Population - croissance économique - émissions de CO2 et changement climatique. Qu'est ce qu'on peut faire?

Je me suis proposé d'organiser cette rencontre il y a plusieurs mois. Je n'ai cessé d'y penser et de la préparer. C'est un sujet d'une extrême complexité qui touche à toutes nos sociétés sur la planète entière. Des milliers de scientifiques et de spécialistes du climat y travaillent en permanence, des milliers d'observateurs, de journalistes, de politiques et les réseaux sociaux, contribuent, relaient, commentent, alertent, dénient.... Tous les jours quelque chose de nouveau apparaît.

Et voilà que moi, retraité depuis 22 ans dans ce territoire rural, vivant dans ma bulle verte, loin des villes et des activités économiques,  bénéficiant d'une vie facile  permise par notre système social... je me mets à vouloir faire une conférence débats sur ce sujet hyper complexe!!!  Sachez que je me sens tout petit, ici à Callian en pays de Fayence, en France,  et sur la planète terre, car c'est désormais d'un enjeu planétaire qu'il s'agit.

Je m'efforcerai d'être court - mais c'est un vrai défi - afin de vous permettre vous aussi, de donner vos réflexions sur le sujet après ce que j'aurai dit.

Mais auparavant je veux  raconter une expérience toute chaude.

Nous venons mon épouse et moi de remonter dans le Nord pour fêter en famille nos noces de diamant.  C'est comme si nous avions passé 8 jours à l'étranger! 

J'ai cessé mes activités professionnelles en juillet 2006, il y a donc 23 ans! Aie! nous vivons ici en espace naturel, loin des villes, des villages, et nous ne retrouvons la ville que quand nous prenons l'autoroute pour aller dans les Alpes Maritimes ou sur la Côte.

Là nous avons commencé à Aix les Milles; des milliers de voitures partout, en circulation et en stationnement;  les gens se rendant à leur lieu de travail; des centres d'activités partout. Puis le train OUIGO, nouvelle version SNCF de la privatisation à venir... ce fut PARFAIT. Nous avons traversé la France.... Vue du train, une France vide mais vivante, avec ses champs cultivés à perte de vue, ses élevages bovins... tout cela est exploité et entretenu par nos paysans qui produisent notre nourriture et qui méritent notre respect et les fruits de leur travail.

Puis nos villes de naissance et d'activité passées... Lille, Dunkerque Calais et Boulogne. A Boulogne, le grand complexe métallurgique des Aciéries de Paris Outreau où j'ai travaillé à la construction de l'usine du port,  tout a été rasé et converti en une vaste zone d'activités industrielles de production de biens et de services.

L'intercommunalité ici a un sens très différent de chez nous en pays de Fayence. Un ville centre avec des petites communes autour, la plupart agricoles ou touristiques.  La mutualisation des services a ici tout son sens.  L'économie locale fournit les emplois... Boulogne est le premier port de pêche de France.

En pays de Fayence, nous n'avons pas de commune centre.... sauf la plaine qui pourrait en tenir lieu. Notre intercommunalité  est en construction sur une base  faite de communes séparées par leur histoire. Les élections municipales de 2020, les communes et la future gouvernance de l'intercommunalité sont donc un enjeu capital.  Nous devons tous participer à la campagne électorale qui s'ouvre pour que les 6 années qui viennent soient un progrès pour tous.

Voilà ce que je voulais dire pour commencer.

 

Alors changement climatique... et faire COURT!

 

Je me fixerai sur un plan en trois parties et une conclusion;  et je  renvois à mon billet plus long et plus technique que voici: ainsi qu'à la rubrique "changement climatique" de mon blog. Vous y trouverez aussi cette présentation.

Tordre le cou à trois dénis que l'on entend le plus souvent.

  1. Le CO2 c'est tellement minime dans l'atmosphère que ça ne peut pas avoir d'influence sur le climat

    myth1.JPG

  2. Le rechauffement climatique a cessé depuis 1995

    myth2.JPG

  3. Le système climatique est impossible à prévoir... la question des modèles.

    myth3.JPG

Et conclure par ce que l'on peut faire!

1. Le CO2 c'est tellement minime dans l'atmosphère que ça ne peut pas avoir d'influence sur le climat

Tout le monde doit savoir que l'atmosphère est composée d'oxygène et d'azote. Les chiffres qu'on a en tête  sont de 21% d'oxygène et 78% d'azote. Que sont les 1% restants?.  L'air se compose d'oxygène, d'azote, de vapeur d'eau, de CO2, de méthane, d'ozone et de traces d'autres gaz comme l'argon, l'hélium....

Avant la révolution industrielle commencée en 1750 en Angleterre avec la machine  à vapeur, la composition de l'atmosphère était la suivante: On compte en molécules ou parties par million ppm.

myth11.JPG

Les gaz à effet de serre sont la vapeur d'eau, le gaz carbonique et le méthane; il faut y ajouter l'ozone. Voici pourquoi?

GES.JPG

L'énergie solaire nous parvient sous forme de lumière visible, de rayons ultra violets et de rayons infra rouges du côté hautes fréquences  du spectre.

spectre-soleil.JPG

Plus il y a de H2O, CO2 et CH4 dans l'atmosphère, plus il fait chaud. Sans l'effet de ces gaz, la température de la planète, vu sa distance du soleil qui est de 150 millions de km, serait  -18°.  Or la température moyenne est de 14°; l'effet de serre réchauffe donc de 33° ce qui a permis l'expansion de la biosphère et de notre espèce humaine.

Mais depuis que nous consommons massivement les énergies fossiles, depuis la révolution industrielle commencée en Angleterre, la  teneur en gaz carbonique  et en méthane de l'atmosphère a augmenté  - 280 à 400 ppm - et la température moyenne de la planète aussi - de 1.8° Les évènements climatiques extrêmes sont de plus en plus violents, la biodiversité est menacée... et notre espèce aussi. La canicule de cet été est dans tous les esprits.

myth12.JPG

myth13.JPG

vostok.jpg

2. Le rechauffement climatique a cessé

On entend souvent dire par les négationistes dont des scientifiques comme  Vincent Courtillot de l'institut de physique du globe, que le changement climatique s'est arrêté depuis 1995...  Quelle est la réalité de cela au vu des statistiques météo?

myth21.JPG

myth23.JPG

myth24.JPG

3. Le système climatique est impossible à prévoir... la question des modèles.

Un des arguments les plus avancés par les négationistes, c'est que le climat est impossible à prévoir sur le temps long, 2030, 2050 et 2100. Les modèles ne sont pas fiables, car un système aussi complexe que le climat ne peut pas être modélisé.

L'opposition système simple versus  système complexe est fallacieuse. Comme disait Einstein, tout ce qui se mesure n'est pas toujours important; mais ce qui est important ne se mesure pas toujours.

Un système simple peut être complexe, comme un système complexe peut être simple. Tout dépend de la question qu'on se pose. Einstein avec la vitesse de la lumière et la relativité nous a montré cela.

Exemple l'eau bouillante dans une casserole. La température moyenne à l'ébullition ou après transfert d'une quantité d'énergie connue, c'est simple.. mais le flux de l'eau à l'intérieur de la casserole, les mouvements de convection,  la répartition de l'énergie ... on ne sait pas répondre, c'est complexe.

myth32.JPG

Il en est de même pour le climat. Vu ce que l'on sait des gaz à effet de serre et leur influence sur le réchauffement et la température, il est certain qu'on va vers une température moyenne de la planète plus élevée. Quand et comment celle-ci va se répartir sur la planète, continents et océans, c'est difficile à savoir, comme les flux d'eau bouillante dans la casserole.

Et notre planète terre a des conditions bien particulières par rapport au soleil, parmi les 4 planètes telluriques, Mercure, Vénus, Terre et Mars. Nous sommes à 150 millions de km du soleil .... Venus est à 109 millions de km; son atmosphère c'est 96.5% de CO2 et sa température moyenne est de 470°.  Mars est 250 millions de km,  son atmosphère est très ténue, c'est 97.5% de CO2 et sa température moyenne est -65°

effet2serre.JPGAlors soyons contents!

4. Conclure par ce que l'on peut faire!

5. Décarbonner l'économie

Le bouquet énergétique mondial (2020) est toujours dominé par les combustibles fossiles qui ont permis les révolutions industrielles et la société d'aujourd'hui. C'est 80% charbon (28%) pétrole (30%) et gaz (22%).

mix-world.JPG

En 1990 c'était 81% mais entre temps la consommation est passée de 8769 Mtep à 15025 Mtep (+71%). La croissance de la Chine, de l'Inde et du Brésil.... comme les EU, ne nous annoncent pas de perspectives de baisse.

Notre  bouquet énergétique final français reste aussi dominé par le pétrole et le gaz (64.5% en 2016  74.7% en 1990). 

mix-france.JPG

L'électricité est largement décarbonée grâce au nucléaire et à l'hydraulique. C'est les 64.5% de pétrole et gaz qui sont le problème... Cela implique des changements de comportements, de consommation et de production.

Il ne s'agit pas de supprimer totalement le recours aux combustibles fossiles, tant qu'il y en a à extraire.... mais de cesser d'accroitre le CO2 et le méthane dans l'atmosphère, c'est à dire de rétablir l'équilibre du cycle du carbone entre l'atmosphère, la lithosphère, l'hydrosphère et la biosphère.

global-carbon-cycle.JPG

Il n'y a pas si longtemps, le sujet d'angoisse était le peak du pétrole et la fin des ressources de combustibles fossiles.  Maintenant, c'est le réchauffement climatique.

Le retour à l'équilibre est possible. C'est tout le sens des travaux du GIEC et de la récente publication du CNRS: 7° ou 2°. Décarboner partiellement  notre économie,  reforester...  changer nos comportements...

Je vais laisser Bruno vous parler de cela maintenant. Sauf si vous voulez intervenir avant.