Belug une monnaie locale en pays de Fayence une fausse bonne idée

 

J'ai mis du temps à m'exprimer sur le projet de monnaie locale - la Belug -  porté par l'association  "Demain pays de Fayence".  Une rencontre avait eu lieu à la salle Bourgain de Callian avec Philippe Derudder. Un apéro "Force et Confiance" avait été consacré au sujet (revoir); lors d'un exposé talentueux de Bruno Bazire et Aurélien Arriaga, l'idée avait parue séduisante au point que René Ugo,  président de notre CdC, s'était dit favorable!

Voir ici tous les billets du blog consacrés à la monnaie locale en pays de Fayence

Mais c'est une fausse bonne idée selon moi. Voici pourquoi.

 

  1. Une monnaie locale ne se substitue pas à la monnaie officielle l'Euro et le change est de 1 pour 1.
  2. La Belug ne peut être utilisée qu'au sein d'un réseau de producteurs et consommateurs volontaires pour l'utiliser. 
  3. Ce réseau est une association de membres - producteurs et consommateurs - avec des statuts et un règlement
  4. Un association fonctionne pour les objectifs stipulés par ses membres dans ses statuts et avec des moyens - financiers et matériels - apportés par ses membres (cotisations, temps et travail de certains).

Jusque là tout va bien. La Belug est une bonne idée; qu'elle s'envole et on verra. Mais les promoteurs de la  Belug ont besoin d'une subvention pour assurer le fonctionnement - notamment le salaire d'un comptable. C'est là que ça se gâte et que l'idée devient une fausse bonne idée.

Les contribuables que nous sommes n'ont pas à supporter les coûts de fonctionnement de la Belug.

Comme toutes les idées keynesiennes, cela relève d'une fausse compréhension du rôle de l'argent dans l'économie. L'idée que l'interventionnisme de la sphère publique peut développer l'activité et l'économie.

Promouvoir la production et la consommation locales est un objectif éminemment souhaitable. Cela passe, non par la monnaie qui n'est qu'un moyen de fixer la valeur de ce qu'échangent producteurs et consommateurs.  Or nous sommes tous, à la fois producteurs et consommateurs de produits, de biens et de services. En produisant quelque chose, que ce soit comme salarié au sein d'une entreprise, ou comme commerçant ou artisan, ou comme entrepreneur.... nous créons quelque chose qui correspond à des besoins donc à la demande de consommateurs. Producteurs et consommateurs à la fois, nous sommes tous interdépendants.

La rencontre et l'équilibre  entre les deux se fait au moyen de la monnaie. Mais la base de l'équilibre c'est l'adéquation de ce qui produit avec ce qui est demandé, et là dessus interviennent tous les facteurs d'attraction dans la fixation du  prix de l'échange: qualité du produit, présentation des produits, lieu de vente, facilité d'accès, service après vente, accueil etc...

Personnellement je n'adhérerai pas à l'association la Belug car je pense qu'une monnaie locale est inutile (*), et je demande que les pouvoirs publiques ne subventionnent pas un tel projet avec nos impôts.

 

(*) C'est aussi contraire à l'air du temps car il se développe de plus en plus de moyens de paiements sans cash:  cartes bancaires,  paiements sans contact et par smartphone. Au point qu'on évoque la société sans cash c'est à dire sans pièces ni billets.

 

Enregistrer



Created: 15/07/2017
Views: 112
Online: 0