JustPaste.it Share text & images the easy way

Il n'y aura pas de remède rapide contre le COVID 19

Tribune de William A. Haseltine publiée le 31/12/2020 et traduite par Covid 19 fédération le 02/01/2020

3d9d1b1a00d8ea1fead1cf0d201f819121super1.jpg

 

  • Le Covid a fait ressortir le meilleur de la science et de la médecine. Mais il y a encore peu de chances que nous disposions d'un traitement suffisamment efficace pour arrêter la pandémie avant la fin de 2021.
  • Toutefois, l'expérience montre que des mesures de santé publique appliquées avec rigueur grâce à une direction, une gouvernance et une solidarité sociale fortes peuvent rapidement maîtriser une pandémie.

Le Covid-19 a déferlé sur la planète en 2020, frappant d'abord l'Asie, puis s'abattant sur l'Europe et les Amériques dans ce qui semblait être un raz-de-marée de chagrin sans fin. À chaque étape, les 100 premiers décès en janvier, les 1 000 premiers en février, les 10 000 en mars, les 100 000 en avril et le million en septembre, la question a toujours été de savoir quand cela allait se terminer.

 

Malgré sa virulence, beaucoup pensent simplement que la pandémie prendra fin en 2021. Mais de tels espoirs sont mal placés. Le contrôle d'une épidémie implique quatre éléments fondamentaux : le leadership, la gouvernance, la solidarité sociale et une boîte à outils médicale. La plupart des pays ont aujourd'hui échoué sur les trois premiers points, sauf à garantir que la covid-19 restera avec nous au cours de l'année prochaine.

 

Il est fort probable que l'hiver dans l'hémisphère nord entraînera une forte augmentation des infections et des décès. Les pertes seront particulièrement prononcées en Europe et en Amérique du Nord, où les taux d'infection quotidiens atteignaient déjà un sommet au milieu de l'automne. Et juste au moment où le temps commence à se réchauffer dans le nord, l'Amérique du Sud se refroidira et une nouvelle vague épidémique s'abattra sur nous.

 

Quant au quatrième volet de la lutte contre les épidémies, beaucoup supposent qu'un vaccin ou un traitement salvateur est imminent. Il est vrai que la pandémie a fait ressortir le meilleur de la science et de la médecine. Les chercheurs du monde entier ont progressé plus rapidement et collaboré plus étroitement que jamais, en identifiant le virus, en cartographiant sa composition génétique et en travaillant à la mise au point de vaccins et de traitements potentiels. Mais même avec ces incroyables succès, il n'y a qu'une faible chance que nous disposions d'un vaccin ou d'un traitement sûr, universellement disponible et suffisamment efficace pour stopper la pandémie avant la fin de 2021.

 

De même, les traitements salvateurs pour les personnes atteintes de covid-19 ne viendront pas rapidement. Les traitements qui ont initialement fait grand bruit - rémdesivir, plasma de convalescence et dexaméthasone - se sont depuis révélés n'avoir que peu ou pas d'effet sur la morbidité ou la mortalité globale. Et les traitements à plus fort potentiel thérapeutique, comme les anticorps monoclonaux, ne seront pas disponibles avant plusieurs mois et pourraient s'avérer trop coûteux pour être largement diffusés. L'absence d'une solution médicale rapide accroîtra le besoin de leadership, de gouvernance et de solidarité sociale. Les dirigeants politiques doivent accepter l'entière responsabilité des vies perdues. Moins de trois semaines après que les scientifiques ont identifié le virus et après le premier décès signalé à Wuhan, le président chinois Xi Jinping a enfermé 57 millions de citoyens chinois dans la province de Hubei, les empêchant de se rendre dans d'autres régions ou de quitter leur domicile pour autre chose que des nécessités.

 

La Chine a montré que les nouvelles infections pouvaient être réduites de moitié en seulement deux semaines grâce à des mesures standard telles que le port obligatoire d'un masque, la distanciation sociale et la mise en quarantaine et l'isolement obligatoires. En revanche, dans des pays comme le Brésil, le Royaume-Uni et les États-Unis, les dirigeants politiques nationaux ont écarté la menace et hésité à mettre en place la réponse appropriée.

 

De nombreux commentateurs ont attribué le succès de la Chine au totalitarisme, mais le système de gouvernement d'un pays n'est pas vraiment le facteur décisif. Il est bien plus important de savoir si les dirigeants politiques sont prêts à échanger les difficultés économiques à court terme et les commodités quotidiennes contre la sécurité de leurs citoyens. En Nouvelle-Zélande et en Australie - deux démocraties dynamiques - un leadership audacieux et une gouvernance forte ont permis de réduire les nouvelles infections à presque zéro, et des dirigeants politiques comme le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern ont été récompensés en conséquence par les urnes.

 

La première année de lutte contre le covid-19 nous a appris que des mesures fragmentaires ne feront qu'alimenter la pandémie. Les crises nationales et mondiales exigent une action coordonnée aux niveaux national et mondial. Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Brésil et d'autres pays à la traîne ont échoué sur ces deux plans. En effet, certains pays poursuivent encore la notion insensée d'immunité collective, malgré les preuves scientifiques suggérant qu'il n'existe aucune protection de ce type pour cette maladie. Il existe quatre coronavirus courants (bien que rarement remarqués) qui infectent jusqu'à 15 % de la population mondiale chaque année et qui reviennent chaque année, souvent en réinfectant les mêmes personnes. En supposant que le SRAS-CoV-2 ne fasse pas exception, tout pays qui place ses espoirs dans une stratégie d'immunité collective mettra en danger le reste d'entre nous, année après année.

 

Bien que le gouvernement chinois ait fait quelques erreurs de jugement critiques au début, une chose qu'il a bien faite a été d'avertir le reste du monde que le virus était transmissible, aéroporté et contrôlable uniquement par des mesures drastiques et immédiates. Les pays qui ont ignoré l'avertissement ont depuis lors souffert le plus, tant sur le plan économique qu'humain. Entre-temps, les pays qui ont fait preuve de solidarité sociale en contrôlant leurs épidémies ont pu rouvrir leurs économies, mais pas nécessairement leurs frontières.

 

En fin de compte, cependant, une réponse collective ne fait que refléter la somme des actions individuelles. Dans de trop nombreux pays, les individus craignent que l'adhésion à des mesures de protection ne revienne à renoncer à leurs libertés individuelles. Pourtant, en temps de guerre, lorsque les dangers sont apparents, les gens ont montré à maintes reprises combien ils sont prêts à se sacrifier pour leurs concitoyens.

 

Il est clair qu'un changement de message s'impose. Nous sommes en guerre contre un virus. Rares sont ceux qui doutent de l'importance de la liberté individuelle, mais nous devons tous renoncer à certaines commodités pour le bien de ceux qui nous entourent.

 

Chaque nouveau tremblement de terre, tsunami ou maladie émergente nous rappelle que la nature est une force dangereuse. S'il y a une raison pour laquelle de nombreux pays asiatiques ont réagi plus rapidement et plus efficacement au covid-19, c'est parce qu'ils gardent encore en mémoire le SRAS, le H1N1 et la grippe aviaire. Leur expérience de ces dernières années montre que des mesures de santé publique appliquées rigoureusement grâce à un leadership, une gouvernance et une solidarité sociale forts peuvent rapidement maîtriser une pandémie et limiter le nombre de décès.

 

C'est la plus grande leçon de 2020. Si elle n'est pas intégrée dans les politiques nationales en 2021, la pandémie pourrait bien durer non seulement toute l'année prochaine, mais aussi pendant de nombreuses années encore. 

 

William A. Haseltine est un scientifique, et il est président du groupe de réflexion sur la santé mondiale access health international