Pourquoi Emmanuel Macron se trouve au pied du mur

Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Car les actions doivent arriver après les promesses et les engagements. Publié le 30 Juin 2017

 

 

Finie l’heure des annonces, des intentions. Au moment où les Français amorcent la grande transhumance des vacances d’été, le nouveau Parlement s’est mis en  place. Une série de consultations s’est engagée entre les partenaires sociaux pour mettre en route la réforme du code du travail. Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Emmanuel Macron se trouve au zénith d’une popularité qui ne souffre pas la contestation. La France a retrouvé une image qu’elle ne connaissait plus depuis des lustres, à condition que l’action suive les promesses et les engagements.

Le chef de l’Etat est au pied du mur. Il ne peut être question de tergiverser comme l’a fait si souvent son prédécesseur, dont les engagements au redressement se terminaient toujours en chiffon de papier sollicitant de nouveaux délais qui lui faisaient perdre toute crédibilité.

Emmanuel  Macron entend rompre avec ce cercle vicieux. Cela commence par une condamnation sans appel par la bouche de son Premier ministre de la politique suivie précédemment. Alors qu’on pouvait croire à une certaine indulgence vis-à-vis de l’action suivie par un gouvernement auquel il  avait appartenu, comme s’il voulait ménager François Hollande, même s’il  n’était pas officiellement responsable de  la gestion des finances, Emmanuel  Macron marque ainsi une rupture très nette. Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe  vient de prononcer un  véritable réquisitoire en dénonçant les « artifices inacceptables » utilisés pour faire entrevoir une réduction du déficit au-dessous de la barre psychologique des trois pour cent, alors que celle-ci sera manifestement dépassée. La sévérité du propos témoigne d’une certaine  volonté de dramatisation  de la situation présente, qui appelle des mesures urgentes.  Tous les procédés utilisés classiquement dans les périodes préélectorales pour minorer artificiellement les dépenses  ont été utilisés par  l’équipe précédente : la charge des dépenses publiques en faveur des fonctionnaires a été sous-budgétée, la comptabilisation de la recapitalisation d’Areva a été assurée de « manière désinvolte », des impasses substantielles ont été réalisées sur les secteurs de l’agriculture, de la  défense et du travail, sans  compter les engagements d’augmentation de traitements dans la  fonction publique dont les effets devaient se faire sentir dans les années à venir. Au total, la Cour des Comptes évalue à quelques cinq milliards le manque à gagner  pour cette année, qui ferait passer le déficit à 3,2% du produit intérieur brut, mais l’effet boule  de neige se répercuterait sur 2018,  de sorte qu’on arriverait rapidement à un manque à gagner qui pourrait dépasser dix milliards d’euros.

Certes, la reprise  de l’économie, un peu plus forte que prévue, permettrait d’espérer des recettes fiscales plus élevées qui réduiraient la facture. Il reste que si Emmanuel Macron ne veut pas être désavoué vis-à-vis de ses pairs européens, il doit trancher dans le vif et réduire les dépenses publiques, ce véritable rocher de Sisyphe devant lequel se sont  inclinés tous ses prédécesseurs. La Cour des Comptes propose des mesures énergiques,  telles  que le  non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, la réduction des aides et subventions dans la  plupart des secteurs. Le gouvernement  sera tenté de commencer par le plus facile, en renonçant à certaines promesses qui engageaient des crédits nouveaux alors qu’elles seraient pourtant essentielles à la modernisation du pays comme la transformation du CICE en baisse de charges sociales ou la réforme de l’ISF, afin de maintenir au moins en partie la réduction annoncée de la taxe d’habitation. Et l’on risque d’assister au retour en force de la politique traditionnelle  du rabot où les mesures à courte vue prennent la  place des réformes de fond toujours différées.


Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine. Voir la bio en entier

 

Enregistrer