Fontsante; projet Suez environnement; où en est-on cette fin d'année 2019?

Le projet de réhabilitation de  Fontsante, l'ex mine de spath fluor de Péchiney fermée en 1987, est porté par la société Suez Environnement. Vu la fin des mandats locaux 2014-2020 et les élections municipales de mars 2020, il me paraît utile de  remettre ce projet dans l'actualité en cette fin d'année 2019.

Rappel: Petite histoire de ce projet.

Ce projet est né en 2017 par la volonté de la commune de Callian. Pour des raisons historiques qui remontent à la création de Tanneron par détachement de la commune de Callian en 1835 - par ordonnance royale de Louis Philippe,  Callian est propriétaire foncier d'une partie du territoire de Tanneron -1200ha. Voir cette histoire ici http://bit.ly/2RTZFl7. La superficie de l'ex mine devenue friche industrielle et concernée par le projet est de 90ha.

Plusieurs tentatives d'utiliser la friche  à des fins économiques et sociales ont été tentées. Après la fermeture de la mine, le site avait été loué à la société "Sud-Est assainissement" filiale de Veolia; elle avait envisagé un projet d'incinérateur; c'était en 1996... Malgré le souhait de François Cavallier,  jeune maire de Callian à l'époque, le projet n'a pas abouti en raison de l'opposition féroce et justifiée des habitants, au motif de la proximité du lac de Saint Cassien.  En ce moment, une partie du site est louée à une association d'aéromodélisme - la zone d'épandage des stériles d'enrichissement  du minerai; et aussi  à une association de motocross; cette dernière contribuant à mon sens à continuer  la dégradation environnementale du site.

En 2017, la commune de Callian a lancé un appel à projets pour un projet de traitement,  recyclage et valorisation de produits de terrassements et de déchets du BTP (bétons et produits de démolitions). Il y eut 10 soumissionaires. Au terme d'une évaluation des offres, Callian a retenu celle de Suez environnement (voir l'offre http://bit.ly/2Oo1epc) et a négocié avec elle un bail emphytéotique de 99 ans avec prix de location du terrain par an et par hectare. Un bail provisoire avant la réalisation éventuelle est en vigueur et Callian touche cette  somme dans ses finances (cf. l'offre page 97). En cas de réalisation, le bail comporte une part fixe à l'hectare plus une part variable en fonction des quantités traitées et de nombreuses taxes versées aux communes et au département. Voir l'offre pages 96-99 "Retombées économiques directes". Cela relève de l'internalisation d'externalités négatives du projet pour les habitants proches, le paysage,  l'environnemenent et le lac de Saint-Cassien.

Où en est le projet en cette fin d'année 2019?

Aujourd'hui, c'est le montant du bail provisoire qui est payé à Callian. Voir l'offre page 97 bas de page.

La mise en oeuvre du projet relève désormais entièrement de Suez Environnement, et ce indépendemment du vouloir de la commune de Callian et de son maire. L'aboutissement ou non en réalisation dépend des autorisations administratives sur la base du dossier de  demande d'autorisation environnementale déposé à la DREAL en juin 2019. Ce dossier est en cours d'instruction; la DREAL a demandé des compléments qui seront fournis  par Suez Environnement.

J'avais écrit en juillet qu'en cas de persistance d'une opposition frontale de la part des Adrets, de Lacovar et d'habitants des Esterets du lac, une grande ferme photovoltaïque  de l'ordre de 10-12MW serait une idée susceptible de consensus.  C'est une idée que Suez entend mettre en oeuvre dans un certain nombre de sites de déchets qu'elle a exploités et qui sont devenus des friches industrielles.  Une ferme photovoltaïque est prévue sur le site de l'aéromodélisme. Notre ferme photovoltaîque de Callian (7MW) est construite sur l'ancienne décharge de la commune.

Entre temps,  le problème des déchets du BTP  est revenu de manière aigue dans l'actualité: le décès du maire de Signes et l'arrêt de la décharge illégale du Castellet. On trouve aussi  mention de points de dépôts illégaux de déchets de BTP sur des terrains agricoles du pays de Fayence, comme cela est déploré dans l'étude du foncier agricole du GIE "Terres et territoires" , réalisé pour la Communauté du pays de Fayence en 2015 (Voir ici http://bit.ly/2Oo1epc). Ces dépôts dégradent les terres agricoles. Extrait: "le travail de terrain a permis d’identifier quelques problématiques, à savoir des décharges du BTP, des dépôts de terres suite à des travaux d’urbanisation" (page 23)

Le problème des déchets du BTP, terrassements, démolitions... est récurrent sans jamais de solution.  Je comprends et respecte l'opposition des habitants des Adrets et des Esterets du lac à ce projet. 

Cela relève de la propriété de biens communs appartenant à tous: propriétaires des Adrets, des Esterets du lac. Biens communs que sont les paysages et l'environnement, et les eaux du lac de Saint Cassien; comment internaliser, chez Suez, les externalités négatives de l'usage de ces biens communs qui n'ont pas de contrepartie en transaction - il y a les taxes. Le plus simple c'est le refus pur et simple du projet. Mais il a bien une utilité sociale ce projet. Les déchets de BTP: terrassements et démolitions et production de matériaux recyclés. On ne trouve nulle part des sites où les biens communs ne sont pas affectés.

Tout sur Fontsantes... la rubrique du blog  http://bit.ly/2qlcXs9