Pédophilie dans l'église catholique.

bf663789608fb4c912c5ec6338c22625.jpg

Un témoignage lu sur Facebook:

J'avais 11 ans...

Le vénérable Père Supérieur responsable de ce pensionnat de 600 élèves est entré subrepticement dans l'infirmerie ou j'étais malade...une vilaine angine me clouait au lit avec une bonne fièvre. Seul et fiévreux, dans un espace clos et isolé..c’était le moment ou jamais pour le cobra de frapper. Il s'approcha du lit avec un air faux, prenant de mes nouvelles avec un sourire carnassier, me caressant la main puis le front et enfin le ventre. C'est alors qu'il me proposa de prendre une douche pour faire, selon lui, baisser ma fièvre. A la façon qu'il eut de soigneusement fermer la porte de la salle des douches, et bien qu'à cet age là j'ignorais absolument tout de la sexualité, je sentis inconsciemment qu'il se passait quelque chose d'étrange.


Il m’entraîna dans une douche, transpirant abondamment, la respiration saccadée, les mains moites, l'excitation du prédateur sans doute à son comble. Malgré ma réticence il commença a ôter mon pyjama, entièrement nu devant lui, j'étais extrêmement mal à l'aise et sans défense, cette situation était pour moi totalement inédite. Craignant que sa proie puisse lui échapper, il tenta de me rassurer par des propos patelins "Laisse moi faire mon petit.. fais-moi confiance tu vas être guéri, et pour commencer je vais te savonner entièrement"... (il fallait bien commencer par quelque chose)... Pourquoi le signal de l'extrême danger retentit-il à ce moment là ? Je n'en ai aucune idée, mais je me débattis soudain avec vigueur, il tenta alors de m'enlacer violemment, c'est alors que je mis a crier de toutes mes forces :"Lâchez-moi ..lâchez-moi !¨ La crainte du scandale le fit desserrer immédiatement son étreinte. Il sortit en claquant la porte, me laissant là, totalement désemparé. Je compris que je venais d'échapper à un grand danger bien que dans ma candeur naïve j'en ignorais tout. Au bord des lames et complètement désemparé, je regagnais mon lit encore plus fiévreux. Sur cet incident, comme la plupart des enfants, je gardais un silence absolu, la honte (alors que j'étais innocent), la peur bien sur, de ne pas être cru), Qui aurait pu croire à cette époque qu'un prêtre si magnifique, qui plus est, responsable d'une institution reconnue, aurait pu avoir un tel comportement ? Et quel aurait été le poids d'un enfant qu'on aurait sans doute bien vite traité d'affabulateur ?

Il m'a donc fallu 61 ans pour écrire ce témoignage mais toute ma vie ma question aura été : "Combien d'enfant cet horrible pédophile a t'il violé? " Combien, par peur, par faiblesse, par ruse auront été abusés par ce prédateur. ? Bien sur j'aurais du pardonner...mais là c'est au-dessus de mes forces... (j'en demande humblement pardon a mon bon Maître Tibétain) mais plus qu'à lui c'est à tout son entourage que j'en veux, a tous ceux qui savaient, car TOUT LE MONDE savait, j'ai appris par ailleurs qu'il n'était pas le seul, trois autres pédophiles sévissaient également dans l'établissement, mais l'omerta régnait..implacable. Ce qui se passait là n'était hélas qu'une goutte d'eau dans un océan de turpitudes... bien sur dans toute la France mais en Irlande au Canada, en Allemagne... partout..aucun pays n'échappant à la régle, on apprenais hier aux nouvelles que 1650 prêtres étaient concernés en Allemagne, et 375 aux USA dans le SEUL état de Pennsylvanie.. les chiffres sont tout bonnement hallucinants, Les mêmes chiffres auraient circulé dans la sphère politique ou dans le show-business on aura crié au réseau pédophile mondial ! Or comment qualifier autrement un monde ou des milliers de prêtres ont pu détruire des vies en toute impunité pendant des décennies et probablement des siècles ? Comment qualifier autrement que de complicité et de non-assistance à personne en danger les prêtres qui ont cotoyé ces pervers et qui ont gardé le silence ? Est-il nécessaire de rappeler que le viol est un crime passible de la cour d'assise et qu'il ne s'agit pas là d'un délit mineur qu'on peut passer sous silence ? Le Évêques qui savaient, bien évidemment, mais qui se sont contenté de simplement déplacer les pédophiles dans des collèges plus lointains sans remettre en cause les agissements criminels, permettant ainsi aux ignobles personnages de continuer leurs forfaitures en toute impunité, ces évêques là ont plus qu'une lourde responsabilité ils sont purement et simplement complices de ces viols, (n'est-ce-pas Monseigneur Barbarin ?..)

J'ai toujours eu un immense respect pour l'enseignement de Jésus-Christ et je pense que sa magnifique parole traversera encore bien des siècles, (en tous cas je l'espère) quant à l'église catholique je la laisse à son sort ... à son terrible passé...et a son douloureux regard face à l'impitoyable miroir de ses actes...


Ce soir je prierais pour tous les enfants qui n'ont pas eu, comme moi, la chance d’échapper aux griffes de leur violeur et dont la vie pour nombre d'entre eux aura été totalement détruite.

Plus: