Film documentaire "Sea of Shadows"...

seaofshadows1.JPGJ'ai visionné hier le documentaire "Sea of Shadows" (mer des ombres) à l'espace Bourgain de Callian. Peu de monde avait répondu, vu sans doute la date du 14 août, veille de la fête de l'ascension Photo.

C'est un long film (1h40mn), avec pas  mal de redondances, des longueurs,  une suite de scènes sans connexions évidentes entre elles, une sonorisation forte avec des gros plans appuyés (zooms) et une touche de "sensationnel"  que nous européens n’approuvons pas. C'est un film à sensation destiné à un public américain plutôt  qu'un  documentaire de style cash investigation ou complément d'enquête  que nous aimons en France, au Royaume Uni ou en Allemagne (cf. Arte).

Il manquait au début une présentation de synthèse du sujet (mais on la trouve lors d'une courte présentation hors film  Cf. la réf 7), une explication scientifique des causes premières de ces extinctions (Cf. la réf 3)... et à mon sens ensuite, un scénario mieux construit mettant tous les éléments en suite logique et convaincante pour alerter  l'opinion publique mondiale et les décideurs du Mexique et de la Chine.

Les productions  d'"Appian Way" créée par  Leonardo DiCaprio,  ont produit ce film pour le National Geographic Magazine.  Appian Way a puisé le contenu brûlant auprès de Carlos Loret de Mola, un journaliste d'investigation et d'Andrea Crosta, un militant écologiste; tous deux travaillaient sur le sujet; merci à eux d'avoir enquêté avec courage  sur ce sujet brûlant, car c'est dangereux pour eux. Puis la réalisation cinématographique fut confiée à Richard Ladkani, et c'est dangereux pour lui aussi.

Le sujet, brûlant du point de vue environnemental, est très intéressant car il concerne toute la société mexicaine. De base, il s'agit de l'extinction de deux espèces animales aquatiques à cause des activités humaines - donc un exemple concret de la perte de bio diversité due à l'homme. Ces deux espèces sont le poisson totoaba et le petit cétacé vaquita (vachette); ce sont  deux espèces endémiques du golfe de Californie avec un habitat propre et limité en superficie dans cette partie de la planète. Le totoaba est un poisson dont la vessie natatoire est comestible ... le vaquita est le plus petit des cétacés, le marsoin (porpoise) de Californie.

Le film met d'abord en lumière le sort du vaquita,   le marsouin (porpoise) en voie de disparition, devenu un dommage collatéral dans la surpêche et le braconnage du poisson totoaba dans la mer de Cortez, au Mexique, lui aussi menacé d'extinction. Le vaquita figure dans la liste rouge des espèces menacées de disparition: espèce en situation critique, selon la classification de UICN (union internationale pour la conservation de la nature Cf. réf 8). 18 vaquitas seulement étaient dénombrés en 2017. LIEN.  Totoaba est aussi sur la liste rouge,  en diminution constante mais effectifs non mesurés, ce qui fait que sa classification en liste rouge est controversée LIEN.

Les vessies natatoires des totoaba sont un produit comestible de luxe en Chine; séchées,  elles sont considérées avoir des pouvoirs de guérison dans la médecine traditonnelle chinoise.  Ces vessies se vendent à prix d'or, pouvant atteindre 100000$/kg selon la qualité et l'âge de la vessie. Plus le poisson est vieux plus sa vessie est   chère. En raison de ces prix, la vessie de totoaba est considérée comme la cocaïne de la mer; d'où l'implication des traficants.

Les chinois pêchaient autrefois des poissons à vessie natatoire en mer de Chine, mais ils ont conduit cette espèce  à l'extinction. Les chinois ont donc cherché ailleurs sur la planète d'où le choix du golfe de Californie.  Des syndicats mexicains de la drogue se sont alors associés à la mafia chinoise pour la pêche illégale du totoaba, (pêche aux filets maillants interdits depuis 2016 ).

La vessie natatoire, ou vessie gazeuse, se présente comme un sac à paroi mince rempli de gaz, oxygène, co2 et azote. C'est un organe des poissons osseux, qui détermine la profondeur à laquelle le poisson flotte dans l’eau et lui permet ainsi de se mouvoir à la profondeur qu’il veut en ajustant sa densité à celle de l’eau dans laquelle il vit. LIEN. C’est un poisson benthique, c'est-à-dire qui vit sur le fond où il se nourrit de crustacés (crabes et crevettes) et de poissons, mais pas à très grande profondeur (on le trouve jusqu’à 25 mètres environ, jusqu’à 50m en mer de Cortez).

Les totabas se rassemblent en mer de Cortez une fois dans l'année et se rendent dans l'estuaire du Colorado pour y frayer.  Les allevins vivent dans les eaux saumâtres de l'estuaire 2 ans avent de migrer au sud . Le Colorado est un fleuve en manque d'eau à l'estuaire - à cause des prélèvements pour l'eau potable, d'irrigation et industrielle sur son parcours;  et comme il charrie pesticides, produits chimiques et polluants, ils sont donc concentrés; cette modification de l'habitat des totoabas est une des premières causes qui les menace d'extinction.

Evidemment les conditions de vie des pêcheurs sont en jeu dans le débat. Les pêcheurs illégaux (filets interdits) et les braconniers s'opposent aux règlements qui prétendent mettre fin au trafic; des affrontements violents les opposent à la police. Ces affrontements concernent la ville de San Felipe LIEN

L'ONG Sea Sheperd tente depuis des années d'empêcher les poses de filets maillants qui capturent totoabas et vaquitas; ils coupent les filets et libèrent les totoabas; mais  les vaquitas étant des cétacés, ont besoin de respirer, donc pris dans les filets, ils s'étouffent et meurent, d'où la réduction drastique de leur nombre. Le bateau de Sea Sheperd a été attaqué par les pêcheurs en colère. Le gouvernement mexicain avait accordé une indemnité de 150$/mois aux pêcheurs pour qu'ils n'aillent plus pêcher. Mais vu l'appât des gains liés à ce  trafic .. rien n'y fait.

En fait le sujet du film est traité dans de nombreuses publications accessibles sur l'internet. Voir notamment les réf 3 et 4. Le problème ne peut être résolu que par la cessation des trafics avec la Chine, des règlements sévères, et des sanctions pénales  - en vigueur déjà - mais peu appliquées. Vu le faible nombre de vaquitas adultes en état de se reproduire, on peut craindre leur extinction.

Signez la pétition change.org

Documentation:

  1. L’étau se resserre autour des vaquitas : Sea Shepherd de nouveau attaqué au Mexique Samedi 2 février 2019
  2. Vessie natatoire des poissons osseux.
  3. Le poisson totoaba
  4. Le  marsoin (porpoise) de Californie.
  5. Interview ScreenRant: Andrea Crosta & Richard Ladkani
  6. Article du Magazine le Point.
  7. Carlos Loret de Mola: une présentation complète de tous les éléments du du film
  8. UICN suivi des espèces de la biodiversité