Une tribune publiée dans le prestigieux quotidien juge sévèrement les premiers mois à l'Élysée du président français, dont l'attitude est qualifiée d'arrogante.

 

10169319lpw-10175594-article-emmanuel-macron-jpg_4545053_660x281.jpg

«  Emmanuel Macron va lui aussi échouer.  » Les mots de Chris Bickerton ne portent guère à l'optimisme. Dans son édito pour le prestigieux New York Times, ce professeur de politique européenne à l'université de Cambridge s'interroge sur les raisons de la nette baisse de popularité du président français, qui a perdu 24 points dans les sondages depuis le mois de juillet et se situe aujourd'hui autour des 40 % d'opinions favorables.

Pour l'universitaire, ce désamour est la conséquence de la faiblesse du projet d'Emmanuel Macron, qu'il estime «  bien trop centré sur sa personnalité  ». «  Son attrait vient essentiellement de sa jeunesse, de son dynamisme, de son allure et de ses qualités oratoires. [Mais] une fois que le charme est rompu, il ne reste rien à ses soutiens pour l'apprécier.  »

Emmanuel Macron Will Be Yet Another Failed French President

Pour Chris Bickerton, Emmanuel Macron – «  l'enfant chéri de l'élite libérale mondiale  » – a perdu son aura construite autour de son image anti-establishment à cause de son «  attitude arrogante vis-à-vis du pouvoir  ». Et l'intellectuel de citer sa déclaration au sujet d'«  une présidence plus jupitérienne », son discours au Congrès de Versailles, ou encore ses propos au sujet de la loi travail qu'il vend comme «  une révolution copernicienne ». «  Beaucoup de Français se sont hérissés de ces accents monarchiques  », écrit l'éditorialiste.

«  Les retombées seront minimes  »

L'action du président de la République, et notamment sa grande réforme du Code du travail, ne trouve pas non plus grâce à ses yeux. «  Toute baisse continue du chômage en France serait la bienvenue, mais l'expérience d'autres pays suggère que cela impliquerait de nouvelles formes d'inégalité. En Allemagne, la réforme du marché du travail a mené à la prolifération de mini-jobs, un travail à temps partiel peu régulé et qui a pris la place du travail à temps plein dans certains secteurs  ». Et d'ajouter : «  La politique économique d'Emmanuel Macron favorise les employeurs par rapport aux salariés et ébrèche ce qui reste de l'État providence français.  »

Enfin, Chris Bickerton est également des plus sceptiques au sujet de la politique européenne d'Emmanuel Marcon. «  Il a expliqué aux électeurs français que, s'ils consentaient à des sacrifices, l'Union européenne – et en particulier l'Allemagne – serait plus à même de proposer à la France des traités plus avantageux.  » D'ailleurs, l'éditorialiste ne manque pas de souligner «  les mots chaleureux de Berlin  » concernant la loi travail. Mais, selon lui, «  si Angela Merkel remporte [les élections fédérales du 24 septembre], son mandat ne sera pas celui d'une union fiscale européenne. [...] Elle n'a apporté son soutien qu'à une version très modeste de ce que propose Macron. Les retombées des sacrifices auxquelles la France aura souscrit seront minimes – et son président ne sera sûrement pas plus populaire qu'il ne l'est actuellement.  »

Enregistrer



Created: 09/09/2017
Views: 64
Online: 0