Aller au contenuNavigation corporateNavigation principaleNavigation bas de pageRecherche

Accueil
Afficher le menu
Accueil | Actualités | Jacques Chirac, le panache et l’ambition

JACQUES CHIRAC, LE PANACHE ET L’AMBITION

Avec Jacques Chirac s’éteint tout un pan de l’histoire politique française, et l'un des alumni les plus illustres de Sciences Po. Durant les trois années qu’il passe à l’Institut d’études politiques entre 1951 et 1954, le futur homme d’État franchit à grandes enjambées plusieurs étapes fondamentales pour la suite de son brillant parcours.

En 1950, le jeune Jacques Chirac obtient son baccalauréat, avec mention Assez Bien. Il décide alors d’écouter sa fougue et son envie d’aventure et s’engage trois mois comme matelot sur un navire charbonnier. De retour sur la terre ferme, son père, Abel Chirac, n’a qu’un mot à la bouche : ce sera Polytechnique ou rien ! Il le pousse alors à s’inscrire en prépa scientifique, au lycée Louis-le-Grand. Un an plus tard, l’esprit rebelle de celui qui deviendra par deux fois chef de l’État se fait plus fort que la pression paternelle : il abandonne les mathématiques et entre à Sciences Po, section Service public.

Dès lors qu’il passe la porte du 27, rue Saint-Guillaume, Jacques Chirac entre dans un monde qui demeurera le sien jusqu’à la fin de sa vie. Un monde qu’il découvre et dans lequel il détonne. “Il n’a pas le même bagage en poche, le même parcours ni la même expérience de la vie que ceux qu’il croise ce jour-là. Il était un peu comme un lynx que l’on aurait enfermé avec des chats angora…” raconte son ancienne camarade Béatrice de Andia, citée par Arnaud Ardoin dans son ouvrage consacré à Jacques Chirac, Président, la nuit vient de tomber

De l’avis de tous ses camarades, c'est un étudiant sympathique, charismatique, voire un brin séducteur… Ses professeurs, eux, le disent bon orateur, brillant et plein d’avenir.

“Quelqu’un de pas ordinaire”

Très tôt il est attiré par les États-Unis, qu’il parcourt en compagnie de deux de ses camarades de promotion pendant un été à la Summer School d'Harvard, avant d'arpenter le pays lors d’une année sabbatique. Sa passion américaine aurait pu être contrariée peu avant son départ par un très bref passage militant dans la mouvance communiste et, surtout par sa signature de l’appel de Stockholm en 1950, d’inspiration communiste, qui lui valut quelques questions insistantes lors de sa demande de visa pour les États-Unis.

Il revient en France l’année de son diplôme, en 1954, et termine son cursus en soutenant un mémoire de géographie économique intitulé "Le Développement du port de La Nouvelle-Orléans", dirigé par le professeur Jean Chardonnet. Il sort ainsi troisième sur les 139 de sa promotion, avec la mention « bien ».

Le jeune homme ambitieux ne perd pas de temps : à l'automne de la même année, il est reçu à l'École nationale d'administration, déclenchant l’admiration de sa jeune fiancée, Bernadette Chodron de Courcel, rencontrée sur les bancs de Sciences Po. “C’était un garçon exceptionnel ! raconte-t-elle dans un entretien à Émile, le magazine des alumni. Je ne vous parle pas de la première année où il agitait ses jambes sous la table, mais du fait qu’il soit entré directement à l’ENA, sans année préparatoire, en sortant du diplôme de Sciences Po. Là, je me suis dit : « C’est quelqu’un de pas ordinaire.”

Le goût de diriger

Fil rouge de ses années étudiantes, c’est d’ailleurs l’Amérique qui lui avait offert l’occasion de se faire remarquer par sa future épouse.  “Jacques Chirac a toujours été malin, doté d’un culot formidable! Peu après notre première rencontre en conférence à Sciences Po, j’étais en bibliothèque, en train d’écrire une fiche sur De la démocratie en Amérique, de Tocqueville. Ce garçon, que je ne connaissais pas, s’est approché de moi. J’ai regardé ses chaussures, en me disant: «Qu’est-ce que c’est que ce cloporte?» Il m’a dit: «Mademoiselle, je vois que vous lisez De la démocratie en Amérique. Où en êtes-vous?» J’ai répondu: «J’arrive à la fin. J’ai fait l’analyse du livre comme on me l’a demandé.» Il me demande: «Quand vous aurez fini, est-ce que vous pourrez me passer vos fiches?» J’ai été assez bête, c’est là où on voit que j’étais très timide à l’époque, pour les lui prêter. Résultat: il a eu une meilleure note que moi !”

C’est aussi à Sciences Po que Jacques Chirac découvre son goût et son talent pour diriger :  «Il anime des petits groupes de travail, plusieurs jeunes se retrouvent autour de lui. Ils sont tous brillants et réfléchissent à différents sujets. Beaucoup de choses s’organisent autour de sa personne», retrace Philippe Goulliaud, cité par Le Figaro Étudiant dans son article du 26 septembre.

Une fois rentré à l’ENA, le futur homme d’État se met au travail et démarre le cursus honorum qu’on lui connaît, animé de cette ambition qui lui ouvrira tous les échelons du pouvoir, jusqu’à ses deux mandats au sommet de la République.

Jeune auditeur à la Cour des comptes, il est recruté comme chargé de conférence et enseigne à Sciences Po dans les années 1960. Il ne manquera jamais par la suite, à chacune de ses visites rue Saint-Guillaume, d'aller saluer affectueusement le personnel des secrétariats. Autant de souvenirs et d'anecdotes qui perpétuent dans les couloirs et la mémoire de Sciences Po la trace du passage de ce jeune corrézien, devenu une icône de la vie publique française.

Sources :

En savoir plus

Photo: Portrait de Jacques Chirac

Crédits @Stephanie Samper/Sciences Po

6968325e459400f55ba1a1cc2ced3767.png
26.09.2019
27.09.2019

"Le tirage au sort assure une représentativité plus importante que le vote"

Le tirage au sort serait-il la solution miracle pour restaurer la confiance des citoyens envers leurs représentants ? Ce système, né dans la Grèce antique et abandonné par les démocraties modernes, revient sur le devant de la scène.

Lire la suite
Quand nos bavardages nourrissent les fake news
26.09.2019

Quand nos bavardages nourrissent les fake news

Par Manon Berriche (médialab de Sciences Po). Que ce soit sur Facebook ou dans un groupe WhatsApp, au téléphone ou au comptoir d’un café, les réactions des individus face aux informations qu’ils reçoivent peuvent être multiples et variées. Or, il est possible qu’au sein de ces niches conversationnelles, la circulation de certaines « fake news » soit favorisée par les bavardages désinhibés et familiers que chacun d’entre nous peut avoir, avec ses proches, dans sa vie quotidienne.

Lire la suite
25.09.2019

"Le Brexit est une décision étrange"

Ce mardi 24 septembre 2019, l’écrivain anglais Jonathan Coe donnait une masterclass aux étudiants de Sciences Po. Sujet central de sa conférence, le Brexit, qui est aussi le thème de son dernier roman “Le coeur de l’Angleterre” (éd. Gallimard). Un livre écrit, explique l’écrivain, “pour comprendre le point de vue de ceux qui ont voté pour”. Interview vidéo.

Lire la suite
Paul Smith : “Beaucoup de gens savent regarder, peu voient réellement”
23.09.2019

Paul Smith : “Beaucoup de gens savent regarder, peu voient réellement”

Le 18 septembre 2019, le célèbre styliste Paul Smith a donné une masterclass exceptionnelle à Sciences Po, au cours de laquelle il a partagé ses inspirations, son expérience et ses conseils pour gérer une maison de couture de luxe qui a su résister à l’épreuve du temps. 

Lire la suite
Quel est impact de l'activité humaine sur la planète ?
20.09.2019

Quel est impact de l'activité humaine sur la planète ?

S’il ne fait désormais aucun doute que l’homme exerce une influence sur la Terre, il est parfois compliqué de saisir à quelle échelle et comment. De la déforestation au “continent plastique”, en passant par le réchauffement climatique, avec l’Atlas de l’Anthropocène, François Gemenne, Aleksandar Rankovic et l'Atelier de cartographie de Sciences Po s’attachent à décrire les causes et conséquences d’une ère au cours de laquelle, pour la première fois, les activités humaines impactent directement la planète. Explications en vidéo.

Lire la suite
La fiction pour dire le réel ?
18.09.2019

La fiction pour dire le réel ?

Le 16 septembre, Sciences Po faisait sa rentrée littéraire avec une conférence réunissant les écrivains Kamel Daoud et Marie Darrieussecq à l’occasion du passage de relais de leur titre d’écrivain en résidence. Quelles passerelles peut-on construire entre fiction et réalité ? Qu’apporte l’enseignement de l’écriture ?  Les deux grandes plumes de la littérature française reviennent sur leur expérience de l’écriture et leurs ambitions pour les étudiants. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat
17.09.2019

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia
13.09.2019

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?
11.09.2019

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah
10.09.2019

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite

Logo Sciences Po

27, rue Saint Guillaume - 75337 Paris Cedex 07
Tél : +33 (0)1 45 49 50 50 | Fax : +33 (0)1 42 22 31 26

Logo USPC