linternaute.com

 

Résultat du dernier sondage, ça roule pour Macron

Fabien Dabert, Mis à jour le 05/06/17 15:13 Linternaute.com
17-21 minutes

Législatives 2017 : résultat du dernier sondage, ça roule pour Macron ELECTIONS LEGISLATIVES - Qui est candidat dans votre circonscription ? Emmanuel Macron aura-t-il une majorité après les résultats des élections législatives ? Dernières actus sur les législatives 2017.

Cherchez les candidats par circonscription en saisissant le nom d'une ville ou d'un département

Sommaire

L'essentiel - Les élections législatives 2017 ont lieu en France dans une semaine à peine désormais et les derniers sondages sur ces législatives semblent donner un boulevard aux troupes d'Emmanuel Macron. Découvrez dans cette page spéciale la liste des candidats par département et par ville. Recherchez les candidats de votre circonscription grâce à notre moteur de recherche ci-dessus ou cliquez sur notre carte interactive. Retrouvez aussi plus bas toutes les actualités de la campagne des législatives.

Candidats aux élections législatives 2017

En direct : les dernières infos sur les élections législatives 2017

15:13 - Quelles sont les professions des candidats ?

1 525 candidats en lice sont cadres de la fonction publique ou exercent une profession intellectuelle et artistique. Cela représente près d'un candidat sur cinq aux législatives 2017. Autre catégorie socio-professionnelle particulièrement bien représentée : celle des cadres d'entreprise. Ils sont 1 102 candidats, soit 14% dans cette catégorie. Viennent ensuite les retraités (13,60%) ou encore les professions libérales (9%). Les ouvriers (1,75%), agriculteurs (1,38% ) et artisans (1,1%) sont en revanche très peu présents.

14:26 - 130 candidats aux législatives prénommés Michel

Avec 7 882 candidats en lice, il est évident que certains prénoms finissent par revenir. Selon Le Monde, qui a étudié la liste des candidats, Michel est le nom de baptême qui ressort le plus souvent, avec 130 candidats concernés. 103 Philippe et 88 Christophe sont également en lice. Côté femme, Isabelle remporte le prix du prénom le plus récurrent, avec quelques 78 candidates ainsi prénommées. Viennent ensuite les Catherine (69) et les Anne (60). Comme le souligne le quotidien, "l’étude des prénoms donne une petite indication de la génération à laquelle appartiennent les candidats – et d’un déficit global de diversité".

13:49 - Quels sont les deux partis qui soutiennent plus de femmes que d'hommes ?

Comme le souligne Le Monde, le Parti radical de gauche et La République en Marche sont les deux partis qui soutiennent plus de candidates que de candidats à l'élection législative 2017. Le premier a investi 33 femmes (53%) contre 29 hommes (47%), tandis que le parti d'Emmanuel Macron propose 232 candidates, contre 229 candidats. Avec 51% d'hommes, contre 49% femmes, le Front national et le MoDem respectent à peu près la parité. Ce qui est loin d'être le cas des socialistes et des Républicains qui soutiennent respectivement 44% et 39% de femmes. La France insoumise ne fait guère mieux, avec 47% de femmes investies.

13:09 - NKM largement battue à Paris

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Journal du Dimanche et Sud Radio paru hier, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR dans la 2e circonscription de Paris, serait battue par le candidat de La République en Marche, Gilles Le Gendre. Ce dernier est crédité de 42% des intentions de vote, contre 24% pour NKM. 

12:12 - Les Républicains revoient leur objectif "à la baisse"

Dans une interview donnée lundi au Figaro, Philippe Goujon, député-maire du 15e arrondissement de Paris, est revenu sur les ambitions de son parti Les Républicains à une semaine du premier tour des élections législatives 2017. L'élu parle désormais de "maintenir ses positions" dans la capitale. "On avait envisagé de gagner une voire deux circonscriptions, mais notre objectif a été revu à la baisse", a-t-il estimé. La percée du parti d'Emmanuel Macron, La République en Marche, largement donné en tête par de nombreux sondages, menace en effet les ambitions du parti. 

11:47 - Jean-Christophe Cambadélis reconnaît sa "part de responsabilité"

"Ma part de responsabilité est de ne pas avoir maintenu l’unité de l’ensemble des socialistes, il y a d’autres responsabilités, on en parlera en temps et en heure", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis à CNews. Et d'ajouter : "Je n’ai pas réussi à faire en sorte que les socialistes soient unis malgré mes demandes, mes discussions… [...] Je pense qu’aujourd’hui comme demain, s’il n’y a pas l’unité des socialistes et de l’ensemble de la gauche, il peut y avoir une déroute des socialistes dans une défaite historique de la gauche."

11:02 - Les premiers résultats des élections législatives attendus ce soir

Près de 1,3 million de Français ont d'ores et déjà voté ce week-end. Les Français de l'étranger se sont en effet prononcés samedi 3 juin, pour ceux résidant sur le continent américain, et dimanche 4 juin pour les autres. Ces premières indications sur la composition de la future Assemblée nationale seront rendues publiques ce lundi en soirée sur les sites des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Le second tour des élections législatives 2017 aura toutefois lieu le 18 juin prochain, comme en France ou encore dans les DOM-TOM. Les Français habitant sur le continent américain se prononceront eux en revanche le samedi 17 juin. 

09:51 - Allons Enfants, le parti des 18-25 ans, présente 58 candidats aux législatives 2017

Ils ne sont pas du même bord politique et n'ont pas voté pour les mêmes candidats à la présidentielle 2017, mais ils ont un point commun : ils ont tous entre 18 et 25 ans. Fondé en 2013 sous l'impulsion de Pierre Cazeneuve, étudiant à HEC, le parti des jeunes présente 58 candidats à l'occasion des élections législatives. L'objectif ? "Renouveler la classe politique", estime le chef de parti. Mais détrompez-vous, Allons Enfants n'est pas une filiale d'En Marche !, même s’"il y a des points communs". "Nous allons par exemple beaucoup plus loin que Macron sur l’écologie et les réformes institutionnelles, thèmes que nous considérons comme primordiaux", explique Pierre Cazeneuve à 20 Minutes, qui reconnaît également des points communs avec d'autres candidats tels que Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Fillon.

02/06/17 -  11:50 - Dernier sondage : Large majorité pour La République en Marche et le MoDem

Selon un sondage Harris Interactive/Indeed pour LCP, la République en Marche est en tête avec 31% (=) des intentions de vote, suivie des Républicains-UDI (18%, =), du Front national (18%, -1), de la France insoumise (11%, -3), du Parti socialiste (8%, +1) et d'EELV (3%). Debout la France, le Parti communiste, l'extrême gauche et divers droite obtiennent chacun 2% des intentions de vote. Enfin, les divers gauche ont 1% des voix et l'extrême-droite moins de 0,5%. Concernant la projection, LREM obtiendrait 330 à 360 sièges, LR-UDI 135 à 150 sièges, le PS 30 à 44 sièges, la France insoumise-PCF 15 à 25 sièges et le FN 8 à 22 sièges.

02/06/17 -  11:30 - Dernier sondage : entre 395 et 425 sièges sur 577 pour La République en Marche et le MoDem

Selon l'étude du Cevipof réalisée par Ipsos Sopra-Steria pour Le Monde, La République en Marche obtient 31% des intentions de vote, devant Les Républicains-UDI (22%), le Front national (18%), la France insoumise (11,5%), le Parti socialiste (8,5%), le Parti communiste (2%). Selon la projection d'Ipsos, La République en Marche et le MoDem pourraient avoir entre 395 et 425 sièges sur 577. Les Républicains-UDI auraient 95 à 115 sièges, le Parti socialiste 25 à 35 sièges, la France insoumise 10 à 20 sièges et le Front national 5 à 15 sièges.

01/06/17 -  19:00 - Quand un ministre menace un député

Daniel Fasquelle, député-maire LR, a annoncé au Parisien-Aujourd'hui en France qu'il allait porter plainte contre le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, "auprès du procureur de la République de Paris et auprès de la Cour de justice de la République", la seule à être habilitée pour juger les membres du gouvernement en fonction. Les griefs ? "Menace, chantage et abus de pouvoir". Daniel Fasquelle reproche à Gérald Darmanin de l'avoir menacé dans un SMS paru dans la presse de "publier [ses] lettres de demandes d'interventions fiscales" par vengeance de certains de ses tweets. "Bonjour Daniel, cela fait plusieurs fois que je lis des messages très loin d'être sympathiques sur moi. Faut-il que je soutienne le candidat En marche ! dans ta circonscription ? Ou bien que je publie les lettres de demandes d'interventions fiscales que tu m'envoies depuis ma nomination ?", aurait envoyé le ministre au député.

01/06/17 -  17:15 - Dernier sondage : Majorité absolue pour La République en Marche

Selon le LégiTrack Opinionway-Orpi pour Radio Classique et Les Echos, la République en Marche continue sa progression (29%, +1), devant les Républicains-UDI (20%, =), le Front national (18%, -1), la France insoumise (13%, -2), le Parti socialiste (9%, -1), le Parti communiste (3%, +1), EELV (2%), divers droite (2%), divers gauche (1%) et l'extrême gauche (1%). Pour la projection en nombre de sièges, LREM obtiendrait entre 335 et 355 sièges, LR-UDI entre 145 et 165 sièges, la France insoumise et le Parti communiste entre 24 et 31 sièges, le PS entre 20 et 35 sièges et le Front national entre 7 et 17 sièges. La République en Marche obtenant plus de 289 sièges, le mouvement aurait la majorité absolue.

PAGE SPECIALE LEGISLATIVE - Tout comprendre à l'élection - Les prochaines élections législatives ont vocation à donner au président élu la majorité nécessaire pour gouverner le pays. Car si c'est bien l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel qui structure l'organisation de la vie politique française, ce sont les élections législatives qui confèrent à l'exécutif et au gouvernement les moyens de réformer le pays une fois que la confiance des députés de la Nation a été exprimée. Après le résultat de la présidentielle 2017, ce scrutin permettra donc aux citoyens français d'élire au suffrage universel direct leur député, le représentant de leur circonscription, chargé durant son mandat de voter les lois après en avoir débattu au sein de l'Assemblée nationale.

Quatre blocs politiques se font face dans ces élections législatives : la gauche - divisée entre le PS, le PCF, EELV et la France insoumise ; le centre social-libéral d'Emmanuel Macron ; la droite LR et UDI, et l'extrême droite. 4 blocs qui représentent peu ou prou entre 20 et 25% de l'électorat. Voilà qui promet des élections législatives localement très diverses, qui devraient faire apparaître de nombreuses triangulaires, avec diverses forces en présence selon les régions.

Quels scénarios pour le président élu ? Trois possibilités : il obtient la majorité absolue ; il parvient à s'octroyer le vote de confiance des députés, même avec une majorité de circonstance, composée de groupes EM!, de droite et de gauche acquis à sa cause. Enfin, autre hypothèse : une autre formation politique, LR et l'UDI ou bien la France Insoumise ou bien le FN, remporte une majorité de sièges. Dans cette configuration, Emmanuel Macron sera contraint de présider le pays dans le cadre d'une cohabitation. C'est peu probable.

Date des prochaines élections législatives 

Les élections législatives organisées à la suite des prochaines élections présidentielles auront lieu les 11 et 18 juin 2017. Les dates ont été fixées officiellement en conseil des ministres le 4 mai 2016. Le scrutin intervient quelques semaines après l'élection présidentielle, qui a eu lieu les 23 avril et 7 mai prochains. Les députés seront alors élus pour la 15e législature de la Ve République, jusqu'en 2022, puisque les législatives ont lieu tous les 5 ans. La loi organique du 15 mai 2001 fixe au troisième mardi du mois de juin la fin des pouvoirs des élus de l'Assemblée nationale, cinq ans après leur désignation. Mais la Constitution française prévoit également des élections législatives dans le cas où le président de la République décide de dissoudre l'Assemblée nationale. Dans ce cas de figure, le mandat des nouveaux députés est bien de 5 ans, mais un nouveau président élu a toujours la capacité de convoquer une nouvelle élection législative s'il le souhaite.

Sondages des législatives 2017 : Large majorité pour La République en Marche-MoDem

A côté d'enquêtes locales ciblées sur quelques circonscriptions, les instituts de sondages réalisent pour les législatives 2017 deux types d'études : la première donne les intentions de vote pour le premier tour, la seconde la projection du nombre de sièges par parti à l'Assemblée nationale. Selon l'étude du Cevipof Ipsos Sopra-Steria pour Le Monde (2 juin), La République en Marche obtient 31% des intentions de vote, devant Les Républicains-UDI (22%), le Front national (18%), la France insoumise (11,5%), le Parti socialiste (8,5%), le Parti communiste (2%). Selon la projection d'Ipsos, La République en Marche et le MoDem pourraient avoir entre 395 et 425 sièges sur 577. Les Républicains-UDI auraient 95 à 115 sièges, le Parti socialiste 25 à 35 sièges, la France insoumise 10 à 20 sièges et le Front national 5 à 15 sièges. Selon le sondage Harris Interactive-Indeed pour LCP, la République en Marche est en tête avec 31% (=) des intentions de vote, suivie des Républicains-UDI (18%, =), du Front national (18%, -1), de la France insoumise (11%, -3), du Parti socialiste (8%, +1) et d'EELV (3%). Debout la France, le Parti communiste, l'extrême gauche et divers gauche obtiennent chacun 2% des intentions de vote. Enfin, les divers gauche ont 1% des voix et l'extrême-droite moins de 0,5%. Concernant la projection, LREM obtiendrait 330 à 360 sièges, LR-UDI 135 à 150 sièges, le PS 30 à 44 sièges, la France insoumise-PCF 15 à 25 sièges et le FN 8 à 22 sièges. Le sondage LégiTrack Opinionway-Orpi pour Radio Classique et Les Echos (1er juin) montre une progression du mouvement d'Emmanuel Macron (29%, +1), devant les Républicains-UDI (20%, =), le Front national (18%, -1), la France insoumise (13%, -2), le Parti socialiste (9%, -1), le Parti communiste (3%, +1), EELV (2%), divers droite (2%), divers gauche (1%) et l'extrême gauche (1%). Pour la projection en nombre de sièges, LREM obtiendrait la majorité absolue avec 335 à 355 sièges, LR-UDI entre 145 et 165 sièges, la France insoumise et le Parti communiste entre 24 et 31 sièges, le PS entre 20 et 35 sièges et le Front national entre 7 et 17 sièges.

Retrouvez ci-dessous toutes les données relatives aux intentions de vote pour les législatives dans notre compilateur de sondages :

Candidats aux élections législatives : l'essentiel par parti

Candidats aux législatives à gauche

Au PS et chez EELV : La liste complète des candidats socialistes aux élections législatives est disponible, consultable sur ce document officiel. Les écologistes ont investi des candidats dans 459 circonscriptions. La liste des candidats EELV est disponible iciA la "France insoumise" et au Parti communiste : La formation politique de Jean-Luc Mélenchon a officiellement désigné tous ses candidats et a mis en ligne une carte interactive pour présenter les femmes et les hommes investis dans chaque circonscription (à retrouver ici). Le PCF a dévoilé sa propre liste de candidatures (à retrouver ici).

Candidats aux législatives En Marche!

Emmanuel Macron avait fixé un certain nombre de critères pour les investitures : "La moitié au moins seront des nouveaux candidats, qui viennent de la société civile, qui viennent de la vie active". Et d'ajouter d'autres exigences : "parité", "probité" (casier judiciaire vierge), "pluralisme et cohérence". L'équipe d'Emmanuel Macron a révélé sa liste définitive de candidats investis le jeudi 11 mai 2017 (à retrouver ici).

Candidats aux législatives à droite

A droite, chez LR, les débats sur les investitures ont été animés. En cause, la volonté initiale de Nicolas Sarkozy d'attribuer les circonscriptions aux candidats bien avant les primaires de la droite et du centre. La désignation de François Fillon puis sa défaite ont changé la donne. Retrouvez la liste complète de tous les candidats LR investis pour les législatives sur cette page du site officiel du parti LR et tous les candidats de l'UDI sur cette page

Candidats aux législatives au FN

Marine Le Pen a bouclé ses listes. Marion Maréchal Le Pen, la seule élue FN à l'Assemblée nationale, ne sera pas candidate dans le Vaucluse, elle a en effet décidé de se retirer temporairement de la vie politique. Florian Philippot est investi dans la 6e circonscription de Moselle. L'apparenté FN Gilbert Collard sera candidat dans le 2e circonscription du Gard. Retrouvez la liste complète des candidats investis pas le FN sur cette page du site officiel du parti.

Par ville

► Voir toutes les villes

Elections législatives : fonctionnement et mode de scrutin

Les députés sont élus au suffrage universel, dans un scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Il y a en réalité autant d'élections qu'il y a de circonscriptions, c'est à dire 577 depuis la révision constitutionnelle de juillet 2008. Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit recueillir la majorité absolue des voix, et au moins 25 % de suffrages d'électeurs inscrits sur les listes électorales. Si ce n'est pas le cas, est organisé un second tour entre les candidats ayant obtenu au minimum 12 % des voix des électeurs inscrits et qui souhaitent se maintenir. A l'issue du second, le candidat ayant obtenu le plus de suffrages exprimés sur son nom est élu député. En cas d'égalité parfaite en nombre de voix, le code électoral indique que c'est le candidat le plus âgé qui remporte l'élection.

Résultats des élections législatives

Les résultats des élections législatives en 2012

Après la victoire de François Hollande en mai, les citoyens français ont donné au gouvernement une majorité de gauche à l'Assemblée nationale, avec au total 331 députés. L'UMP (aujourd'hui Les Républicains) est tout de même parvenue à faire élire 229 députés. Le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon est aussi présent avec 10 élus au Palais Bourbon. Seuls deux parlementaires du Modem y siègent encore, c'est autant que le nombre de représentants du Front national. Parmi les personnalités battues lors de ces élections figurent François Bayrou, Ségolène Royal, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Claude Guéant, Nadine Morano, Michèle Alliot-Marie, Rama Yade.