Forum économique mondial: vers la durabilité avec des recettes néolibérales?

Source Social Europe par Gerhard Bosch 27 janvier 2020

Forum économique mondialLe Forum économique mondial (FEM) a reconnu intellectuellement que les modèles sociaux scandinaves offrent une alternative à la montée des inégalités. Il ne peut tout simplement pas accepter cela idéologiquement.

Le Forum économique mondial (FEM ou WEF), qui s'est réuni la semaine dernière à Davos, a relevé sa barre morale de plus en plus ces dernières années. Le nouveau manifeste de Davos «déclare que les entreprises doivent payer leur juste part d'impôts, faire preuve d'une tolérance zéro à l'égard de la corruption, respecter les droits de l'homme dans toutes leurs chaînes d'approvisionnement mondiales et plaider pour des conditions de concurrence équitables». Et dans le rapport du WEF sur la compétitivité mondiale 2019, les inégalités sociales croissantes sont fortement critiquées.

Dans le même temps, il est souligné que les inégalités ne sont pas une conséquence fatale de la mondialisation et des nouvelles technologies mais peuvent être combattues politiquement. Les pays scandinaves sont cités comme modèles, car ils «sont non seulement devenus parmi les économies les plus avancées, innovantes et dynamiques du monde, mais offrent également de meilleures conditions de vie et une meilleure protection sociale, sont plus cohérents et plus durables que leurs pairs ».

Bien sûr, on se demande immédiatement à quel point ces déclarations sont réellement envisagées. Après tout, le WEF cherche à réduire les rangs entre la politique et les milliardaires du monde. Ce sont précisément les grandes entreprises internationales qui transfèrent leurs bénéfices vers des paradis fiscaux et ne montrent aucune disposition à payer leur juste part d'impôts. Comment alors financer des États providence inclusifs, comme ceux des pays scandinaves?

Dans l'indicateur de compétitivité `` Flexibilité de la détermination des salaires '', la Finlande, la Suède, le Danemark et la Norvège sont rétrogradées entre 118 et 133 sur 141 pays, loin derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, le Qatar ou l'Arabie saoudite. Les postes les plus élevés, représentant une forte compétitivité, sont attribués à des pays avec des syndicats faibles, des négociations salariales fragmentées et un faible engagement envers les conventions collectives.

 

L'indicateur de compétitivité «Taux d'imposition du travail» semble similaire. Cet indicateur, tel que défini dans le rapport, prend en compte toutes les cotisations obligatoires et les impôts sur le travail payés par l'entreprise en plus des salaires bruts, y compris les cotisations d'assurance sociale. Les pays en développement sans État providence atteignent ici les valeurs les plus élevées. Dans les pays développés, les États-Unis sont au premier rang avec seulement un État providence résiduel (29e place), tandis que les pays scandinaves se situent de nouveau nettement derrière (Suède 132e, Finlande 104e et Norvège 67e). Le Danemark, à la 13e place, est une valeur aberrante, mais uniquement parce que son État-providence est largement financé par des impôts progressifs, et non par des cotisations de sécurité sociale, qui pour les entreprises pourraient être tout aussi impopulaires.

Enfin, regardons l'indicateur «Procédures d'embauche et de licenciement». On retrouve ici les États-Unis (5e rang) et le Royaume-Uni (11e) aux premiers rangs, tandis que la Finlande, la Norvège et la Suède, avec leur bonne protection contre le licenciement, sont reléguées aux rangs inférieurs, entre 85 et 97.

Déréglementation imposée

Le message que le WEF entend transmettre avec cette évaluation des institutions centrales du marché du travail est clair: une bonne protection contre les licenciements, un engagement élevé en faveur des conventions collectives et des cotisations de sécurité sociale élevées - par exemple pour financer un régime général d'assurance maladie ou une assurance vieillesse obligatoire. l'assurance-âge - sont des obstacles à la concurrence. Si les pays veulent prospérer, ils doivent éliminer ces obstacles à la concurrence. Le WEF suit ainsi argumentativement exactement la ligne de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de la Commission européenne, qui a imposé aux pays débiteurs, comme la Grèce , une déréglementation de leurs marchés du travail, avec une augmentation spectaculaire des inégalités sociales.

Du point de vue des entreprises mondiales, de telles évaluations ont bien sûr un sens. Si, par le biais de syndicats solides, des accords de barème des salaires s'appliquant aux grandes et petites entreprises d'un secteur sont appliqués, cela rend difficile la différenciation des salaires souhaitée dans les chaînes de sous-traitance. Une faible protection contre le licenciement déplace les risques des entrepreneurs vers les employés et permet aux grands investisseurs de retirer plus rapidement leur capital et de le délocaliser vers d'autres pays. Des cotisations de sécurité sociale élevées représentent un fardeau financier que l'on préfère répercuter sur l'État, qui en même temps est cependant privé d'une base financière.

Pourtant, ces institutions du marché du travail, si mal notées, sont précisément la condition préalable à la cohésion sociale tant appréciée des pays scandinaves. Ce n'est qu'avec le fort attachement aux conventions collectives que l'on peut expliquer, par exemple, la très faible proportion de salariés à faible revenu et la classe moyenne particulièrement forte dans les pays scandinaves, par comparaison internationale.

Idéologie et intérêt

Est-il possible de trouver une base scientifique pour les indicateurs du marché du travail du WEF ou est-ce que l'idéologie pure et une politique unilatérale basée sur les intérêts se cachent derrière ces chiffres? Dans les modèles néolibéraux avec des salaires flexibles, les équilibres avec le plein emploi peuvent en fait être calculés. Mais la réalité est plus compliquée.

Des institutions solides du marché du travail peuvent certes augmenter les coûts à court terme, mais en même temps obliger les entreprises à s’attaquer au long terme. Ils investissent davantage dans l'apprentissage et la formation avancée et dans la qualité de leurs produits. Les employés sont plus motivés et ont plus de pouvoir d'achat et l'économie se développe mieux et plus durablement que dans les pays où la plupart des employés sont mal payés.

Même des recherches récentes du FMI démontrent entre-temps les effets bénéfiques d'institutions solides. Une étude, par exemple, a clairement montré que dans les pays où les inégalités de revenu étaient faibles, la croissance était non seulement plus élevée mais aussi plus robuste que dans les pays où les inégalités étaient plus fortes. Un autre attribue l'inégalité croissante à l'érosion des institutions du marché du travail et constate des effets positifs des salaires minima et de la forte densité syndicale sur l'emploi. Ces nouvelles découvertes n'ont cependant eu aucune influence sur la politique du FMI qui, contrairement à l'état de la recherche, impose sans relâche des remèdes néolibéraux drastiques à ses débiteurs.

L'OCDE a également revu en profondeur sa position. Dans son étude de 1994 sur l' emploi , il préconisait toujours une déréglementation radicale, mais ses dernières études empiriques prouvent le contraire. Par exemple, les Perspectives de l' emploi de l'OCDE de 2018 montrent que les pays dotés de politiques salariales coordonnées ont des niveaux d'emploi et de chômage plus élevés que les pays dotés de systèmes de salaires décentralisés, qui sont si positivement évalués par le WEF.

Dilemme du WEF

Le rapport sur la compétitivité mondiale 2019   montre le dilemme du WEF. Nous savons précisément que les inégalités sociales croissantes sont la base la plus importante de la polarisation sociale et des courants hostiles à la mondialisation. Outre le changement climatique, ceux-ci menacent la stabilité à long terme de l'économie capitaliste et mettent donc le système en danger. La construction de solides institutions du marché du travail serait alors essentielle. Dans le même temps, on ne veut pas nuire à sa propre clientèle, qui paie beaucoup d'argent pour sa participation aux conférences et se fait l'avocat de ses intérêts à court terme.

Les contradictions intellectuelles auxquelles conduit cet acte de scission sont devenues évidentes à partir de l'exemple de l'évaluation des modèles sociaux scandinaves. Le WEF est à ces contradictions tout comme l'Église catholique: le dimanche, l'eau est prêchée et pendant la semaine du vin est bu.