Var Matin: Cavallier dit non à Marie Blachère

La guerre des boulangeries (voir notre édition du 9 janvier dernier) aura telle lieu en Pays de Fayence où une enseigne Marie Blachère doit ouvrir bientôt?


Nous sommes allés à la rencontre du conseiller départemental, François Cavallier, opposé à l'ouverture de la grande enseigne dans les conditions actuelles, notamment pour des problèmes de sécurité routière.

Personne ne peut-il rien faire contre Marie Blachère?

Cette question met le doigt sur le fond du dossier: l'impression qu'une fois de plus les pouvoirs publics sont impuissants. Mais il ne faut pas tout mélanger. Il y a dans le dossier Marie Blachère un volet urbanisme, qui est de la responsabilité de la commune de Montauroux. On peut faire grief à la commune de ne pas avoir su déjouer le dossier bien ficelé du groupe, mais pas faire croire qu'un maire peut choisir entre enseignes sympathiques ou antipathiques, parce qu'il y a aussi une liberté d'entreprendre et qu'il n'est pas raisonnable de faire croire que l'urbanisme est à la tète du client ».

La distorsion de concurrence ne vous choque pas?

«J'ai bien sûr sur là-dessus mon avis de citoyen et de consommateur. Mais ce n'est pas aux élus de réguler la concurrence, en tout cas pas pour les surfaces commerciales de cette taille, parce que la loi n'en a pas prévu la possibilité. Et autant je comprends le ressenti des
boulangeries artisanales de la plaine aujourd'hui autant il faut aussi se souvenir qu'au moment de leur installation elles ont aussi fait concurrence à d'autres, par exemple dans les villages».

Que pouvez vous faire alors?

Pas me pavaner sous l'étendard des petits contre le gros, mais exercer la compétence du Département. La seule chose qui soit de mon ressort, c'est ce volet routier du dossier. Cette installation doit être compatible avec le fonctionnement de la route. C'est ma partie et, à ce jour, les propositions du groupe n'ont pas satisfait la collectivité, qui n'a donc pas délivré d'autorisation. Un rond-point parait très difficile à réaliser avec un autre giratoire si près côté ouest, et un tourne-à droite ne ferait que reporter le problème du demi-tour juste un peu plus loin côté est.

A ce jour, faute de solution technique acceptable, en l'état, cette ouverture n'est pas légalement possible. Je ne lâche rien !». A suivre donc...