Eau brute en pays de Fayence: E2S>>>>SPL: la même chose se déroule que pour le SIIVU .

 

Si j'ai publié ce billet sur la fin du SIIVU Haute Siagne en le vidant de ses principales missions, c'est que la même chose est en train de se produire pour la fin d'E2S et son transfert vers une SPL toujours non définie à ce jour.

 

Un jeu politicien subtile se déroule entre la communauté de communes du pays de Fayence CCPF et sa Régie Eau (dont le maire de Fayence, Bernard Henry, 2è vice président  est responsable), le SEVE (syndicat des eaux de l'est Var) et le Département du Var. N'ayant pu obtenir la suppression  d'E2S et son remplacement par une SPL, comme producteur séparé de l'eau brute servie aux réservoirs des communes (*), le but à atteindre par la CCPF comme par le SEVE est de prendre  peu à peu le contrôle du fonctionnement d'E2S/SPL. 
(*) La CCPF voulait une régie sur la totalité de la production et de la distribution d'eau depuis le sources de la Siagnole et les forages de la plaine.

 

Le contrat de délégation d'exploitation des sources de la Siagnole à la SEM E2S venait à expiration le 31/12/2018. Ce contrat a été prorogé jusqu'au 31/12/2019 une première fois. Il a été prorogé une 2è fois  jusqu'au 31/10/2020. Il n'est plus possible de le proroger à nouveau. Cela signiifie que le 1/11/2020, E2S ne sera plus délégataire de l'exploitation des sources de la Siagnole qui appartiennent toujours au département du Var.  Au 1er novembre 2020, E2S sera donc en situation de néant juridique pour l'exploitation des sources; ceci vis à vis de ses clients et de ses fournisseurs, comme vis à vis de son personnel d'exploitation des sources.

 

Comme toujours dans notre belle France super administrée par nos fonctionnaires et nos élus locaux, le temps de prise de décisions est équivalent au temps géologique. En cas de différends, on se retrouve tous ensemble chez le préfet, cad. au niveau suprême de l'administration,  à qui on demande de trancher le dilemme qu'on lui présente.... Et le préfet tranche mais en voulant donner satisfaction à tout le monde, chacun voulant sa part de gâteau. On élabore ainsi une côte la mieux taillée possible, mais qui se révèle le plus souvent mal taillée.

 

Je rappelle les tractations de juillet 2019 pour la création de la SPL (voir références 3 4 et 5). Il avait été proposé au départ (par la CCPF), 15% département, 50% CCPF et 35%  SEVE. En final, suite au processus que je viens de décrire, ce qui est sorti, c'est 66% CCPF et 34% SEVE; exit le département qui reste propriétaire des sources. Pourquoi le département s'est-il retiré? Mystère!

 

En ma qualité de censeur d'E2S, je pose des questions et, têtu, j'obtiens des réponses, même partielles, que j'interprête. Je suis informé que le département, considérant enfin la date butoir du 31/10/2020,  a proposé une délégation d'exploitation par la CCPF de 20 ans, à dater du 1/11/2020. La CCPF refuse cette proposition et demande une durée beaucoup plus longue. Blocage donc!  Alors on en appelle au préfet pour trancher; je crains que sera avec la même méthode et le même résultat que d'habitude.

 

Les acteurs en piste, le préfet, ses collaborateurs, les  fonctionnaires des services et les élus locaux... décideront et pondront la bonne solution pour chacun d'eux.

 

Avec 66% de parts dans la SPL et 7 administrateurs sur 10, la CCPF sera largement prépondérante d'à s la SPL; la CCPF se sent donc sûre de faire avaliser  tous ses choix de gouvernance, y compris faire baisser les tarifs de l'eau brute pour remplir les caisses de la Régie de l'eau et faire les travaux nécessaires à la modernisation des réseaux de distribution dans certaines des communes.

 

Le partage des surplus monétaires de l'E2S ou de la future SPL, vu la situation financière très prospère d'E2S (2), est un sujet légitime à débattre. Par distribution de dividendes ou par baisse des tarifs de l'eau brute, et dans quelles proportions, compte tenu des besoins d'investissements de chacun..  Sans débat intelligent, cela relèverait du déshabiller Pierre pour habiller Jacques.. Quant au président de cette SPL, la logique laisse penser que Bernard Henry, 2è vice président de la CCPF responsable de la Régie de l'eau, ou un conseiller communautaire particulièrement compétent, soit désigné pour cette fonction.

 

A la longue, comme pour le SIIVU Haute Siagne, je ne voudrais pas que tout ce processus politico-administratif se déroule au détriment du personnel d'E2S; l'administration et nos élus  se fichent totalement des hommes qui sont à la base de tout cela. Après avoir dépossédé la structure actuelle de ses missions et des moyens pour les assumer, le personnel d'E2S se trouverait au chômage. Mais c'est une toute petite équipe; ils ne feront pas la une des médias; ils ne seront pas interviewés sur TF1, France Info ni sur CNews.  Le gâchis passera donc inaperçu!.

Références

  1. L'eau en pays de Fayence: Un débat fait rage au sein de la Communauté de Communes

  2. E2S fournisseur d'eau brute à la régie des eaux du pays de Fayence

  3. Eau: la SPL remplacera la SEM E2S dans 10 mois

  4. Eau en pays de Fayence: l'imbroglio est dénoué; mais Var Matin n'a rien compris au sujet!!!!

  5. Et l'eau? enfin claire!