Edit link:
Short link:

L’AN 1 Le macronisme à l’épreuve du pouvoir

C’est seulement lorsque l’Hymne à la joie a retenti, ce dimanche 7 mai 2017, aux alentours de 22h30, sur l’esplanade du Louvre, que les Français ont compris qu’Emmanuel Macron allait vraiment être président. “Par effraction”, peut-être, comme il l’a lui même reconnu plus tard. Mais président quand même. Encore étourdis par une campagne longue et pleine de rebondissements, ils l’ont vu s’avancer, seul, à pas lents, à la manière d’un Mitterrand du second millénaire. Moderne et si classique à la fois, réformateur et conservateur, il aime le contact direct et l’horizontalité des réseaux sociaux mais renoue avec gourmandise avec l’autorité présidentielle de la Ve République. Le président du “en même temps” brouille les pistes, au risque d’altérer son image. En un an, les Français ont peu à peu découvert les attributs d’un président aux milles facettes. Et ses limites. 
 

Sur tout, je fais ce que j’ai dit”

Ces quelques mots sont rapidement devenus son credo. À chaque interpellation sur sa politique, Emmanuel Macron le répète : il agit conformément à son programme présidentiel. Et pour prouver son efficacité, le jeune président de la République veut aller vite. Lors de la réforme du Code du travail en septembre, il n’a par exemple pas hésité à avoir recours aux ordonnances en faisant voter une loi d’habilitation, afin de passer outre les débats au Parlement. Sur un an, l’opposition s’est souvent indignée du rythme des réformes, se plaignant de ne pas avoir assez le temps de débattre des mesures. L’exécutif compte maintenir ce tempo, en espérant boucler le programme présidentiel d’ici la moitié du quinquennat. La seconde partie devrait permettre de constater les effets des mesures votées et éventuellement ouvrir de nouveaux chantiers en vue de 2022 et, surtout, d’une potentielle réélection.

 

Macron-Philippe : à chacun sa place

Pour mettre en musique ce réformisme, Emmanuel Macron a redéfini les relations entre président et premier ministre. Finie, l’ère Hollande où le rôle de Matignon avait des contours flous, notamment durant la parenthèse Jean-Marc Ayrault. Adepte d’une lecture plus classique de la Constitution de la Ve République, le chef de l’État a choisi un binôme complémentaire. Depuis sa nomination, l’ex-juppéiste Édouard Philippe a été placé en première lignesur plusieurs dossiers de politique intérieure, notamment l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et la réduction de la vitesse maximale à 80 km/h sur les routes secondaires. Même la réforme des institutions, qui reste l’apanage de l’Élysée, a été annoncée par le locataire de Matignon. Quant à Emmanuel Macron, il se focalise sur le cap et les grandes orientations. L’international, l’Europe, la Défense et le “redressement” du pays sont ses champs d’action privilégiés. Au plan politique, Édouard Philippe a su jouer son rôle de rabatteur d’électeurs de droite pour La République en marche, malgré son exclusion des Républicains. Repêché par Emmanuel Macron après les adieux d’Alain Juppé à la scène nationale, il n’a pour l’heure d’autre ambition que d’œuvrer pour la réussite du quinquennat macronien. Commode.

 

L’attelage Macron-Philippe fonctionne d’autant mieux qu’il n’a face à lui que peu d’obstacles parlementaires. Aux législatives de juin 2017, les Français ont accordé au président fraîchement élu une très large majorité à l’Assemblée nationale, qui compte à ce jour 312 députés. Si l’on y ajoute le groupe MoDem (47 membres), allié à La République en marche, et la droite Macron-compatible d’Agir (32), on aboutit à un bloc imperméable à tout camouflet. Les élus LaREM, dont la plupart sont des novices issus de la société civile, doivent leur présence au palais Bourbon à Emmanuel Macron. Face à cette majorité très soudée et qui ne donne aucun signe de fêlure - hormis, à la marge, sur le projet de loi asile et immigration -, l’opposition est morcelée. La France insoumise donne de la voix mais ne compte que 17 députés, auxquels ne s’adjoignent pas mécaniquement les communistes en raison de leurs divergences stratégiques. Le Parti socialiste se cherche. À droite, le Front national n’a pas de groupe et les Républicains, qui constituent le principal bloc d’opposition, sont tiraillés entre libéraux et souverainistes. Un éparpillement inédit dans l’histoire politique récente.

Le big bang politique en une image

 

Les têtes pensantes de la Macronie

 

  • Alexis Kohler : Pour le grand public, il n’est rien de plus que “celui qui annonce les remaniements”. Pourtant, dans les faits, Alexis Kohler est la pièce maîtresse et la clé de voûte de la Macronie. Véritable homme de confiance du président, qui l’a nommé secrétaire général de l’Élysée, ce quadra surdiplômé (Sciences Po, Essec, ENA) est le jumeau de l’ombre d’Emmanuel Macron. Omniprésent et invisible à la fois, il pense, agit et réagit exactement comme le chef de l’État, qu’il a naturellement suivi depuis Bercy jusqu’au Palais.

 

  • Ismaël Emelien : À part ses proches, personne ou presque ne connaît le son de sa voix. Aussi discret qu’indispensable, celui que les macronistes surnomment «Isma» est un ancien strauss-khanien. Diplômé de Sciences Po, ce trentenaire est décrit comme une machine à analyser la carte électorale, à anticiper les tendances sondagières, et à sentir les bon coups de com’. Pendant la campagne, comme depuis l’élection, cet ancien de chez Havas a souvent murmuré des formules percutantes à l’oreille de celui qui l’a nommé «conseiller spécial».

 

  • Sylvain Fort : Il est «la plume» du président. Après avoir croisé la route de Laurent Wauquiez il y a quelques années, ce normalien a été recruté par Emmanuel Macron a la rentrée 2016. Conseiller presse et communication du candidat pendant la campagne, ce passionné de littérature allemande et de musique classique a été nommé «conseiller discours et mémoire» depuis l’élection. À l’Élysée, où il officie dans l’ombre, il intervient sur chacune des prises de parole du chef de l’État - quelle qu’elle soit.

 

  • Bruno Roger-Petit : Son rôle exact reste trouble. Journaliste politique depuis la fin des années 1980, ce passionné de football a fréquenté le PS il y a une dizaine d’années… Avant de se montrer extrêmement bienveillant vis-à-vis d’Emmanuel Macron durant la campagne. Conseiller officieux du candidat d’En Marche!, avec qui il partageait ses analyses, il a été nommé porte-parole de l’Élysée après six mois de présidence. Mi-gaulliste, mi-mitterrandien, il veille à adapter la stature jupitérienne du chef de l’État au XXIe siècle.
  • Sibeth Ndiaye : C’est elle qui se cache derrière le fameux «entourage» d’Emmanuel Macron. Chargée d’organiser les déplacements du ministre entre 2014 et 2016, cette trentenaire s’est rapidement imposée comme la conseillère presse et communication du candidat puis du président. Depuis un an, elle est chargée de veiller au verrouillage de la parole présidentielle, et elle s’assure qu’aucune fuite incontrôlée ne finisse dans les médias. «J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président», confie-t-elle.

Brigitte Macron, un rôle à part

Elle sait prendre la lumière «et en même temps» rester dans l’ombre. Depuis l’élection de son mari, Brigitte Macron est parfaitement rentrée dans le costume de première dame. Toujours impeccable d’un point de vue vestimentaire, elle jouit d’une popularité impressionnante auprès des Français (qui lui adressent environ 200 lettres par jour), et elle est également très appréciée dans le reste du monde (comme en témoigne l’effervescence qui a accompagné son parrainage du bébé panda chinois prêté au zoo de Beauval). Souvent présentée comme l’”atout charme” du président, l’ancienne professeure de lettres ne se contente cependant pas d’un rôle de représentation... Loin s’en faut : elle a un véritable impact politique, puisque son époux la consulte régulièrement. Contrairement aux autres premières dames, Brigitte Macron n’a pas voulu prendre les rênes d’une fondation ni multiplier les parrainages, mais préfère se consacre à l’inclusion des enfants handicapés, et à des balades quasi-quotidiennes dans les rues de Paris ou dans le reste du pays. Elle est également omniprésente lors des visites officielles du chef de l’État à l’étranger. 
 

“France is back”

Soucieux de renouer avec la grandeur historique de la France, Emmanuel Macron attache un soin tout particulier à retrouver une voix forte sur la scène diplomatique. En un an, il a cherché à établir un rapport direct avec les chefs d’États les plus puissants. À côté de cette diplomatie parfois frontale, le chef de l’État fait également usage du “soft power”, en misant notamment sur sa jeunesse et sa maîtrise de l’anglais.

 

 

14 MAI 2017 - Dès son investiture, le 14 mai 2017, Macron a envoyé un signal fort sur la scène nationale et internationale : il a remonté les Champs-Élysées, debout dans un camion militaire ACMAT. Une image loin de celle de Hollande, trempé dans sa DS5 décapotée le 15 mai 2012. (Crédits photo : Michel Euler/POOL/AFP)

 

15 MAI 2017 - Alors que les relations franco-allemandes étaient refroidies sous l’ère Hollande, Macron a immédiatement voulu les réchauffer, et reprendre le leadership du couple. C’est pourquoi il a été afficher son entente avec Merkel à Berlin dès après son investiture(Crédits photo : Kay Nietfeld/dpa/AFP)

 

29 MAI 2017 - Pour montrer que la voix de la France était de retour dans le jeu diplomatique, Macron a reçu Poutine en grandes pompes. Le président russe a été invité à Versailles, où une exposition commémorait les 300 ans du séjour de l’empereur Pierre 1er de Russie en France. (Crédits photo : Stéphane de Sakutin/POOL/AFP)

 

1er JUIN 2017 - C’est l’une de ses interventions les plus percutantes, au moins en termes de communication. Alors que Trump venait d’annoncer que les États-Unis se retiraient de la COP21, Macron a détourné le soir-même le slogan de campagne du président américain et invité le monde entier à «Make our planet great again». (Crédits photo : Philippe Wojazer/POOL/AFP)

 

14 JUILLET 2017 - Assumer les divergences ne l’empêche pas de garder le contact… Au contraire. Comme avec Poutine, Macron a tenu à sortir le grand jeu pour recevoir Trump. Il l’a donc invité au défilé militaire sur les Champs-Élysées, avant de l’emmener dîner à la Tour Eiffel. (Crédits photo : Christophe Archambault/POOL/AFP)

 

19 SEPTEMBRE 2017 - À la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, Macron s’est exprimé en Français devant l’ensemble des pays du monde. Le jeune président, qui se savait attendu au tournant, y a livré un vibrant plaidoyer pour le multilatéralisme. (Crédits photo : Drew Angerer/Getty North America/AFP)

 

8-9-10 JANVIER 2018 - Après l’Europe, l’Amérique et l’Afrique, Macron a décidé de faire de la diplomatie en Asie. Lors d’un voyage d’État en Chine, le président a loué la politique de Xi Jinping dans plusieurs domaines, et promis de revenir tous les ans dans l’Empire du milieu. (Crédits photo : Andy Wong/POOL/AFP)

 

22 JANVIER 2018 - Juste avant le Forum de Davos, Macron a proposé à 140 patrons français et dirigeants de firmes étrangères de faire une halte à Paris. Accompagné de Philippe et de 15 ministres, le président a affirmé que la France était de nouveau attractive. (Crédits photo : Liewig Christian/ABACA)

 

9-10-11 MARS 2018 - Lors de sa visite d’État en Inde, Macron a annoncé 13 milliards d’euros de nouveaux contrats. Mais, durant ce voyage, ses gestes étaient presque aussi importants que ses mots : il a eu le privilège de multiplier les câlins avec le premier ministre Modi. (Crédits photo : Money Sharma/AFP)

 

23-24-25 AVRIL 2018 - Macron a permis à Trump de recevoir sa première visite d’État. À cette occasion, le président français a offert un chêne à son homologue, qu’ils ont planté dans les jardins de la Maison Blanche. Il a également été très applaudi lors de son discours en anglais devant le Congrès. (Crédits photo : Jim Watson/AFP)

Les voyages d’Emmanuel Macron

Une popularité en trompe l’oeil

Même s’il est loin de la popularité de ses débuts, Emmanuel Macron ne se sera jamais réellement effondré. Dans le baromètre Kantar Sofres pour Le Figaro Magazine, la moyenne du taux de confiance lors de ses neuf derniers mois s’élève à 41,3%. Un après son arrivée à l’Élysée, le chef de l’État fait mieux que ses deux prédécesseurs : testés à la même époque, Nicolas Sarkozy était à 37% et François Hollande à 26%.

  • Un socle solide 

Emmanuel Macron peut toujours compter sur ses fidèles. 92% des sympathisants de La République en marche déclarent avoir confiance envers le président de la République. Un résultat qui ne s’est jamais effrité tout au long de sa première année à l’Élysée. “Les 24% de Français qui ont voté pour Emmanuel Macron au premier tour ne l’ont pas fait par défaut. Il y a eu une vraie adhésion qui se poursuit encore aujourd’hui”, analyse Carine Marcé, de l’institut Kantar Sofres-OnePoint. 

  • Une popularité fluctuante chez LR et PS 

Les sympathisants LR et PS modulent leur position en fonction des mesures annoncées. À l’hiver, le recours aux ordonnances pour réformer le Code du travail a séduit la droite et agacé la gauche (54% de confiance pour les sympathisants LR, seulement 35% pour ceux du PS). À l’inverse, les mesures plus sociales prises au printemps et le discours en faveur de l’Union européenne ont été salués par les sympathisants socialistes (46% en avril), et ont désorienté ceux de LR (39%). En mai, l’indifférence d’Emmanuel Macron vis-à-vis du mouvement social a encore une fois rebuté la gauche (il est tombé à 31% chez les sympathisants PS)... mais a bien plu à droite (il est remonté à 53% chez les sympathisants LR).

  • Des foyers de colère 

Souvent considérés comme “les grands sacrifiés” du début du quinquennat, les retraités se montrent pour autant mitigés sur la première année d’Emmanuel Macron. La hausse de la CSG, actée en novembre, a certes eu un effet immédiat dans sa popularité chez les aînés : seuls 40% des retraités disaient en novembre avoir confiance envers le président, contre 65% en juin 2017. Mais la courbe s’est cependant redressée pour se stabiliser autour de 50%. “C’est un bon bilan quand on le compare aux autres catégories”, estime Carine Marcé.

Un an après son élection, seuls 35% des Français issus de “CSP -” lui accordent leur confiance. Ils étaient 51% en juin 2017. Du côté des chômeurs aussi, la chute est sévère. Alors que 43% lui faisaient confiance en juin 2017, Emmanuel Macron atterrit onze mois plus tard à 29%. Un mécontentement qui se traduit également chez les sympathisants du Front national (15% seulement de confiance en mai 2018) et de La France insoumise (16%). “En voyant les réformes mises en œuvre par le gouvernement, beaucoup ont peur que l’on se dirige vers une société très libérale, qui creuserait davantage les inégalités”, explique Carine Marcé.

Un an de grogne sociale

 

PREMIER TEST - Remontés contre la réforme du code du travail par ordonnances, les syndicats et les différents mouvements de gauche comptaient imposer une rentrée sociale chargée à Emmanuel Macron. Cela était sans compter les rivalités entre les syndicats et leurs soupçons à l’égard de Jean-Luc Mélenchon, craignant que le leader de La France insoumise veuille récupérer politiquement le mouvement. Résultat, les trois mobilisations des 12, 21 et 23 septembre connaissent un succès très modéré. Face à ces divisions affichées au grand jour, Emmanuel Macron n’a pas ressenti le besoin de réagir. (Crédits photo : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

 

“Il A LE POINT” - Une nouvelle tentative de mobilisation est impulsée par les syndicats le 10 octobre pour défendre les fonctionnaires. Même si La France insoumise est présente dans le cortège, l’absence de Jean-Luc Mélenchon est remarquée. Là encore, la mobilisation peine à prendre et n’inquiète pas Emmanuel Macron. “Il a le point pour l’instant”, reconnaît Jean-Luc Mélenchon fin octobre au micro de France info. (Crédits photo : Gerard Julien/AFP)

COLÈRES INATTENDUES - Emmanuel Macron ne l’avait pas forcément prévu. Après une succession d’agressions, les gardiens de prison se mettent en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et pointent du doigt la surpopulation carcérale. Face à ce dossier inflammable, Emmanuel Macron préfère rester en retrait, et envoie sa ministre de la Justice, Nicole Belloubet, en première ligne. La garde des Sceaux promet davantage de moyens et la construction de 10.000 places de prison supplémentaire d’ici 2022. En parallèle, le gouvernement devait aussi faire face à la colère des Ehpad, les aignes soignantes déplorant un manque de personnel et d’investissement. (Crédits photo : François Lo Presti/AFP)

 

 

CHEMINOTS - Ils voulaient faire une démonstration de force. Pour s’opposer à la réforme de la SNCF, les cheminots ont voulu prendre les devants en imposant une grève “perlée” étalée jusqu’au mois de juin. Dans son bras de fer avec les cheminots, Emmanuel Macron a répété à plusieurs reprises que le gouvernement “ira au bout” de la réforme. (Crédits photo : Bertrand Guay/AFP)

 

ZADISTES - Le gouvernement avait laissé aux zadistes jusqu’à la fin de la trêve hivernale, le 31 mars, pour quitter les lieux. Après s’être vu opposer une fin de non recevoir par les occupants illégaux, le gouvernement a dû procéder à une évacuation sous tension par les forces de l’ordre le 9 avril. Le mot d’ordre : expulser les “éléments les plus radicaux” et détruire les constructions illégales. Même si l’opération a été présentée comme un “succès” par le gouvernement, certains zadistes ont déjà réinvesti les lieux. (Crédits photo : Damien Meyer/AFP)

 

ETUDIANTS - Remontés contre la réforme de l’université, incluant la sélection des étudiants dans les filières post-bac, des milliers d’étudiants ont bloqué pendant plusieurs jours certaines facs. Nanterre, Rennes, Montpellier... Dans plusieurs établissements, les examens ont dû être reportés. Face à cette émulsion étudiante, Emmanuel Macron a choisi l’ironie pour répliquer. “Il n’y aura pas d’examen en chocolat dans la République”, a-t-il balayé lors de son intervention au 13H de Jean-Pierre Pernaut le 12 avril, tout en fustigeant “les professionnels du désordre”. (Crédits photo: Gerard Julien/AFP)

 

UN 1er MAI QUI DÉRAPE - Ils se sont invités à la fête. 1.200 “black blocs”, groupuscule d’extrême gauche, se sont infiltrés dans la traditionnelle manifestation du 1er mai à Paris, provoquant d’importantes violences et dégradations. En déplacement au même moment en Australie, Emmanuel Macron est sorti de son silence pour dénoncer la responsabilité de La France insoumise, qualifiant ses cadres de “pyromanes indignés”.(Crédits photos: Philippe Lopez/AFP)

De l’autorité à l’autoritarisme ?

Face à la multiplication des fronts, le jeune président a choisi d’adopter une posture inflexible. Dès l’aube du quinquennat, Emmanuel Macron a assumé cette dimension monarchique du régime, comme en témoigne sa déambulation solitaire dans la cour du Louvre le soir de son élection. Lors de sa cérémonie d’investiture, il a chaussé ses bottes de chef des Armées en se juchant sur un command-car, symbole gaullien s’il en est. Un penchant martial qui s’est affirmé lors du conflit ouvert avec le chef d’état-major des Armées Pierre de Villiers, qui a démissionné au mois de juillet pour protester contre la baisse du budget de la Défense.

Emmanuel Macron et l’ex-Chef d’état major des Armées Pierre de Villiers. Crédits photo : AFP

Dans son gouvernement, Emmanuel Macron a fait la part belle à des techniciens issus de la société civile et, de fait, moins prompts à s’émanciper ou à donner du “off” au Canard enchaîné. Tout ou presque se décide à l’Élysée. Sur le terrain social, le chef de l’État fait peu de concessions aux syndicats. “Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes”, lançait-il le 8 septembre. Sans préciser s’ils lui en savent gré, 73% des Français testés par Ifop au mois d’avril ont estimé qu’ils avaient un président “autoritaire”. 
 

Macron et les médias, l’amour vache

Depuis qu’il a été élu, le président a décidé de durcir le ton avec les journalistes, avec lesquels il entretenait auparavant une certaine proximité. Ainsi, il s’est fendu de nombreuses réponses empreintes de mépris voire de condescendance lors de différentes conférences de presse, pour éviter de répondre à des questions qui ne lui plaisaient pas, comme le montre ce montage vidéo.

À peine élu, le chef de l’État a tenté au début du quinquennat d’écarter les journalistes politiques de ses déplacements, exigeant que des journalistes spécialisés leur soient préférés par les rédactions. Le 14 juillet, il a carrément décidé d’annuler le traditionnel entretien présidentiel, expliquant que sa «pensée complexe» ne se prêtait pas à l’exercice. Avant de finalement revoir sa décision au sortir de l’été et d’accorder trois interviews télévisées entre octobre et avril. Enfin, c’est sa décision de transférer la salle de presse hors de la cour de l’Élysée qui a remis le feu aux poudres récemment, et lui a valu les foudres des agences de presse. Seuls deux journalistes semblent toutefois entretenir une relation privilégiée avec le président : Nicolas Domenach et Maurice Szafran, qui vont être régulièrement reçus en entretiens privés à l’Élysée pour l’écriture d’un livre. 

L’opposition cornerisée

L’hémicycle sous la précédente législature et au 1er mai 2018.

L’autoritarisme reproché à Emmanuel Macron trouve un écho particulièrement fort dans les couloirs du Parlement. D’abord parce qu’il dispose d’une majorité écrasante à l’Assemblée nationale, qui a le dernier mot en matière législative. Les députés LaREM, pilotés par le fidèle macroniste Richard Ferrand, votent comme un seul homme tous les textes préparés par le gouvernement, déclenchant des cris d’orfraie dans les rangs de la droite comme de la gauche. Peu initiés à la joute parlementaire, les élus marcheurs ravivent l’étiquette de “chambre d’enregistrement” dont souffre depuis longtemps le palais Bourbon. C’est l’un des aspects plus controversés de notre Constitution, dont Emmanuel Macron s’est toujours fait le défenseur. 

Émiettée, l’opposition peine à exister dans l’hémicycle. Face à ce phénomène, le Sénat présidé par l’ancien filloniste Gérard Larcher tente de faire contrepoids. Notamment sur la réforme des institutions voulue par le chef de l’État. Problème, celle-ci contient des dispositions amenuisant davantage les pouvoirs du Parlement au profit de l’exécutif. Au-delà d’une baisse de 30% du nombre d’élus, le texte prévoit de limiter la production d’amendements et d’accélérer la procédure parlementaire. Il instille également 15% de proportionnelle dans le jeu des prochaines législatives, celles de 2022. Une dose suffisamment minime pour ne pas trop troubler ce scrutin capital. 
 

Dans les territoires aussi, la colère monte face au "président des villes"

 

Demandes d’économies, mesures mal comprises… En un an, Emmanuel Macron a suscité la grogne des élus locaux. Beaucoup lui reprochent de délaisser les territoires en recentrant sans cesse son pouvoir sur la capitale. L’annonce de la baisse des dotations aux collectivités territoriales à l’été avait mis le feu aux poudres. “Une saignée sans précédent”, a fustigé le président de l’Association des maires de France (AMF) François Baroin. 
 

Autre coup de massue pour les élus locaux : la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires. Une annonce qui prouve selon eux de “la déconnexion” du jeune président de la République avec “la France périphérique”. Jusqu’au sein de la majorité, plusieurs voix se sont élevées en privé pour s’opposer - fait rare - à la mesure après de mauvais retours en circonscriptions.

Des critiques qui ont rapidement valu à Emmanuel Macron l’étiquette de “président des villes”. Jusqu’alors inflexible, comme il l’a notamment prouvé lors du Congrès des maires en novembre, le chef de l’État semble après un an vouloir se rapprocher des territoires. Début avril, Emmanuel Macron a répondu aux questions de Jean-Pierre Pernaut lors du JT de 13H de TF1 délocalisé dans la petite commune de Berd’huis (Orne). Le président en a profité pour lâcher du lest sur la limitation à 80km/h, assurant que la mesure prendrait fin dans deux ans si aucun effet sur la baisse du taux de mortalité n’était constaté. Reste à savoir si cela sera suffisant pour contenir la colère des élus locaux.

LaREM, une coquille vide qui peine à s’émanciper

Emmanuel Macron et Christophe Castaner. Crédits photo : AFP

Face à la multiplication des fronts, Emmanuel Macron est un président seul. Au gouvernement comme au sein du parti présidentiel, personne ne peut assurer la pédagogie des réformes et fixer le cap du quinquennat comme le fait le chef de l’État. «On a beau tourner dans tous les sens, on a pas trouvé meilleur qu’Emmanuel Macron pour expliquer ou alimenter le macronisme», admet un cadre important de la République en Marche. 
 

Car même si le chef de l’État a sommé Christophe Castaner de s’emparer du mouvement, LaREM peine toujours à exister sur la scène politique. «La saison 1 était formidable. Mais nous ne savons pas comment donner du souffle à la saison 2», admet un député haut placé dans l’organigramme.  À cela s’ajoutent les critiques de plusieurs référents locaux, qui dénoncent l’opacité dans les prises de décisions et le manque de démocratie dans les nominations et les élections. Résultat : plusieurs militants claquent la porte, et les initiatives du mouvement suscitent moins d’enthousiasme, comme en témoigne le très confidentiel lancement Grande Marche pour l’Europe.

Européennes et municipales : la grande inconnue

Le séisme macroniste qui a secoué l’ensemble de la classe politique en 2017, connaîtra-t-il des répliques en 2019 et en 2020 ? Alors que plus de 310 députés LaREM ont été élus au mois de juin dernier, le mouvement jouera très gros lors des élections européennes et municipales. D’abord parce que le chef de l’État mise sur le scrutin continental pour confirmer le nouveau clivage qu’il a théorisé durant la campagne présidentielle, entre fédéralistes et eurosceptiques. Ensuite parce que ces deux élections de mi-mandat se transformeront inévitablement en référendum “pour” ou “contre” la politique menée par l’exécutif depuis le début du quinquennat… Et que le moindre revers pourrait servir d’angle d’attaque aux oppositions de droite comme de gauche, qui espèrent toutes incarner l’alternance en 2022. Enfin parce que les municipales doivent permettre à Emmanuel Macron de se doter d’une implantation locale dont il pourrait avoir besoin pour briguer un second mandat.

2022 déjà en ligne de mire

Car Emmanuel Macron pense déjà à sa réélection. “Si ça ne marche pas dans 5-10 ans, ce sera ma responsabilité”, a-t-il expliqué lors de sa dernière interview sur BFMTV, plaçant volontairement son action dans le temps long. D’autres sont encore plus directs, à l’instar de son ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui “souhaite sa réélection en 2022” ou du patron des députés LaREM Richard Ferrand qui a demandé à ses troupes d’œuvrer en ce sens. Face à une opposition toujours morcelée qui peine à trouver des points d’accroche, le chef de l’État compte tirer les fruits de ses réformes pour poursuivre l’aventure élyséenne. Libéraliser pour transformer puis redistribuer pour séduire, telle est la stratégie du quinquennat Macron. Ou quand le sprinteur se mue en coureur de fond... pour Macron, l’histoire ne fait que commencer.

Les auteurs:



Created: 08/05/2018
Visits: 68
Online: 1