premium.lefigaro.fr

 

Le Figaro Premium - 2016, année record de création d'emplois dont ni Hollande ni El Khomri ne profiteront

 

LE SCAN ÉCO - C'est confirmé: les nombres d'emplois créés et de chômeurs en moins ont été les plus importants l'année dernière depuis 2007. Une excellente nouvelle dont le président de la République et sa ministre du Travail ne pourront pas bénéficier politiquement, tellement ils sont l'un et l'autre démonétisés dans l'opinion.

La vie est parfois mal faite. À en croire les statistiques sur l'emploi salarié que vient de publier l'Insee, 2016 est - et de loin - la meilleure année du quinquennat en termes de création nette de postes, avec un très joli (provisoire) +191.600 emplois créés dans les secteurs principalement marchands de l'économie française, dont 62.200 rien qu'au 4e trimestre. Il s'agit donc non seulement de la meilleure performance trimestrielle et annuelle depuis le début du mandat de François Hollande, mais aussi depuis l'ère Sarkozy puisqu'il faut remonter au 1er trimestre 2007 et à l'année 2007 dans son ensemble pour retrouver de meilleurs résultats sur trois et douze mois. Le rebond de l'emploi salarié est continu depuis le milieu de l'année 2015 et porte à 300.200 le nombre de créations de postes dans l'économie marchande sur 7 trimestres.

Corrélée à la baisse de 111.300 chômeurs enregistrés l'année dernière en catégorie A par Pôle emploi en France entière (DOM compris), la hausse sur quatre trimestres des créations d'emplois fait de 2016 la meilleure année observée sur le front de la lutte contre le chômage depuis 10 ans. Une performance qui n'a pas échappé à la ministre du Travail. «Le redressement de notre économie est aujourd'hui pleinement confirmé: le soutien aux entreprises a permis à celles-ci de retrouver des marges qui leur permettent d'investir de façon très dynamique et de recréer de l'emploi à un rythme que nous n'avions pas connu depuis neuf ans, souligne Myriam El Khomri. Ces chiffres traduisent une tendance claire: notre économie crée de plus en plus d'emplois, de plus en plus rapidement. Notre politique économique ayant besoin de continuité et de temps pour produire des résultats solides et durables, le gouvernement poursuivra ses efforts jusqu'à la fin de son mandat pour consolider la dynamique observée».

«Ce développement durable de l'emploi salarié est un élément supplémentaire qui témoigne de la reprise de l'activité économique»

Certes, ces bons résultats ne doivent rien au hasard. La reprise de l'emploi salarié, notamment dans les services (+151.300 hors intérim sur un an et +220.500 avec) tient, il est vrai, à la petite reprise économique qui se confirme même si la croissance du PIB reste très faible (+1,1% sur l'année, d'après l'Insee) mais aussi au coup de pouce de l'État. Via le CICE, le crédit d'impôt compétitivité emploi équivalent à une baisse du coût du travail de 6% de la masse salariale des entreprises qui distribuent des salaires inférieurs à 2,5 smics, et ce pour une enveloppe de 20 milliards d'euros sur l'année. Mais aussi grâce à la prime «Embauche PME» instaurée en janvier 2016 à destination de toutes les entreprises de moins de 250 salariés qui recrutent une personne en CDI ou en CDD de plus de 6 mois.

Cette subvention (prime de 4000 euros sur 2 ans, 500 euros par trimestre) a été demandée plus d'un million de fois l'année dernière. «Ce développement durable de l'emploi salarié est un élément supplémentaire qui témoigne de la reprise de l'activité économique après les rebonds observés de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages», préfère voir Myriam El Khomri qui ne manque pas de se féliciter, généralement, du succès de ce dispositif dont le terme interviendra... en juin prochain, soit juste après l'élection du nouveau président de la République. Idem pour la baisse record enregistrée sur le front du chômage, une première là encore depuis 2007, largement due au transfert d'inscrits de catégorie A (mais aussi B et C) vers la D qui recense entre autres les demandeurs d'emploi envoyés en formation. Selon les statistiques officielles de Pole emploi rendues publiques le mois dernier, on estime que le basculement vers la catégorie D a concerné en 2016 quelque 70.000 personnes. Soit l'équivalent des deux tiers de la baisse constatée.

«2016, une année capitale pour le redressement du pays: 191.700 emplois créés et baisse de 107.400 du nombre de demandeurs d'emploi sans activité»

Reste que ni François Hollande ni Myriam El Khomri ne profiteront politiquement de ces (indéniables) bons résultats. Le président de la République, qui a choisi en décembre de ne pas se représenter, est en effet totalement démonétisé et n'imprime plus dans l'opinion. Et ce alors qu'il a fini par tenir sa promesse de réussir à inverser durablement la courbe du chômage et faire repartir à la hausse celle de l'emploi salarié. Il peut dire ce qu'il veut, il est devenu transparent. Il l'est tellement que les Français ne croient aux (bons) indicateurs qui défilent, croyant à une énième manipulation de l'exécution. De plus, son bilan depuis sa prise de fonction reste mauvais: +122.300 emplois créés dans l'économie en 18 trimestres quand nos voisins comptent en demi-million ou million de nouveaux postes, et +600.200 chômeurs de plus inscrits en catégorie A à Pôle emploi par rapport à mai 2012 alors que, là encore, la décrue est largement amorcée dans les pays environnants. D'ailleurs le président n'a pas réagi ce vendredi matin, laissant sa ministre du Travail faire, seule, le (sale?) boulot...

Quant à Myriam El Khomri justement, qui collectionne/concentre depuis son installation rue de Grenelle en septembre 2015 tous les records en matière d'emplois créés (+268.300) et de baisse du chômage (-100.800 inscrits en catégorie A et pas moins de 9 baisses enregistrées sur les 15 observées pendant le quinquennat) par rapport à tous ses prédécesseurs des 10 dernières années, elle n'en tire pas non plus profit, tellement elle est marquée en fer rouge par la loi qui porte son nom. Elle n'a ainsi remporté en novembre l'investiture socialiste pour les législatives de juin dans son fief du 18e arrondissement que de 30 petites voix sur le militant PS qui se présentait contre elle. Et Benoît Hamon, le vainqueur de la primaire socialiste en janvier, était probablement le candidat qui promettait d'aller le plus loin dans le démantèlement de son texte législatif...