JustPaste.it Share text & images the easy way

Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes

Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes

Moins de noirs et moins d'arabes sur les terrains de foot ! Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale de la Fédération française de football, dont le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays. Objectif: limiter le nombre de joueurs français de type africains et nord-africains. Notre enquête.

 

 

Pour les plus hautes instances du football français, l'affaire est entendue: il y a trop de noirs, trop d'arabes et pas assez de blancs sur les terrains. Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation de la fédération, les écoles de foot du pays, selon une enquête de Mediapart.

 

Laurent Blanc. © (Reuters) Laurent Blanc. © (Reuters)
L'objectif avoué au sein de la DTN, mais inavouable au grand public, est de limiter, en les triant dès l'âge de 12-13 ans, le nombre de joueurs français de type africains et nord-africains. Une authentique ségrégation appliquée au football.

 

D'après des sources internes à la FFF, scandalisées par le procédé, des consignes ont été données en ce sens ces dernières semaines à différents responsables de centres de formation, notamment l'Institut national du football (INF), à Clairefontaine (Yvelines), où a été formée depuis 1988 une partie de l'élite du foot français – Thierry Henry, Nicolas Anelka, William Gallas...

François Blaquart, le nouveau patron de la Direction technique nationale (notice biographique à lire ici), c'est-à-dire l'un des hommes les plus influents du sport n°1 en France, et d'autres dirigeants de la DTN ont proposé à plusieurs reprises lors de réunions officielles la planification d'une discrimination concernant les jeunes joueurs prometteurs et obtenu gain de cause, selon plusieurs participants.

Pour ces quotas discriminatoires, la proportion de «30%» a même été avancée, le 8 novembre 2010, par le directeur technique lors d'une réunion de la DTN, pour les joueurs binationaux, expression vite résumée dans les débats aux seuls joueurs noirs ou arabes. «Oui, il faut des espèces de quotas, mais il ne faut pas que cela soit dit», a bien pris soin de préciser M. Blaquart, d'après des propos rapportés à Mediapart.

Egalement présent et particulièrement bavard sur le sujet à cette réunion, l'entraîneur de l'équipe de France, Laurent Blanc (notice biographique à lire ici), s'est dit lui aussi «favorable» à cette proposition de changer, dès l'âge de 12-13 ans, les critères de détection chez les jeunes pousses hexagonales «avec notre culture, notre histoire», selon ses propres mots.

Toujours d'après les mêmes sources, M. Blanc a cité en exemple l'Espagne, actuelle championne du monde: «Les Espagnols, ils disent “Nous, on n'a pas de problème. Des blacks, on n'en a pas”.»

A la DTN, sorte de «saint des saints» du ballon rond où se conçoit toute la politique sportive du foot en France, plusieurs arguments sont avancés en interne pour justifier l'injustifiable, à savoir la mise en place de quotas «dans l'approche des populations»,expressionutilisée par M. Blaquart lors d'une réunion.

Les «blacks» et les «beurs»: des «étrangers»

D'une part, beaucoup trop de joueurs binationaux ou pouvant prétendre à une double nationalité, qui ont été formés en France, s'en vont jouer ensuite sous les couleurs d'une équipe étrangère, a conclu un audit externe commandé en 2010 par la DTN et consacré au centre de formation de Clairefontaine, l'INF.

Le fait est que le règlement du foot international édicté par la FIFA – il s'agit de l'article 15 de ses statuts – autorise depuis 2004 un joueur ayant une double nationalité à être sélectionné dans l'un de ses deux pays, à condition de ne pas l'avoir été au moins une fois dans l'autre en équipe A (c'est-à-dire les plus de 21 ans).

Seulement voilà, selon les sources de Mediapart, les discussions au sein de la DTN n'ont jamais évoqué aucune nationalité en particulier, mais se sont polarisées exclusivement sur les «blacks» et les «beurs», décrits parfois comme des «étrangers» alors qu'ils sont français.

Ainsi, Laurent Blanc a affirmé au sein de la DTN qu'il faut «limiter» le nombre des joueurs français ayant une autre nationalité qui «partent jouer dans des équipes nord-africaines ou africaines». Sans citer d'autres pays.

C'est peu dire que la possible mobilité de ceux qui ne sont pas «que» français, parfaitement autorisée et dont la France profite par ailleurs dans le sens inverse (exemple avec David Trezeguet et l'Argentine), a le don d'irriter dans les hautes sphères du foot français, y compris publiquement.

 

Erick Mombaerts. © (dr) Erick Mombaerts. © (dr)
Interrogé sur le sujet dans le numéro d'avril 2011 de Foot Mag, la gazette officielle de la FFF, Erick Mombaerts, l'entraîneur de l'équipe de France Espoirs (notice biographique à lire ici), n'y est pas allé par quatre chemins dans le genre patriotique: «Nous n'avons pas besoin d'un joueur qui ne soit pas attaché au maillot bleu. Ayons le courage d'aller au bout de nos idées dans ce domaine. Et n'oublions pas un autre problème abordé par Laurent Blanc: la déperdition de nos jeunes internationaux (...). Nous devons trouver des solutions spécifiques.»

 

M. Mombaerts ne le dit pas dans cet entretien, mais le remède est déjà tout trouvé avec la discrimination cachée que les centres de formation des clubs professionnels de Lyon et Marseille auraient déjà commencé à appliquer officieusement, a confié le même à la DTN en novembre dernier. D'autres clubs leur emboîteraient actuellement le pas, selon M. Mombaerts.

A Lyon, le directeur du Centre de formation, Rémi Garde, interrogé par Mediapart, dément: «Ce n'est pas une question de couleur, mais une question de profil. On a toujours cherché à recruter des joueurs qui avaient une certaine intelligence de jeu. Mais on peut être grand, costaud et intelligent. On écoutera les messages de la DTN mais pour l'instant, on ne nous a encore parlé de rien.» Le club de Marseille n'a pas répondu à nos sollicitations.

«Et qu'est-ce qu'il y a comme grands, costauds, puissants ? Des blacks»

Le constat, tragique, est toutefois bien là: l'obsession des origines est désormais institutionnalisée, théorisée et, même, promue au plus haut niveau dans le foot français.

 

François Blaquart, directeur technique national. © (dr) François Blaquart, directeur technique national. © (dr)
Le phénomène est tellement vrai qu'outre le prétexte des Français binationaux qui s'en vont jouer sous un autre drapeau, la DTN a trouvé un autre argument choc pour justifier cette discrimination dans la détection des jeunes. Cette fois, l'explication est d'ordre morphologique, digne des pires présupposés racialistes du XIXe siècle, et concerne surtout les «blacks».

 

En un mot, il y a trop de grands noirs athlétiques et pas assez de petits blancs qui ont l'intelligence du jeu dans le foot français.

Selon la teneur des débats qui traversent la DTN depuis plusieurs mois, il faudrait rompre avec un «stéréotype de joueurs», les «grands, costauds, puissants», d'après les termes employés devant témoins par Laurent Blanc. «Et qu'est-ce qu'il y a comme grands, costauds, puissants ? Des blacks. C'est comme ça. C'est un fait actuel. Dieu sait que dans les centres de formations et les écoles de football, il y en a beaucoup», a affirmé sans détour fin 2010 l'entraîneur des Bleus devant plusieurs membres de la DTN.

Dès mars 2010, Erick Mombaerts, l'entraîneur des Espoirs, avait balisé le terrain dans un entretien au Monde, s'interrogeant à voix haute: «Faut-il recruter uniquement des joueurs athlétiques ?(...) En 1998, la sélection, c'était blanc, black, beur, aujourd'hui c'est plutôt black, beur, blanc.» A sa prise de fonction en février dernier à la tête de la DTN, François Blaquart avait lui aussi évoqué devant la presse la nécessité de «privilégier l'intelligence de jeu par rapport à la technique et surtout à l'aspect athlétique». Plus besoin de sous-titres, désormais.

Si l'idée d'une telle discrimination a germé dans l'esprit de plusieurs des membres de la DTN il y a des années déjà, la «limitation» – c'est le mot policé employé au siège de la FFF – de la proportion du nombre de joueurs noirs et d'origine maghrébine en France est apparue au plus grand nombre comme une évidence après le fiasco du Mondial de l'été dernier, en Afrique du Sud.

Championne du monde en 1998 et finaliste en 2006, la France a été, cette fois-ci, piteusement éliminée dès le premier tour.

«Islamistes», «gris», «sarrasins»...

 

Afrique du Sud, grève de l'équipe de France lors du Mondial. © (Reuters) Afrique du Sud, grève de l'équipe de France lors du Mondial. © (Reuters)

 

Au sein de la DTN, de nombreux institutionnels avaient alors considéré, lors de réunions officielles ou en privé, que les joueurs noirs (comme Patrice Evra) et ceux de confession musulmane (comme Franck Ribéry) pouvaient être tenus comme les premiers responsables de l'échec sud-africain, parce que fauteurs de trouble au sein du groupe.

Juste après la coupe du monde, de tels propos ont par exemple été proférés lors d'un colloque de la DTN à Ouistreham, en Normandie, qui s'est tenu du 18 au 21 juillet dernier. Ce qui a suscité l'indignation d'un tout petit nombre dans l'assistance. Seulement deux cadres de la DTN ont ainsi fait savoir leur désaccord avec une telle vision des choses, a rapporté à Mediapart l'un des officiels de la FFF présents.

Quelques semaines plus tard, à l'occasion d'une autre réunion au siège de la DTN, à Paris, Francis Smerecki, entraîneur des Bleus de moins de 20 ans, a lui aussi dénoncé des dérapages «discriminatoires» chez les dirigeants du foot français. En vain, manifestement. Contacté, M. Smerecki n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Le hasard n'en était donc peut-être pas un: dès son arrivée à la tête des Bleus l'été dernier, Laurent Blanc a pris comme première mesure symbolique la suppression des repas hallal des joueurs, précisant aux journalistes de l'émission «Stade 2» qu'il n'y aurait pas non plus de porc par respect pour les musulmans. Sauf qu'il n'y a généralement pas de porc sur les buffets de l'équipe de France ; la viande est réputée trop grasse pour les sportifs de très haut niveau.

Mais la méfiance à l'encontre des joueurs d'origine étrangère, notamment ceux qui ont le malheur d'être musulman, ne date pas d'aujourd'hui. Révélatrice, l'anecdote a été rapportée à Mediapart par plusieurs anciens de la FFF: en 1997, des responsables de la DTN ont fait fouiller les sacs de joueurs de l'équipe de France des 16-17 ans, issus de l'immigration nord-africaine, pour vérifier s'ils ne transportaient pas avec eux des tapis de prière.

Toutefois, l'année suivante, en 1998, la génération «black, blanc, beur» de Zinedine Zidane et Lilian Thuram remportait la coupe du monde de foot organisée en France et mettait un terme provisoire aux obsessions de certains au sein de la FFF, bons résultats obligent.

Depuis, les choses ont changé et l'échec retentissant de l'été dernier en Afrique du Sud, avec son cortège de polémiques, a fini de libérer la parole xénophobe. De telle sorte qu'il n'est pas inhabituel d'entendre dans les couloirs de la DTN des responsables parler des joueurs musulmans comme d'«islamistes», de «gris» ou de «sarrasins».

«Si vous me prouvez que ça a été écrit...»

Quand il est interrogé par Le Journal du dimanche début avril sur le fait qu'il n'y ait que deux entraîneurs noirs en France, Pierre Repellini, le vice-président du syndicat des entraîneurs (Unecatef), n'a pour seule réponse que des questions lourdes de sous-entendus: «Est-ce un problème de compétence ? De diplômes trop difficiles ? Est-ce qu'ils s'en foutent ? C'est problématique.»

Mais derrière les mots, il y a désormais des actes. Ainsi, comme une sorte de leçon de choses et surtout pour bien faire prendre conscience de toute l'étendue du «problème», les responsables de la DTN ont cru bon présenter sur vidéo-projecteur, le 18 mars dernier, lors d'une réunion officielle, une série de photos avec la composition type de la vingtaine d'équipes de jeunes de 15 ans de la ligue de Paris en division d'honneur. La proportion des joueurs noirs ou arabes y est très importante, comme toujours. Le message a été clair: il faut que cela change, ont rapporté plusieurs sources à Mediapart.

Contacté mercredi 27 avril, François Blaquart, manifestement très embarrassé par nos questions sur l'approbation au sein de la DTN d'un principe de quotas discriminatoires dans le foot français, a déclaré: «Si vous me prouvez que ça a été écrit, que vous l'avez, que vous l'avez récupéré ou que quelqu'un peut témoigner en ce sens là, moi je veux bien l'entendre. Mais en aucun cas de manière institutionnelle, de manière officielle, de manière écrite, de manière rapportée, ça n'a été évoqué. Voilà. Maintenant, quand on parle avec les gens, j'en sais rien, on peut prendre des pourcentages, on peut parler d'autre chose.»

Il a ajouté: «Dans toutes les discussions, il y a des positions qui peuvent être considérées comme excessives, c'est l'objet de tout débat. Mais en aucun cas, il n'est sorti de décision» (lire l'intégralité de ses réponses à Mediapart sous l'onglet Prolonger).

Erick Mombaerts, le responsable des Espoirs, a pour sa part réagi en déclarant qu'il «n'a jamais été évoqué ces problèmes de type raciaux» à la DTN. «Non, il n'est pas question de quotas pour le moment», a-t-il précisé (lire l'intégralité de ses réponses à Mediapart sous l'onglet Prolonger).

Questionné sur le fait que selon lui, ainsi que l'ont rapporté plusieurs sources, tous les «blancs» n'avaient pas eu leur chance dans le foot en France, M. Mombaerts a expliqué «que souvent, c'est la nature qui est comme ça. Souvent, ils sont en retard de maturité et donc forcément, on les voit moins, et ils émergent plus tardivement».

Il va de soi que Mediapart maintient l'intégralité de ses informations et l'exactitude des propos rapportés.

Après la publication de notre enquête, Laurent Blanc a joint l'un de ses auteurs, jeudi 28 avril au soir, pour affirmer qu'il démentait nos informations mais que si nous avions des preuves, il se disait «prêt à discuter». Par ailleurs, il a affirmé à Mediapart qu'il ne souhaitait pas, pour l'heure, déposer une plainte en diffamation car «ce serait donner au site trop d'importance».

En 2006, le leader d'extrême droite Jean-Marie Le Pen avait créé la polémique en déclarant au sujet des Bleus: «Peut-être que le sélectionneur a exagéré la proportion de joueurs de couleur, peut-être qu'il aurait dû garder dans ce domaine-là plus de mesure, peut-être s'est-il laissé entraîner par ses choix idéologiques.» A l'évidence, ces paroles ne sont pas tombées dans l'oubli pour tout le monde.

L'article premier du préambule de la Constitution française est pourtant clair: la République «assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion».

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.