Edit link:
Short link:

Danielle Tartakowsky : « Les 'gilets jaunes', un phénomène miroir du macronisme »

Source Les Echos Leila de Comarmond et Elsa Freyssenet

Le troisième samedi de mobilisation des « gilets jaunes » a été marqué par un affaiblissement de la mobilisation et une poussée de la violence à Paris. Cela vous surprend-il ?

Le développement de la violence est en général corrélé aux difficultés d'élargissement d'une mobilisation. La violence est traditionnellement le substitut à la force du nombre et répond au sentiment qu'il faut choquer pour être entendu. Ce mouvement intervient là après les échecs répétés des syndicats contre la loi El Khomri, les ordonnances Pénicaud, la réforme de la SNCF, qui ont inscrit l'idée que les moyens traditionnels - la manifestation et la grève - ne suffisent plus. D'où la casse qui ne semble pas seulement le fait des activistes d'extrême gauche et d'extrême droite, mais aussi de certains « gilets jaunes ». Et il faut noter que les violences de ce samedi n'ont pas provoqué de basculement de l'opinion qui soutient encore majoritairement le mouvement.

Jacquerie, révolte... Comment qualifiez-vous ce mouvement ?

Ce n'est pas une jacquerie. La jacquerie est un phénomène très localisé, lié à la paysannerie et qui renvoie à l'Ancien Régime, où il n'existe pas d'espace pour le débat politique. La révolte mérite davantage qu'on y réfléchisse. C'est un phénomène qui s'inscrit dans l'urgence, ici et maintenant. Indéniablement, il y a dans les « gilets jaunes » cette urgence et une absence de stratégie dans le temps. Plus que la violence, c'est cela qui amène à parler de révolte.

 

Comment en est-on arrivé là ?

L'extrême droite a joué un rôle dans l'émergence du mouvement, au départ ciblé contre la fiscalité. Mais plus le temps passe et plus il change de nature, il devient protéiforme. Il y a tout à la fois des travailleurs indépendants et des professions intermédiaires, ouvriers et employés qui pourraient se retrouver dans un mouvement plus classique de contestation salarié. C'est la proximité territoriale qui permet le rapprochement , avant le statut vis-à-vis du travail. Pour moi, c'est une réponse en miroir au « ni droite ni gauche » d'Emmanuel Macron. On retrouve dans les deux cas le « dégagisme » au profit de la société civile. Sauf que deux sociétés civiles s'opposent : celle des diplômés et des optimistes qui ont voté Emmanuel Macron au 1 er tour et celle des « gilets jaunes », fragilisée par la mondialisation ou laissée à ses marges. En restructurant la politique sur une base sociologique et en semblant légitimer par son action une forme de démocratie directe sans corps intermédiaires, Emmanuel Macron a favorisé cet effet miroir.

C'est la proximité territoriale qui permet le rapprochement, avant le statut vis-à-vis du travail

Le sociologue Hervé Le Bras a effectué une carte du premier week-end de mobilisation qui colle avec celle du désert rural français...

Le mouvement est particulièrement actif dans les petites villes qui composent cette France rurale qui a vu disparaître ses services publics, qui n'a pas digéré la limitation à 80 kilomètres heure, et qui subit de plein fouet le prix des carburants. C'est aussi une manière de rejouer l'opposition Paris-province, qui joue très fortement dans les imaginaires. On parle beaucoup de l'importance des réseaux sociaux dans le mouvement, qui est une réalité. Moins de la symbolique de la montée sur Paris des « gilets jaunes ». Paris, pour eux, c'est l'élite, ceux qui ne comprennent pas, les riches des beaux quartiers. Les manifestants montés à la capitale ne sont pas allés à Bastille, République ou Nation, mais là où ils pensent que sont le pouvoir politique et celui de l'argent. Et sans demander aucune autorisation. Ils ont pris les Champs-Elysées. En régions dans un premier temps, les barrages ont dominé et c'était une autre spécificité de ce mouvement. Désormais, les lieux de pouvoir - les préfectures - sont autant pris pour cible que les lieux de consommation (centres commerciaux, hypermarchés).

N'y a-t-il pas contradiction à réclamer à la fois une baisse des taxes et plus de services publics ?

Le mouvement est moins contre l'impôt que contre l'injustice fiscale et le mauvais usage de l'impôt résumé par l'expression : que fait-on de l'argent ? Ce mouvement traduit l'instabilité qui résulte du détricotage de l'Etat social tel que je l'ai analysé dans mon livre (1). Il faut en revenir à l'histoire : de 1800 à 1930, on a d'abord construit un compromis républicain autour de la classe moyenne de petits propriétaires, dont le poids était suffisant pour ne pas avoir à sceller de compromis social avec les ouvriers. A partir des années 1930, les mobilisations ouvrières contribuent à la construction de notre Etat social et au compromis transpartisan - la charte du Conseil national de la résistance - conclu en 1944 par l'ensemble des formations politiques et syndicales. Depuis les années 1980, dans un cadre marqué par le chômage de masse et la mondialisation, l'Etat social se délite. Sans qu'aucun autre compromis n'ait émergé. Conduisant à un mal-être, un mal vivre, à la fois social et démocratique, qu'expriment les « gilets jaunes ». On est dans l'existentiel, pas sur le registre des grandes peurs (Europe, immigration) ni sur l'exigence de changement de modèle. Le message c'est : « On n'en peut plus, on ne nous écoute pas, on veut des mesures concrètes ».

Cinquante ans après Mai 68, l'histoire se répète-t-elle ?

La comparaison n'est pas bonne. Certains mettent en avant la violence des deux mouvements, mais en mai 1968, les manifestants n'allaient pas sur le territoire de l'autre. Ils défendaient le leur : les étudiants le quartier latin, les ouvriers leurs usines. Ils revendiquaient aussi un changement de société. Et les forces syndicales et politiques, puissantes à l'époque, en sont sorties renforcées. Le mouvement des « gilets jaunes » est totalement inédit. Par sa sociologie, par la place des réseaux sociaux et par le fait qu'il rejette tous les cadres.

Le mouvement des « gilets jaunes » est totalement inédit. Par sa sociologie, par la place des réseaux sociaux et par le fait qu'il rejette tous les cadres

Même en son sein puisque, à peine choisis, les porte-parole sont contestés...

Les « gilets jaunes » sont un symptôme de la crise de la démocratie représentative, qui a commencé bien avant Emmanuel Macron. C'est un mouvement qui se définit comme « a », apolitique, asyndical, et qui ne s'inscrit dans aucune histoire. Quand il n'y a plus de « isme », on adopte des couleurs : les « bonnets rouges », les « gilets jaunes »... Et en l'absence de tradition politique, on en revient aux fondamentaux, en l'occurrence 1789, citée en référence. C'est peut-être le premier mouvement social du nouvel âge global, défini par Saskia Sassen. Cet âge où les Etats ont volontairement délégué certains de leurs pouvoirs à l'Union européenne ou à des agences administratives indépendantes, éloignant d'autant la décision du citoyen. Et quand les citoyens ont l'impression de ne plus avoir de prise, ils mordent.

Peut-on qualifier les « gilets jaunes » de populistes ?

Je n'aime pas ce mot car, s'agissant de populisme, il y a autant de cas de figure que de pays concernés. C'est devenu un mot valise. Il y a chez les « gilets jaunes » la cohabitation de deux approches : la volonté de nouvelles formes de démocratie, plus directe, plus participative ; et chez certains d'entre eux la tentation d'une démocratie illibérale, selon le terme de Yascha Mounk, avec un pouvoir fort supposé plus protecteur. Les effets politiques de cette dernière tentation peuvent être redoutables.

Doit-on avoir peur de ce mouvement ?

Qu'on en ait peur ou pas, il est là, donc il faut le prendre au sérieux.

Quelle est la responsabilité de l'exécutif dans son déclenchement ?

Des fautes politiques ont été commises la première année. De nombreuses phrases d'Emmanuel Macron ont été perçues comme du mépris. La négation des corps intermédiaires a privé le gouvernement d'interlocuteurs, voire de médiateurs. Et la suppression de l'ISF a cristallisé un sentiment d'injustice, toujours latent en France. Car l'histoire de notre pays est celle d'un peuple acteur depuis 1789. Emmanuel Macron a pu croire que tout lui était possible et il a effectivement gagné des batailles réputées perdues d'avance,telle la réforme de la SNCF . Mais l'idée que la lutte paie marque toujours l'imaginaire des Français, même si cela n'a plus été vrai depuis longtemps. Il ne faudrait pas qu'elle soit remplacée par cette autre idée que c'est la violence qui paierait.

L'idée que la lutte paie marque toujours l'imaginaire des Français, même si cela n'a plus été vrai depuis longtemps. Il ne faudrait pas qu'elle soit remplacée par cette autre idée que c'est la violence qui paierait

Y a-t-il défaillance des corps intermédiaires ?

Le mouvement syndical a pris des coups majeurs ces dernières décennies, et constater son affaiblissement n'est pas une nouveauté. De 1986 à 1997, les manifestations débouchaient sur des victoires comme si elles faisaient fonction de référendum d'initiative populaire. Puis l'année 2003, avec la résistance du gouvernement Raffarin sur les retraites, a marqué un coup d'arrêt. Mon hypothèse est que le quinquennat et l'inversion du calendrier ont, en bannissant la cohabitation, renforcé la cohésion et donc la résistance du pouvoir. Les exceptions de 2006 avec le CPE et de 2013 avec les « bonnets rouges » n'ont pu avoir lieu que parce que le pouvoir était divisé de l'intérieur. Depuis quinze ans, la question, face à un mouvement social, est donc celle de la cohésion ou pas de l'exécutif.

Au regard de l'histoire, la réponse de l'exécutif aux « gilets jaunes » vous paraît-elle appropriée ?

Les annonces d'Edouard Philipperépondent aux premières exigences d'urgence formulées par les gilets jaunes sur les prix des carburants et l'exécutif semble vouloir réintroduire les corps intermédiaires dans le jeu. Faîtes il y a quinze jours, elles auraient sans doute été mieux accueillies. Aujourd'hui, on peut se demander si elles seront à même de répondre au sentiment, plus large, d'injustice fiscale et de surdité des gouvernants. Jusqu'ici, l'exécutif a toujours réagi avec un temps de retard... comme en 1968. Sauf que de Gaulle a eu un coup de génie le 30 mai 1968, il a annoncé la dissolution de l'Assemblée, contraignant ses adversaires à s'inscrire dans le cadre institutionnel ou à se mettre en marge. Ces derniers ont été balayés dans les urnes, mais quand on joue à cela il faut être certain de gagner. De Gaulle pouvait dire « moi ou le chaos », car il avait une légitimité historique et que la croissance d'alors autorisait certaines marges d'action. Il offrait l'image de la solidité quand ses opposants incarnaient l'aventure. Depuis cinquante ans, le sentiment que l'Etat est impuissant dans bien des domaines est allé crescendo. Et Emmanuel Macron est de surcroît confronté à un contexte international qui le freine sur deux axes forts de son projet : il veut adapter la France à la mondialisation, or le protectionnisme a repris de la vigueur avec Trump ; et sa volonté de relance de l'Europe pâtit de la faiblesse d'Angela Merkel. Un exécutif fragile ne peut pas apparaître comme une valeur refuge.

Les « gilets jaunes » ne sont pas des acteurs de la crise de la démocratie, ils en sont un symptôme. Quelle que soit l'issue de ce conflit, ce mouvement aura des conséquences politiques durables

Pensez-vous, comme Laurent Berger, que « toute la démocratie peut être emportée par ce qui se passe actuellement » ?

Nous sommes depuis longtemps dans un processus de délitement, de rupture de confiance. Les « gilets jaunes » ne sont pas des acteurs de la crise de la démocratie, ils en sont un symptôme. Quelle que soit l'issue de ce conflit, ce mouvement aura des conséquences politiques durables.

(1) « L'Etat détricoté. De la Résistance à la République en marche » par Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky, éd. du Détour, 2018.

Plus sur Danielle Tartakowsky



Created: 14 days ago
Visits: 51
Online: 0