Edit link:
Short link:

Nouveau journal édition hiver 2018

 

Le Nouveau Journal hiver 2018 est sorti et disponible dans les commerces; il a été distribué par courrier aux membres de l'association à jour de leurs cotisations. Une édition de 49 pages contenant 38 articles et contributions  de lecteurs et habitants du pays de Fayence. 49 pages, 38 articles, c'est lourd. Le NJ continue avec bonheur; beaucoup d'informations intéressantes, des bonnes et des moins bonnes. Chacun est libre de s'y exprimer à sa guise, de dire sa pensée et sa vision des choses. Mais chacun est libre aussi d'en penser ce qu'il veut. Un journal  qui accepte tels quels les propos de ceux qui veulent y écrire,  sans filtrage éditorial ou si peu. Il y a bien sûr un droit de réponse de la même manière, mais vu la fréquence trimestrielle des éditions, des idées militantes voire erronées peuvent faire des dégâts chez certains qui sont prompts à être zadistes et casseurs d'opinions.

Je m'en prends à l'article d'Hélène Gluck sur le projet Suez à Fonsante que voici. Un exercice d'humour et d'ironie sarcastique pour démolir un projet, diffuser la peur, et entretenir l'opposition viscérale des  Adrets à tout projet sur Fonsante depuis la fermeture de la mine en 1987, il y a 31 ans.

Heureusement HG se déclare incompétente en quelques aspects seulement! Je n'en relèverai qu'un seul : la  toxicité présumée des rejets de traitement du minerai par l'atelier de flottation. Je vais devoir être un peu technique. Ce traitement du minerai  n'a été adopté qu'après 1965 par Sogerem, la filiale minière de Péchiney. Cela consiste à broyer le minerai finement par des broyeurs à boulets - à moins de 0.15mm - afin de libérer les minéraux, dont le spath fluor (fluorure de calcium),  et pouvoir ainsi le séparer des minéraux non utiles dits stériles. La flottation consiste à faire passer les matériaux ainsi broyés dans des bacs d'environ 1m3  où ils sont agités par une machine avec injection d'air. La flottation joue sur les propriétés de surface différentes des minéraux  dans  l’eau, et en présence d’air. Le broyat est  mis en solution dans de l’eau pour former une  pulpe à laquelle est ajouté un réactif chimique appelé collecteur  qui va donner aux particules minérales à flotter un caractère hydrophobe, ce qui les fait monter à la surface tandis que ceux qui sont hydrophiles vont descendre. Pour accroître l'efficacité de cette séparation, on ajoute des additifs chimiques et des agents moussants. Le spath fluor hydrophobe se concentre alors dans les mousses à la surface tandis que les autres minéraux devenus plus lourds, car hydrophiles,   se concentrent en bas.  Il est ainsi possible de  les séparer.

L'image ci-dessous montre une usine de flottation comme il y avait à Fonsante.

  La majeure  partie des produits ajoutés  est partie avec le spath fluor expédié; une autre partie est dans les stériles mis en tas, une troisième est partie dans les mousses de l'eau du traitement et a été décantée.

J'ai donné ces détails techniques pour expliquer le choix du collecteur et des additifs.  On trouvera plus de détails dans cette étude du BRGM qui date de 2011 justement pour évaluer les risques sanitaires liées au traitement des minerais en France. En voici les deux pages qui concernent Fonsante. La toxicité des stériles stockés est effectivement présumée. Mais il s'est écoulé plus de 30 ans. Et pour éviter tout risque, Suez fera dévier les eaux de ruissellement vers le vallon du Grand Cabrol qui ne débouche pas sur le lac de Saint Cassien.

Je renvoie à mon billet complet sur le projet de Suez ici.

Le projet fera l'objet d'une large consultation publique. En cas de réalisation, il y aura un comité de suivi constitué d'élus et de conseils, afin de s'assurer à tout moment du bon fonctionnement du site: quantité de matériaux entrants, et sortants (recyclés et valorisés), quantités mises en  sites de stockage ultime. La production d'électricité par panneaux photovoltaïques et l'injection dans le réseau basse et moyenne tension, contribuera à assurer la rentabilité financière du projet.

Alors, ne tuons pas encore ce projet dans l'oeuf car nous avons besoin d'un site pour traiter les déchets du BTP dans une filière complète. Voir ces billets sur le sujet.

 

Plus: visiter le site web du Nouveau Journal.



Created: 05/02/2018
Visits: 120
Online: 1