Lesotho: un pays enclavé dans l'Afrique du Sud dont l'économie dépend largement de l'exploitation des diamants de joaillerie

Source: Africa Intelligence

Quelques semaines après sa nomination comme ministre des mines du Lesotho, Keketso Sello devrait se rendre à la conférence Africa Down Under, qui se tiendra à Perth du 6 au 8 septembre, pour convaincre les investisseurs australiens de venir dans son pays. La junior australienne Lucapa Diamond Co est déjà l'actionnaire principal du projet de kimberlites de Mothae. Le gouvernement lesothan est toujours à la recherche d'un nouvel opérateur pour un autre de ses gisements diamantifères, Lemphane. Nommé ministre en juin, en remplacement de Lebohang Thotanyana, dans le gouvernement de Tom Thabane, Keketso Sello est député de Hlotse, à l'est du Lesotho, et homme d'affaires, ayant récupéré la gestion des entreprises familiales.

Le diamant - carbone pur de système cubique - est la roche la plus dure connue; son indice Mohs est le plus élevé, 10 sur 10; le diamant ne peut être rayé que par un autre diamant.

Le diamant est donc inusable et inaltérable; il constitue la pierre précieuse par excellence; à ce titre il est utilisée en joaillerie pour les bagues de fiançailles.  Le joaillier taille la pierre en utilisant les propriétés de sa cristallographie, le système cubique (voir taille des diamants).. Comme il s'agit d'une pierre rare, son prix est élevé; et ce d'autant plus que la pierre est grosse ce qui est plus rare encore. C'est que les diamants ont été formés à partir de carbone dans la croûte terrestre,  par très hautes pressions et de très hautes températures. On trouve ainsi les diamants dans des kimberlites comme ici dans le plus grand gisement du monde en Sibérie, la mine Mir (Monde).. Mais il y en a aussi beaucoup en Afrique du Sud, à Kimberley dont le nom est issu et au Lesotho (voir l'économie minière de ce petit pays enclavé dans l'Afrique du Sud). J'ai fait une mission en 1983 au Lesotho pour la SADCC - minéraux industriels - avant la fin de l'apartheid  - où j'avais préconisé le développement de cette production. Ce sont les grands majors ou petits majors de l'industrie minière - Australie, Canada, et des Caraïbes qui ont pris les opportunités offertes par le pays dans le cadre de son développement minier.

Mais le diamant est aussi utilisé dans l’industrie comme pierre de coupe et d'abrasion. Ce sont les plus petites pierres, les plus nombreuses et donc les moins chères qui sont utilisés ainsi. Dans une mine, les diamants se classent par tailles; le poids du diamant se mesure en carats soit 1 carat = 0.20g. La taille se reflète alors dans le nombre de pierres par carat, soit le nombre de pierres pour 0.20g. Les pierres industrielles comptent plus de 100 pierres par carat.  Une pierre de fiançailles comme celle que j'ai offerte à ma femme mesure 0.32 carats, soit 3 pierres par carat. Une pierre de 1 carat se vend plus de 20000$ selon la taille, la couleur, la pureté...  Des pierres supérieures à 1 carat sont de plus en plus rares; comme la fameuse pierre Koh i Noor de 105 carats.

Les diamants synthétiques de très petite taille sont aussi produits par voie industrielle mais cela demande beaucoup d'énergie Voir ici.

L'autre source de diamants, ce sont les placers alluviaux; c'est l'érosion lente des gisements de kimberlites  qui les produit; comme au Ghana ou  au Libéria où j'ai aussi fait des missions; dont une étude de faisabilité  pour  Ghana Consolidated Diamonds GCD. Les diamants se concentrent au fond des graviers de la rivière. L'exploitation par dragage, ou extraction  des graviers, par pelles mécaniques ou draglines, consiste alors à faire un traitement gravimètrique de ces graviers et optique en phase  final pour parvenir à les trouver. Ce sont des centaines de tonnes de gravier qu'il faut extraire et traiter pour produire 1 carat, 0.20g de diamants.

 

EnregistrerEnregistrer



Created: 18 days ago
Views: 14
Online: 0