Edit link:
Short link:
www.Hominides.com
1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif 1d88cbe120b7c739b47ae34846ad3e24.gif
Contacts

Lieux > Georgie > Caucase > Visitez la région > Gisement de Dmanissi

Dmanisi - Dmanissi - Georgie

Dmanissi, un gisement préhistorique unique
Un morceau de l’histoire de l’humanité figé il y a 1,8 million d’années. 
 
Dmanisi

Le site de Dmanissi est situé dans le Caucase (République de Géorgie), à 85 km au sud-ouest de la ville de Tbilissi et à 1000 mètres d’altitude. Le gisement se trouve sous les ruines d’une ville médiévale, sur un éperon rocheux de presque 100 mètres de haut. Les coulées de lave à l’origine de cette avancée sont parfaitement datées ; c’est ce qui rend le site de Dmanisi incontournable et presque révolutionnaire. 





Le site de Dmanisi ou DmanissiLa découverte et les fouilles
Depuis 1936 des fouilles étaient organisées à Dmanissi car le site présentait les restes d’une occupation à l’âge du Bronze mais également les ruines d’une ville médiévale importante (sur la Route de la Soie). C’est dans les anciens puits de stockage des grains de cette ville qu’en 1983 les archéologues (avec le paléontologue Abesalom Vekua) mettent à jour les restes d’animaux dont une dent de rhinocéros Dicerorhinus etruscus etruscus qui permet immédiatement de dater la couche archéologique du Pléistocène inférieur. Les fouilles continuent et, en 1984, des outils de pierre sont mis au jour, preuves d’une occupation humaine très ancienne. 
En 1991 la découverte des premiers ossements d’hominidés (une mandibule) montre l’importance du site et enrichit de nouvelles données l’évolution humaine. En 1999 deux nouveaux crânes humains sont extraits du gisement. Jusqu’en 2013 les découvertes se multiplient et c’est maintenant 5 crânes d’hominides différents qui ont été mis à jour à Dmanissi. 


outils retrouvés à DmanisiLes outils retrouvés à Dmanissi 
Au total le gisement de Dmanissi a délivré plus de 8 000 artefacts de pierre. Les industries lithiques sont présentes dans l’ensemble des couches préhistoriques (mais toutefois plus fortement dans la strate B). Les hommes ont utilisé plus de 40 matières différentes pour tailler les outils (cailloux, galets, roches, prélevés à proximité). L’objectif premier des « ouvriers » de Dmanissi a manifestement été d’obtenir des outils avec un bord tranchant pour la découpe.
L’industrie lithique de Dmanissi présente de nombreuses similitudes avec celle  des sites oldowayens d’Afrique et d’Eurasie mais avec la spécificité d’avoir utilisé des matières différentes et multiples. 
Sur le site de Dmanissi, comme dans la plupart des sites à industries lithiques archaïques (africaines ou européennes), les produits bruts de débitage (éclats, débris et nucléus) constituent la majorité de l’assemblage. En revanche, l’ensemble se caractérise par une forte proportion de galets aménagés par rapport aux nucléus. Sur le site de Dmanissi, comme dans d’autres sites européens et africains à industries archaïques, les galets aménagés et les nucléus sont difficiles à distinguer les uns des autres.

Les restes humains 

Crânes de Dmanisi Reconstructions
Reconstruction numérique : Marcia Ponce de León and Christoph Zollikofer, University of Zurich, Switzerland
Les restes humains de Dmanissi sont exceptionnels à plusieurs niveaux. 
Tout d’abord ils sont là où on ne les attendait pas ! En effet, avant leur découverte les scientifiques n’avaient jamais trouvé de restes humains autant à l’est en Eurasie et aussi anciens. Datés de -1,8 million d’années ces restes humains démontrent tout simplement que les premières sorties d’Afrique des hominidés sont beaucoup plus anciennes qu’imaginées auparavant.

Par ailleurs, les restes retrouvés sont extrêmement différents les uns des autres. En particulier l’étude du « cinquième crâne » en 2013 a jeté un pavé dans la mare. Ses caractéristiques morphologiques sont très différentes de ses congénères et démontrent que la variabilité de l’espèce était très importante à l’époque. 

Les crânes retrouvés à Dmanisi
Pour finir, les restes des cinq individus sont particulièrement bien conservés. Il est déjà rare de retrouver un squelette d'hominidé complet, alors cinq d’âge différents sur le même site, c’est une grande chance pour les anthropologues. Au total nous avons donc deux adultes, un « vieillard » en grande partie édenté, un pré adulte et un adolescent.

Skull 5

Zoom sur Skull 5 

Le crâne Skull 5 est un assemblage de caractéristiques d'autant plus étonnantes qu'elles n'ont jamais été observées ensemble sur un fossile d'Homo, jusqu'à maintenant :
Une face tout en longueur, similaire aux Homo erectus récents, des dents épaisses comparables à celles d'Homo rudolfensis et un petit cerveau (la boîte crânienne est de seulement 546 cm3) proche d'Homo habilis... 
Image Université de Zurich / Science / National Geographic.

Homo Georgicus 
Homo georgicus à DmanisiAppelés Homo georgicus, les hominidés de Dmanissi n’étaient pas non plus les grands conquérants qu’on peut imaginer. Ils mesuraient environ 1,5 mètre, pesaient maximum 50 kilos et avaient un volume cérébral de seulement 600 à 770 cm3 (soit deux fois moins que celui d’Homo sapiens). Ils étaient pourvus d’une forte mâchoire archaïque indiquant qu’ils consommaient des aliments végétaux fibreux et de la viande crue. 

Il y a 1,8 millions d’années les hominidés s’occupaient particulièrement bien de leurs congénères… Pour David Lordkipanidze, …l’un des crânes que nous avons retrouvés, associé à une mandibule, appartenait à un individu qui avait vécu plusieurs années sans dents, sauf une canine. C'est ce que montre la résorption de la plupart des alvéoles dentaires dans la mâchoire. Il est clair que cet individu n'aurait pas survécu sans l'aide de ses congénères. Ceux-ci lui laissaient sans doute consommer les parties les plus molles des animaux, telles que la moelle ou la cervelle. Ils l'aidaient aussi peut-être en partageant avec lui ou avec elle de la nourriture déjà mastiquée (La recherche, 2008).

«Nous estimons... que les fossiles de Dmanissi étaient des 
Homo erectus, conclut Christoph Zollikofer. Et que les différences morphologiques entre les fossiles datés autour de 1,8 million d'années, d'Afrique ou d'ailleurs, reflètent aussi des variations internes aux Homo erectus
A droite : reconstitution d'Homo georgicus par les ateliers Elisabeth Daynès - présenté lors de l'exposition De Homo georgicus à Ötzi, l'homme des glaces. @ Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon.


Pour David Lordkipanidze « les différences anatomiques évidentes entre les spécimens de Dmanissi ne suffisent pas à les classer dans plus d’une espèce. Qu’il s’agisse d’Homo habilis, d’Homo erectus, d’Homo ergaster, ou encore d’Homo georgicus, ces différences nous révèlent plutôt l’étendue de la variabilité au sein d’une population d’Homo archaïques ».
Crâne Homo georgicus Crâne Homo georgicus
Crânes d'Homo georgicus trouvés sur le site de Dmanisi
Les moulages sont exposés au Musée de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac

Dmanissi il y a 1,8 million d’années 
Les découvertes archéologiques ont permis de reconstruire l’environnement de Dmanissi il y a 1,.8 millions d’années. Les pollens et spores exhumés montrent un environnement en mosaïque mélangeant des steppes ouvertes (dominées par les graminées)  et des forêts (chênes, charmes, noisetiers) indiquant un climat de type méditerranéen modérément sec. Avec une étendue d’eau (lac ou étang) le biotope attirait une faune riche et variée : on a ainsi retrouvé des restes de mammouths Mammuthus meridionalis, de chevaux Equus stenonis, de rhinocéros Stephanorhinus etruscus, d’autruches Struthio dmanisensis de daims Eucladoceros senezensis, gerbilles, hamsters… Les prédateurs comme les hyènes Pachycrocuta perrieri ou les tigres à dents de sabre Megantereon megantereon étaient bien sur présents également.

Faune de Dmanisi L'environnement à Dmanisi, il y a 1,8 million d'année
Photo : crânes Homo georgicus et Mégantereon. 
@ Pierre-Elie Moullé
Reconstitution de l'environement de Dmanissi il y a 1,8 million d'années.
https://chasingsabretooths.wordpress.com/2011/06/

C.R. 

A lire également :
2007 - De nouveaux fossiles à Dmanissi
2011 - Des artefacts de 1,85 millions d'années dans le Caucase : Homo erectus ? 
2013 - Un seul crâne peut-il remettre en cause la diversité des espèces d'hominidés ? 

Dmanissi
Type Technique Période artistique Période d'occupation Restes humains
Gisement     - 1,8 million d'années Homo georgicus ?
         
Dimensions Nombre de représentations     Outils
  non     Choppers, chopping-tools type Oldowayen
         
Localisation Accessibilité Date de la découverte Particularités  
Géorgie Pour passionnés 1983    
         
Visite du site de Dmanissi - Infos pratiques


D'autres sites préhistoriques
GROTTES      
Grotte Chauvet Grotte de Vilhonneur Grotte de Lascaux Grotte de Bara-Bahau
Grotte Margot Grotte Mayenne-Sciences Grotte de Font-de-Gaume Grotte du Pech Merle
Grotte de Villars Grottes de Saulges Grotte de Pair-non-Pair Grotte de Bernifal
Caune de l'Arago Grotte des Combarelles Grotte de Saint-Cirq / du Sorcier Grotte du Mas d'Azil
Grotte de Niaux Grotte de Gargas Grotte de la Vache Site de Regourdou
Grotte des Fadets Grotte de la Marche Arcy-sur-Cure Grotte de Bédeilhac
Menez-Dregan Grotte de Cougnac Grotte de l'Observatoire La Caverne du Pont d'Arc
La Baume Bonne Lascaux 4    
ABRIS SOUS ROCHE SITES DE PLEIN AIR
Abri Pataud Laugerie Haute Centre d'interprétation du Roc-aux-sorciers Etiolles
Abri de La Ferrassie Laugerie Basse Abri du Poisson  
Abri de Cap Blanc Abri Cro-Magnon Castel Merle  
Le Moustier La Roque St-Christophe    



Pour en savoir plus sur Dmanissi et Homo Georgicus 
La grande histoire 
des premiers européen 

Henry de Lumley 
Les premiers 
Européens
 (vidéo) 
Axel Clévenot
Des musées en France présentent le site de Dmanissi 

A Tautavel 

Voir à Tautavel l'exposition 
Les premiers habitants de l'Europe
Les premiers habitants de l'Europe - Exposition Tautavel


Aux Eyzies-de-Tayac 
Voir le Musée de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac 

Musée de préhistoire des Eyzies de Tayac





La grande histoire des premiers européens Henry de Lumley raconte l'histoire des premiers habitants de l'Europe entre 1,8 million d'années et 40 000 ans. De site en site, de la Géorgie à l'Italie et à l'Espagne, de la France méridionale à celle du Nord, ... voici une invitation à marcher sur les traces des premiers Européens.
Pour tous publics.
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall
 
   
Evolution
L'histoire de l'homme 

Alice Roberts
Evolution, l'histoire de l'homme
Un guide visuel unique et documenté sur l'histoire de l'Homme, qui nous confronte à nos plus lointains ancêtres, comme celui de Dmanissi reconstitué par les frères Kennis. 
Pour tous publics.
En savoir plus sur le livre Evolution l'histoire de l'homme
 
   
Les premiers européens
Partant des plus lointains ancêtres de l’humanité en Europe, le réalisateur déroule le récit des origines qui, à travers une multitude de migrations et d’implantations successives, conduit jusqu’à l’émergence des sociétés modernes. En savoir plus sur Les premiers européens 
Pour tous.
Achetez Le singe en nous - Frans de Wall  
   
Le Paléolithique 
Boris Valentin

Le Paléolithique - Boris Valentin

L'histoire des hommes est essentiellement paléolithique. Pendant trois millions d'années, la totalité de leurs ressources provenant de la collecte. Ces sociétés préhistoriques n'en ont pas moins suivi des cheminements divers, tandis que les Hommes eux-mêmes connaissaient une évolution anatomique. 
En savoir plus sur Le Paléolithique - B. Valentin


Mise en ligne le 01/07/14


© Hominidés.com - 2002-2018 - Tous droits réservés - Contact - Plan du site - Lexique 





Created: 01/02/2019
Visits: 19
Online: 0