est source d'inquiétudes pour les agriculteurs de la plaine de Tourrettes. Et les élus, qui, lors du dernier conseil municipal, le 3 novembre, ont voté à l'unanimité un avis défavorable (1).

Exploité par la société d'exploitation des sources de la Siagnole (E2S), cet équipement est situé sur une propriété qui a toujours eu une vocation agricole. Au village, on entend bien qu'il en reste ainsi.

« Le conseil municipal est d'accord pour que les communes voisines soient alimentées en eau, rassure d'emblée le maire Camille Bouge à l'attention de ses voisins, mais le projet n'est pas acceptable en l'état ».

Protéger la plaine agricole

Les édiles tiennent à protéger la ruralité : « Ce projet porte atteinte aux exploitations agricoles, il est contraire à la politique menée par la municipalité en matière de promotion et de protection de la plaine agricole, territoire mis en exergue dans le futur PLU mais aussi dans le SCOT du Pays de Fayence. Nous voulons que le positionnement de Tourrettes en tant que commune agricole le reste, insiste-t-il. Nous ne voulons pas bétonner. Le commissaire enquêteur doit faire évoluer le périmètre autour du forage, périmètre actuellement beaucoup trop important ».

Il s'agit en fait de plusieurs périmètres de protection (immédiate, rapprochée et éloignée) de l'eau destinée à la consommation humaine. Ils résultent des prescriptions d'un hydrogéologue agréé, complétées par l'agence régionale de santé.

Deuxième argument pour le conseil municipal « la commune sera aussi pénalisée, le dossier proscrivant l'épandage des boues séchées dans la serre de la station d'épuration et répandues actuellement sur des terrains inclus dans le périmètre rapproché ».

Pourtant « elles sont soumises à une analyse drastique par des laboratoires vérifiant leur composition. Aussi cette préconisation a une répercussion importante sur l'avenir de la station d'épuration et implique l'étude de leur acheminement, hors du département, avec des conséquences pécuniaires sur le budget ».

Le commissaire enquêteur favorable

Le dossier fait deux autres catégories de mécontents. Les exploitants agricoles les plus proches du forage estiment que le périmètre de protection rapproché est trop contraignant (lire ci-dessous). Et des propriétaires également concernés par le plan d'exposition aux risques redoutent, eux, des affaissements de terrains, suite aux pompages.

Après étude du dossier, le commissaire enquêteur a conclu le 5 novembre. S'il émet un avis favorable à l'instauration des périmètres de protection, il fait deux recommandations.

Il propose de « réexaminer certains points de prescriptions (...) compte tenu des superficies modestes des terres exploitables, fractionnées en plusieurs lots de cultures différentes » et « les propriétaires souhaitent que le maître d'ouvrage s'engage sur les conséquences découlant des pompages ».

C'est maintenant à la préfecture du Var de statuer. 

Voir arrêté préfectoral du 12 mai 2016