Goinfrerie extrême: exemple Georges Plassat ex patron de Carrefour

Source: éditorial de Claude Weil. Var Matin 16/6/2018

50cf9a73b0df9febb1ac5fbbf8eea37b.jpg


« Délirant », « inadmissible », « indécent », « scandaleux »... Georges Plassat, ci-devant PDG de Carrefour (*), peut se vanter d'avoir suscité un moment d'unité nationale comme la France en a peu connu depuis la finale de 1998. Une même vague d'indignation a parcouru le pays, des Insoumis au Rassemblement national, et jusque dans les couloirs du Medef.
(*) ex PDG de Carrrefour remplacé par Alexandre Bompard en juillet 2017 NDLR

Il est vrai que les conditions de son départ à la retraite en juillet dernier (17 millions € au total en salaires fixes et variables, revenus différés des exercices antérieurs, prime de départ, actions gratuites et autres jetons de présence, auxquels s'ajoute une retraite-maison à vie de plus de 500 000 € par an), alors que le groupe s'apprête à supprimer 2 400 emplois et fermer 243 magasins, franchissent les limites admises de l'obscénité.


« Greed is good » (la cupidité est bonne), professait le héros du film Wall Street. Version brève et tranchante d'une idée déjà énoncée au début du XVIIN par le satiriste néerlandais Mandeville : « Soyez aussi avides et égoïstes que vous pourrez l'être, car ainsi vous ferez le mieux que vous puissiez faire pour la prospérité de votre nation et le bonheur de vos concitoyens ».

De fait, la quête du profit et le désir d'enrichissement constituent en économie libérale le plus puissant des moteurs de croissance. Comme l'écrira le grand Adam Smith ce n'est pas de la bienveillance du boucher ou du boulanger que nous attendons notre dîner mais plutôt du soin qu'ils apportent à la recherche de leur intérêt ». Mais une idée juste, portée à son extrémité devient folle. A un certain degré de cynisme et d'iniquité, greed is bad. Very bad. Vient un moment – nous y sommes en plein – où la goinfrerie de certains grands patrons n'est plus tolérable ni tolérée.


Elle ruine l'idée d'entreprise conçue comme une collectivité. Elle légitime les rancoeurs et entretient la défiance. Elle sape les bases de l'économie et au-delà, abîme le pacte démocratique.


On se demande souvent pourquoi la France est le pays le plus rétif à l'économie de marché ; pourquoi l'anti-capitalisme radical et le populisme anti-élites y prospèrent ; pourquoi le sentiment d'injustice y est si vif, alors que nous sommes les champions des aides sociales. Ne cherchez pas plus loin.

Plus:

  1. Les conditions de départ de Georges Plassat ex patron de Carrefour font polémique
  2. Carrefour, qui supprime 2400 emplois, va verser 17 M€ à son ancien PDG Georges Plassat
  3. Alexandre Bompard - PDG actuel de Carrefour - sur BFM au sujet des fermetures des magasins  Dia
  4. Salaires des grands patrons: polémiques (mais qu'est ce qu'ils peuvent faire de tout leur pognon,)
  5. Qu'est ce qu'une société inclusive?

Ma pensée: comment les grandes entreprises industrielles choisissent leur patron parmi une population restreinte; c'est l'argent!