Territoires et transition énergétique : l’exemple de la Métropole Européenne de Lille et du Pays de Fayence ; les espoirs de Ouarzazate et de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine.

Je trouve sur le site de la CdC du pays de Fayence, lien vers cette position de thèse d'un postulant au titre de docteur en géographie.


Cette thèse est consacrée à la décentralisation énergétique territoriale. Elle défend la montée en puissance des territoires dans la transition énergétique en prenant en compte les facteurs d’influence comme la démographie, la révolution technologique et numérique, la dérqglementation des marchés de l’électricité et du gaz, la décentralisation. La problématique est de voir si le développement des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être stimulé par le haut, par des décisions et des objectifs mondiaux, européens et nationaux qui sont ensuite transposés dans les territoires. Les territoires doivent-ils plutôt initier et faire remonter des initiatives locales et des bons aménagements énergétiques pour que la région et la nation les agrègent ? Comment les intercommunalités, les nouvelles métropoles et les régions élargies montent-elles en puissance sur les questions énergétiques et climatiques ? Comment les nouveaux schémas et plans régionaux s’articulent-ils avec les documents d’urbanisme locaux ? L’autonomie énergétique des territoires est-elle souhaitable, possible et compatible avec la solidarité, dans une France traditionnellement centralisée ? Comment organiser la meilleure gouvernance dans les territoires pour les projets concernant l’énergie, l’air et le climat ? Lire cette position de thèse.

Concernant notre pays de Fayence, je trouve curieux que la CdC ait vendu à cet étudiant que nous  serions autonomes en production d'énergie électrique renouvelable. Il considère pour cela deux centrales hydrauliques d'EDF sur la Siagne , la centrale EDF du barrage du lac de Saint-Cassien et le parc photovoltaïque d'Eneryo.

La centrale hydro-électrique de haut de chute (321m) à 2 groupes Pelton de 4.8MW, construite en 1906 sur  la Siagne, en amont du pont,   est sur la commune de Saint-Cézaire (06); sa production est appelée en pointes, La centrale de Tanneron construite en 1986,  au fil de l'eau  à 2  groupes Kaplan de 1.4MW est sur la commune du Tignet (06). La centrale de Saint-Cassien de 18.5MW construite en 1966, 1 groupe et 112m de chute, est construite depuis 1966. Ces centrales n'ont rien à voir avec la transition et l'autonomie énergétique du pays de Fayence. Il n'y a que la centrale photovoltaïque Eneryo à Callian avec ses 7MW qui s'inscrit dans la transition énergétique, objet de cette thèse; elle sert aussi aux périodes de pointes.

J'invite donc la CdC à revoir sa position et à envisager, comme je l'ai dit dans ailleurs dans ce blog, une deuxième centrale photovoltaïque de 7MW au Jas de la Maure.

Plus:

  1. Barrage de Saint-Cassien | CdC
  2. Les centrales hydrauliques de la Siagne
  3. Réflexions sur le marché et les prix de l'électricité