Pourquoi nous sous estimons les signes de l'effondrement du pays le plus riche du monde: les Etats Unis.


Source: Umair en anglais  "why we're underestimating amercican collapse"

 

[video]https://youtu.be/fO2gn-aKDIk[/video]


Vous pourriez dire, après avoir lu certains de mes essais récents, "Umair! Ne t'en fais pas! Tout ira bien! Ce n'est pas si grave! "Je vous regarderais poliment, puis je dirais doucement:" Pour vous dire la vérité, je pense que nous ne considérons pas assez sérieusement notre effondrement qui vient "

Pourquoi? Lorsque nous examinons de près l'effondrement des États-Unis, nous constatons un nombre croissant de pathologies sociales. Pas n'importe quel genre. Pas même troublant, inquiétant et dangereux. Mais étranges et bizarres. Uniques. Des signes singuliers et horriblement bizarres que je n'ai jamais vraiment vus auparavant, et en dehors d'une dystopie écrite par Dickens et Orwell, ni vous, ni l'histoire. Ils suggèrent que quels que soient les «chiffres» que nous utilisons pour représenter le déclin - rétrécissement des revenus réels, croissance des inégalités, etc. - nous sous estimons en réalité ce que les experts appellent le «destin  humain», que les êtres humains sensés comme vous et moi considèrent avec le désespoir écrasant, la rage et l'angoisse de vivre dans une société qui s'effondre.

Laissez-moi vous donner cinq exemples de ce que j'appellerai les pathologies sociales de l'effondrement - des maladies nouvelles étranges, étranges et horribles, pas seulement celles que l'on ne voit habituellement pas dans les sociétés saines, mais que nous n'avons jamais vues auparavant dans toute société moderne.

L'Amérique a eu 11 fusillades dans les écoles au cours des 23 derniers jours. C'est un tous les deux jours, plus ou moins. Cette statistique est assez alarmante - mais c'est juste un nombre. La perspective nous demande une comparaison. Alors laissez-moi mettre ça autrement. L'Amérique a eu 11 fusillades dans les écoles au cours des 23 derniers jours, ce qui est plus que partout ailleurs dans le monde, même en Afghanistan ou en Irak. En fait, le phénomène des fusillades scolaires régulières semble être une caractéristique unique de l'effondrement américain - cela n'arrive dans aucun autre pays - et c'est ce que je veux dire par «pathologies sociales de l'effondrement»: une nouvelle, bizarre, et terrible maladie qui  frappe la société.

Pourquoi les enfants américains s'entretuent-ils? Pourquoi leur société ne se soucie-t-elle pas assez d'intervenir? Eh bien, probablement parce que ces enfants ont abandonné la vie - et que leurs aînés les ont abandonnés. Ou peut-être avez-vous raison - et ce n'est pas si simple. Pourtant, que font les enfants qui ne s'entretuent pas? Eh bien, beaucoup d'entre eux sont en train de se tuer.

Il y a  aussi une "épidémie d'opioïdes". Nous utilisons cette expression de façon trop désinvolte, mais c'est beaucoup plus troublant qu'il n'y paraît à première vue. Voici ce qui est vraiment curieux à ce sujet. Dans de nombreux pays du monde - la plupart d'Asie et d'Afrique - on peut acheter tous les opioïdes que l'on veut dans n'importe quelle pharmacie locale, sans ordonnance. Vous pourriez alors supposer que l'abus d'opioïdes en tant qu'épidémie de masse serait un phénomène mondial. Pourtant, nous ne voyons pas d'épidémie d'opioïdes nulle part ailleurs qu'aux États-Unis - en particulier ceux qui ne sont pas si méchants et répandus qu'ils réduisent l'espérance de vie. Ainsi, «l'épidémie d'opioïdes» - l'automédication de masse avec la plus dure des drogues dures - est encore une pathologie sociale de l'effondrement: unique à la vie américaine. Il n'est pas tout à fait capturé dans les chiffres, mais seulement par comparaison - et quand nous le voyons dans une perspective globale, nous avons une idée de la vie singulièrement troublée de l'Amérique.

Pourquoi les gens abuseraient-ils des opioïdes en masse comme nulle part ailleurs dans le monde? Ils doivent vivre une vie véritablement traumatisante et désespérée, dans laquelle il y a peu de soins de santé, alors ils doivent s'auto médiquer. Mais qu'est-ce qui est si désespéré chez eux? Eh bien, considérons un autre exemple: les «retraités nomades». Ils vivent dans leurs voitures. Ils vont d'un endroit à l'autre, saison après saison, pourchassant tout travail à bas salaire qu'ils peuvent trouver - au printemps, un entrepôt Amazon, à noël, Walmart.

Maintenant, vous pourriez dire - "Eh bien, les pauvres ont toujours chassé le travail saisonnier!" Mais ce n'est pas vraiment le point: l'impuissance absolue et l'indignité complète est. Dans aucun autre pays du monde, je ne vois des retraités qui auraient pu épargner assez pour vivre, vivre maintenant dans leur voiture afin de trouver du travail juste pour continuer à manger avant de mourir - même dans les endroits désespérément pauvres, où au moins les familles vivent ensemble, partagent des ressources et s'entraident. C'est une autre pathologie de l'effondrement qui est unique en Amérique - l'impuissance absolue à vivre dans la dignité. Les chiffres ne le saisissent pas - mais les comparaisons brossent un tableau sombre.

Comment les personnes âgées américaines ont-elles été privées de dignité? Après tout, même les pays les plus pauvres ont des «systèmes informels de soutien social» - autrement dit des familles et des communautés. Mais en Amérique, il y a l'effondrement catastrophique des liens sociaux. Le capitalisme extrême a tellement bouleversé la société américaine que les gens ne peuvent même pas se soucier les uns des autres, comme dans des pays comme le Pakistan ou le Nigeria. Les liens sociaux, les relations sociales elles-mêmes, sont devenus des luxes inabordables, plus encore que dans les pays pauvres: c'est une autre pathologie sociale propre à l'effondrement américain.

Pourtant, ces pays autrefois pauvres font de grands progrès. Les Costaricains ont désormais une espérance de vie plus longue que les Américains avec leur santé publique. L'espérance de vie américaine est en baisse, contrairement à presque n'importe où ailleurs dans le monde, sauf le Royaume-Uni - parce que ce n'est pas le cas: il n'y a pas de protection sociale.

Et c'est ma dernière pathologie: c'est l'âme, pas un membre comme les autres. Les Américains semblent être plutôt heureux simplement en se regardant mourir de toutes les manièresévoquées ci-dessus. Ils ne semblent pas être trop dérangés, émus, ni  même affectés par les quatre pathologies que je viens d'évoquer. Leurs enfants s'entretuent, leurs liens sociaux s'effondrent, ils sont impuissants à vivre dans la dignité, ou ils doivent endormir la douleur. Si ces pathologies se produisaient dans n'importe quel autre pays riche -et  même dans la plupart des pays pauvres - les gens seraient atterrés, choqués et étonnés, et certainement se mobiliseraient pour les empêcher de se produire. Mais en Amérique, ils ne sont même pas résignés. Ils sont indifférents, la plupart du temps. Donc ma dernière pathologie c'est une société prédatrice. Une société prédatrice ne signifie pas seulement que les oligarques arrachent des gens financièrement.

Plus concrètement, cela signifie que les gens hochent la tête, sourient et continuent de vaquer à leurs occupations quotidiennes alors que leurs voisins, amis et collègues meurent prématurément. Le prédateur dans la société américaine n'est pas seulement son super-riche - mais une force invisible et insatiable: la normalisation de ce qui dans le reste du monde serait considéré comme des échecs moraux,  honteux, historiques, générationnels, sinon des crimes, et qui sont banalisés.

Les affaires de tous les jours ne doivent pas être trop inquiètes ou troublées. Peut-être que cela vous semble fort. Maintenant que je vous ai donné quelques exemples - il y en a beaucoup plus  de pathologies sociales de l'effondrement,  permettez-moi de partager avec vous les trois points qu'ils soulèvent pour moi. Ces pathologies sociales sont quelque chose d'étrange et d'horrible, des  souches de maladie infectant le corps social. L'Amérique a toujours été un pionnier - seulement aujourd'hui, elle accueille non seulement des problèmes rarement vus dans des sociétés en bonne santé - mais des pathologies sociales nouvelles qui n'ont jamais été vues dans le monde moderne en dehors de l'Amérique d'aujourd'hui. Qu'est-ce que cela nous dit?

L'effondrement américain est beaucoup plus grave que nous le supposons. Nous sous-estimons son ampleur sans la surestimer. Les intellectuels américains, les médias et la pensée ne posent aucun de leurs problèmes dans une perspective globale ou historique - mais quand ils sont vus de cette façon, les problèmes de l'Amérique ne sont pas seulement les ennuis quotidiens d'une nation en déclin, mais quelque chose comme corps soudainement attaqué par des maladies inimaginables. Vu avec précision. L'effondrement américain est une catastrophe de possibilité humaine sans parallèle moderne. Et parce que le désordre que l'Amérique a fait d'elle-même est particulièrement unique, si singulier, si perversement spécial - le traitement devra aussi être nouveau.

L'unicité de ces pathologies sociales nous dit que l'effondrement américain n'est pas comme un retour à la moyenne, ou la baisse d'une tendance. C'est quelque chose en dehors de la norme. Quelque chose qui dépasse les données et les statistiques. C'est comme le météore qui a frappé les dinosaures: une aberration pire que l'abberation, un événement à l'extrême de l'extrême. C'est pourquoi nos récits, cadres et théories ne peuvent pas vraiment le saisir - et encore moins l'expliquer. Nous avons besoin d'un tout nouveau langage - et d'une nouvelle façon de voir - pour commencer à le comprendre. Mais c'est la tâche de l'Amérique, pas celle du monde.

La tâche du monde est la suivante. Si le monde suit le modèle américain - capitalisme extrême, pas d'investissements publics, la cruauté comme mode de vie, la perversion des vertues de la vie quotidienne - alors ces nouvelles pathologies sociales suivront aussi. Ce sont de nouvelles maladies du corps social qui ont résultent de  la malbouffe, des médias indésirables, de la mauvaise science, des mauvais sachants, de la mauvaise  économie, de  gens qui se traitent les uns les autres et leur société comme des déchets, comme c'est le cas en Amérique depuis longtemps.