LES ADRETS-DE-L'ESTÉREL Vent debout contre le projet de pôle multifilière à Fontsante



4175d139c5762e8478e228d3aa0139bf.jpg

La réunion publique, organisée par le maire, a permis de cristalliser l'opposition des riverains

Les Adréchois ont répondu en masse à l'invitation du maire Nello Broglio, organisateur d'une réunion débat sur l'avant-projet d'implantation d'un pôle multifilière sur le site d'environ 90 ha des anciennes mines de Fontsante proposé par le groupe Suez. avec pour objectif de réceptionner les déchets du BTP et flux associés, provenant du territoire. Jean-Yves Huet. maire de Montauroux, a également répondu présent à l'invitation du maire des Adrets.

6 millions de tonnes entreposées à vie


Environ 400 000 tonnes de déchets par an transiteraient sur le site, propriété de la ville de Callion et situé sur la commune de Tanneron. Entre 90 et 150 camions de 20 tonnes par jour, dont la moitié recyclée et l'autre stockée sur le site. Sur trente ans, on estime à 12 millions de tonnes de déchets transportés, dont la moitié stockée à perpétuité sur le site. La frontière de la commune des Adrets se trouve à 100 mètres du
site et les premières maisons adréchoises sont situées h 730 mètres, alors que les premières maisons de Tanneron sont à 3,5 km du site et celles de Callian à 6,2 km, expose Nello Broglio. En proximité immédiate, vous pouvez ajouter également les Estérets du Lac qui dépendent de Montauroux  précise Jean-Yves Huet. Je n'ai pas entendu JYH dire cela NDLR

Risque de pollution du lac de Saint-Cassien


Un avis très défavorable à ce projet a été voté à l'unanimité par le conseil municipal des Adrets. En effet. s'insurge le maire, outre les énormes problèmes de voisinage et de circulation, sans parler de l'image désastreuse des Adrets censé représenter le poumon vert du secteur, l'édile redoute la pollution du lac de Saint-Cassien. réservoir d'eau potable pour les communes de l'est Varois et de l'ouest des Alpes-Maritimes. En dehors de l'amiante qui est insoluble dans l'eau, tous les autres polluants le sont : le lessivage par l'eau de pluie produirait des
lixiviats. évidemment pollués et donc dangereux. Pour l'avenir de nos enfants, c'est une priorité de préserver notre environnement, martèle le premier magistrat sous les applaudissements des Adrechois qui prennent tour à tour la parole. Les interventions soulignent les risques de santé publique, les risques d'incendies dans une zone soumise au PPRIF. Méthane et hydrogène peuvent embraser tout l'Esterel à la moindre étincelle, observe une voix dans le public. Un site sensible comme celui-ci ne peut pas recevoir un projet comme celui-là .

«Je vous rassure, le projet ne pourra pas se faire sans l'accord des communes limitrophes ainsi que l'avis de la Cavem  dans le cadre de la communauté de communes, pointe le maire de Montauroux. -Restons vigilants'', conclut Nello Broglio.

Source Var Matin 29 mai 2018 Véronique Georges