Edit link:
Short link:
Source  premium.lefigaro.fr

 

 Européennes 2019: les cinq leçons de la carte des résultats

 


INFOGRAPHIE - LREM en tête dans presque toutes les métropoles, déconfiture de LR dans ses bastions, record d’abstention et de vote RN en Outre-mer... Découvrez la géographie électorale après les européennes 2019.

Le Rassemblement national (RN) est arrivé premier des élections européennes 2019, dimanche, avec 23,31% des voix. Mais ce succès électoral masque des réalités géographiques différentes. La République en marche en tête (LREM) dans presque toutes les métropoles ; déconfiture des Républicains (LR) dans ses bastions historiques ; record d’abstention et de vote RN en Outre-mer... Le Figaro tire cinq enseignements de la nouvelle carte électorale.

● LREM en tête dans les métropoles, sauf à Marseille et Nice

Paris (32,92%), Bordeaux (29,47%), Lyon (28,76%), Strasbourg (27,75%), Nantes (26,34%), Rennes (25,85%), Toulouse (24,62%), Lille (21,97%)... Le parti fondé par Emmanuel Macron confirme sa prééminence dans les métropoles. Il arrive en tête dans les dix plus grandes villes françaises, à l’exception notable de Marseille et Nice. Dans les deux villes méditerranéennes, bastions historiques de l’ex-Front national, la liste de Jordan Bardella (26,31% à Marseille ; 28,18% à Nice) supplante celle de Nathalie Loiseau (20,56% à Marseille ; 21,83% à Nice). L’écologiste Yannick Jadot y obtient également ses plus faibles scores parmi les dix métropoles (13,64% à Marseille ; 11,87% à Nice).

● Déconfiture de LR dans ses bastions

Pourtant détenues par des maires de droite, Marseille et Nice ont infligé de sérieux revers aux Républicains dimanche (8,3% à Marseille ; 11,7% à Nice). Un témoignage criant de l’effondrement du parti lors de ces élections européennes (8,48%) - le pire résultat de son histoire, qu’il s’agisse du RPR ou de l’UMP. La déconvenue touche des terres historiquement favorables à la droite, et parmi les plus sarkozystes aux présidentielles de 2007 et 2012. C’est le cas en Auvergne-Rhône-Alpes (10,38%), région gouvernée par le président de LR, Laurent Wauquiez, mais aussi dans les principales communes du Bassin d’Arcachon (Gironde), d’habitude acquis à LR, dans le Var (9,61% contre 25,2% en 2014) et dans les Hauts-de-Seine (11,85% contre 26,16% en 2014). Qui eût cru, il y a encore cinq ans, que la droite serait aussi détrônée sur les terres de Nicolas Sarkozy, à Neuilly-sur-Seine? LREM (47,92%) y réalise le double du score de LR (25,59%). Même à Versailles (Yvelines), où est élu François-Xavier Bellamy, le candidat LR (27,66%) a été relégué derrière Nathalie Loiseau (29,65%).

● Vague macroniste à Paris (32,92%)

Résultats des élections européennes 2019 à Paris. - Crédits photo : Le Figaro

Après avoir réalisé une véritable OPA sur la capitale lors des législatives de 2017, LREM (32,92%) arrive en tête dans seize des vingt arrondissements de Paris, au détriment de la droite qui s’effondre (10,19%). La situation est particulièrement frappante dans le 8e arrondissement, bastion de la droite parisienne, où la liste de la majorité obtient 47,16% contre 19,40% pour celle de François-Xavier Bellamy. Les écologistes (19,89% à l’échelle de la capitale) arrivent en tête dans les 10e, 18e, 19e et 20e arrondissements. Première victime de cette percée, le Parti socialiste arrive quatrième avec 8,16%. Enfin, La France Insoumise termine sixième (5,31%), derrière le Rassemblement national (7,22%).

● La Corse offre aux Verts leur meilleur score régional (21,97%

En Corse, où le Rassemblement national (RN) est traditionnellement faible aux élections locales et fort aux élections nationales, le parti de Marine Le Pen arrive en tête, avec 27,74% des voix. L’ex-Front national gagne quelque 5000 voix par rapport à 2014. Mais la plus forte progression vient des Verts, alliés aux régionalistes cette année, et soutenus par les autonomistes corses au pouvoir dans l’île depuis 2015. Arrivée deuxième, la liste de Yannick Jadot obtient 21,97% soit près de 19.000 voix, contre 4,38% en 2014. Il s’agit de son meilleur score régional. Cette progression est toutefois en trompe-l’œil. Lors du précédent scrutin, il y a cinq ans, EELV et le parti régionaliste «Régions et peuples solidaires» (RPS) avaient fait campagne séparément. Les écologistes avaient alors obtenu 4,38% des voix (3500 voix), contre 21,51% pour les régionalistes (environ 17.000 voix). Ils avaient donc 1500 voix de plus en étant séparés.

● Record d’abstention et de vote RN en Outre-mer

Si un peu plus d’un électeur sur deux (50,12%) a voté dimanche sur tout le territoire, les départements, régions et collectivités d’outre-mer font figure d’exception. Avec seulement 13,41% de votants, la Guyane accuse la plus forte abstention. À l’inverse, Wallis-et-Futuna, dans le Pacifique, est le territoire ultramarin où les citoyens se sont le plus rendus aux urnes (34,63%)... et ont le moins voté pour le RN (13,33%). Ailleurs, le RN semble s’installer durablement dans le paysage politique, confirmant les scores déjà élevés obtenus par Marine Le Pen depuis la présidentielle de 2012. À Saint-Martin et Saint-Barthélemy (28,38%), en Nouvelle-Calédonie (26,66%), à La Réunion (31,24%), mais aussi en Guadeloupe (23,71%) et en Guyane (27,47%), où il s’est rendu pendant la campagne, Jordan Bardella arrive en tête, avec des scores élevés. À Mayotte, qui a accueilli Marine Le Pen en visite en mars, le RN atteint 45,56% des voix, soit environ trois fois le score de la liste LR, deuxième.

b4bb5d72d3472ca314786e0c6d1e99c8.png

5824be2786c4dfc8900152a44e1eaf1f.png

 

 



Created: 27/05/2019
Visits: 61
Online: 0