Cyclone Irma et dévastation de l'île Saint Martin des Antilles septembre 2017

 

Cyclones, ouragans, tornades... dans cette région de l'atlantique nord sont fréquents chaque année; c'est un phénomène météorologique bien expliqué par les spécialistes de la météo et du climat (lien): conjonction de la hausse de température de l'eau de l'océan après le pic de l'été, des alizés, de la rotation de la terre et de la circulation générale des masses d'air de l'atmosphère... Leur intensité et leur énergie s'accroît avec le réchauffement climatique. L’œil des cyclones où les vents et l'énergie sont les plus forts ne passe pas toujours au même endroit, pile sur Saint-Martin par exemple dévastant toutes les constructions humaines sur leur passage.... et réduisent à néant toutes les institutions qui règlent les conditions du vivre ensemble. Plus d'électricité, d'eau, de nourriture, de logement, de téléphone et de communications, plus même d'état de droit complètement dépassé par l'ampleur des évènements.

Ces îles des Antilles resteront-elles habitables? Les gens, avec ou sans l'aide de l'état, vont-ils reconstruire sachant que la même chose peut survenir dans les 10 ans.. Ces îles étaient quasi inhabitées lors de la découverte de Christophe Colomb en 1492. Ce sont les riches européens qui récemment les ont occupées sous cette forme d'aujourd'hui, par des avantages fiscaux. Là aussi la croissance de la population intervient. Et les "pauvres" leur servent de serviteurs. Ces évènements préfigurent ce que serait l'effondrement de la civilisation.... Comme ce que les historiens croient avoir compris de la disparition des pasquans, des mayas, des anasazi, de l'île de pitcairn ... Lisez "Effondrement" de Jared Diamond.

Il est confirmé désormais sur la base de plusieurs témoignages, que c’est le plus grand chaos à St-Martin sur le plan sécuritaire. Aux pillages s’ajoutent bien d’autres faits beaucoup plus graves, conséquence d’une prise de possession de la rue et des quartiers par des bandes organisées.

St-Martin aujourd’hui ? C’est Mad Max et Indépendance Day, le chaos le plus total. Tous les codes de la vie en société ont volé en éclat. L’autorité publique ayant été cruellement défaillante en ce qui concerne ses missions régaliennes de maintien de l’ordre, mais aussi de protection des biens et des personnes ; et la nature ayant horreur du vide, ce sont d’abord des pillards par dizaines qui ont pris possession de la rue. Ensuite, ils sont passés à la vitesse supérieure, avec cette fois des bandes organisées, bien connues sur le territoire de St-Martin, qui se sont attachées à défendre leur territoire et opportunément à en conquérir d’autres, le tout sur fond de règlement de compte liés au trafic de drogue et d’armes. Déjà débordé en temps normal, les gendarmes se trouvent aujourd’hui complètement démunis. L’un d’entre eux, sous couvert de l’anonymat nous a décris une situation bien plus grave que veulent le faire croire les autorités. « C’est un grand merdier. L’île est détruite effectivement à 95%, on pourrait même dire 100%. L’ensemble des commerces est pillé tous les jours. On regarde car nous sommes en sous effectif. Des renforts de gendarmes mobiles sont certes arrivés, mais c’est encore aux gendarmes de Marigot de sécuriser la grande surface Super U, de jour comme de nuit » indique ce militaire.

Une réalité glaçante

Parallèlement, de petites frappes armées de coutelas, de couteau, mais aussi beaucoup plus lourdement s’en prennent au tout venant, au gré de leur bas instincts criminels. Prendre ainsi le risque de sortir de chez soi, avec telle ou telle chose visible, c’est s’exposer à coup sur à des vols avec violence et/ou à main armée. Et comme les forces de l’ordre peinent à reprendre possession du terrain, tout cela se passe dans la plus grande impunité. Les auteurs de ces faits graves ont bien compris que même s’ils sont interpellés ou pris en flagrant délit, il sera difficile techniquement de les placer en garde à vue et de le déferrer. Tous ces malfrats arpentent donc les rues comme des prédateurs traquent leurs proies. Lorsqu’ils ne s’attaquent pas franchement aux habitations qu’ils croient à l’abandon. Le risque est élevé également pour les femmes, actuellement à St-Martin. Certaines sont contraintes de se barricader et de survivre recluses de peur d’être victimes de viols, convaincues qu’en cas d’agression par ces groupes d’individus armés, personne ne pourra leur venir en aide. La population semble livrée à elle-même, obligée de s'organiser comme elle peut pour se défendre face aux voleurs.

Partir à tout prix

Les personnes les plus vulnérables et les proies faciles pour les malfrats, veulent quitter l'île par tous moyens, terrorisées par cette explosion de la délinquance et des violences. Scène irréaliste mais tellement révélatrice de la panique qui s'empare des personnes en détresse : un homme a tenté de rattraper à la nage un bateau privé qui partait de St-Martin en direction de Pointe-à-Pitre, avec plusieurs évacués à son bord. La préfecture a certes mis en place des mesures de restrictions de la circulation, au moins jusqu’à mercredi, tandis que les autorités néerlandaise ont déployé leurs forces armées à Sint-Maarten ; preuve de la nette différence d’appréciation du péril sécuritaire de part et d’autres de la frontière qui sépare la partie française de la partie hollandaise.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Created: 14 days ago
Views: 28
Online: 0