A propos de la vague d'immigrants

 

La semaine dernière, une jeune femme qui rentrait chez elle à Calais après son travail a été traînée dans un bosquet et violée par un jeune Érythréen de 22 ans.  Ce même Érythréen avait sans doute fui son pays, véritable prison à ciel ouvert, seul pays au monde où le service militaire n’a pas de limite de durée et s’apparente à des travaux forcés.  Pour fuir cet enfer, il a probablement traversé des déserts, risqué sa vie à maintes reprises, manqué de couler au large de la Lybie avant de finalement arriver en Europe, terre d’espoir et de vie retrouvée.

Le fait divers n’en est pas moins sordide.

Il révèle l’angoisse sourde qui monte dans toute une partie de la population, exclue des ghettos huppés de nos gouvernants insouciants, qui doit dorénavant vivre avec la boule au ventre de l’insécurité quotidienne.

Il n’existe pas de chiffres en France. Mais en Italie, en Suède, en Allemagne, la criminalité explose. Entre migrants pour commencer où 75% des populations de certains centres allemands sont soumises à des violences mais cela déborde partout.

Les faits divers les plus sordides s’accumulent, les statistiques s’empilent, les cris d’alarmes retentissent et sont étouffés par une bureaucratie bruxelloise hors-sol qui n’hésite pas à intimer l’ordre à l’Italie d’accueillir tous les migrants même contre l’avis de la population exaspérée sous peine de sanctions.

Si je relève ce sujet politique, c’est que ses racines sont pour une bonne partie économiques et financières, c’est ce que je voudrais montrer aujourd’hui malgré l’omerta dangereuse qui règne sur le sujet.

Nos villes sacrifiées pour quelques gros sous

Le viol de Calais a bien évidemment été accompagné de son lot de padamalgame et « vous faites le jeu du Front National ».

La maire de Calais qui a écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron s’est faite invectivée par à peu près toute son opposition : En Marche, Parti de Gauche, PS, les Verts...

La palme revient sans doute à Pascal Marié du Parti de Gauche qui trouve que le viol est un « problème pénal, pas politique. C’est inadmissible pour une élue d’instrumentaliser un tel fait ». 

Voilà, c’est aujourd’hui officiel et assumé, la sécurité n’est plus une question politique, nous assistons à l’abandon des fonctions régaliennes de l’État... Triez vos déchêts, payez vos impôts, sauvez les ours blancs, laissez-vous violer, subventionnez votre agresseur et dites-lui merci (avec des fleurs bio-équitables, c’est encore mieux).
 

Des féministes légitiment le viol

En septembre dernier, l’avocate italienne Carmen di Genio, membre du Comité pour l’Égalité des Chances de Salerne en Italie a affirmé lors d’une conférence nationale : « Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’un Africain sache qu’en Italie, sur une plage, on ne peut pas violer. Probablement, ils ne connaissent pas cette règle. »

Pour ceux qui envisageraient une seconde l’ignorance supposée de migrants à moitié sauvages, faut-il préciser qu’ils sont équipés de smartphones indispensables à leur survie pour tracer leur route (GPS), rester en contact avec les autres migrants afin de choisir les meilleurs passages et centres d’accueil, communiquer avec les agences officielles, rester en contact avec leurs familles... Mais en revanche, ils ne savent pas que violer c’est interdit ??

Cette déclaration qui affleure n’est pas isolée. Elles révèle quelque chose de bien plus profond et cynique (continuez votre lecture, vous n’allez pas être déçu).  

Mais alors, on fait quoi ??

Je connais 3 calaisiens et ils sont dégoûtésCalais n’a jamais eu très bonne réputation mais il fallait les écouter vous parler de leur carnaval, de leur Bourgeois, le chef d’œuvre du sculpteur Auguste Rodin, de leur ciel gris confondu avec la mer, de l’acier en fusion descendant en une rivière rougeoyante des aciéries dans la brume du petit matin.

Aujourd’hui leur ville est sacrifiée.

Et pour quoi ? 810 millions d’Africains vivent dans l’extrême pauvreté avec moins de 2$ par jour. Combien faut-il en accueillir en Europe pour faire une différence ? 2 millions par an ? 5 millions ? 36 millions de bébés naissent en Afrique chaque année. C’est une vue de l’esprit de croire que nous allons aider l’Afrique en accueillant sa frange de population la plus vaillante et entreprenante.

Pourquoi ne pas régler les problèmes sur place plutôt que de les « importer » (vous allez voir, à ça aussi il y a une raison).

Mais à Calais comme ailleurs, ils n’ont pas même le droit de s’en tourmenter, les ingrats.

Le grand mistigri des migrants

La mairie de Paris évacue régulièrement des campements sauvages au bois de Vincennes. Mais où donc emmènent-ils les migrants ?

Il y a quelques temps, le Samu Social en a rempli 2 bus. Ils ont roulé vers la Normandie et dès qu’ils eurent quitté l’Île-de-France, ils s’arrêtèrent au premier hôtel F1, ils payèrent 15 jours d’hôtel et partirent. Le préfet de l’Eure apprit le lendemain par voie de presse qu’une centaine de migrants attendaient de la nourriture.

D'autres témoignages montrent des maires qui font circuler régulièrement des populations de migrants de commune en commune quand les populations deviennent trop excédées. 

Et pourquoi donc ne devrait-on pas en parler ?

Pourquoi ne devrait-on pas débattre de ce sujet de société qui touche chacun d’entre nous de près ou de loin ?

Alors tans pis, je vais mettre les pieds dans le plat.

L'arnaque : vous avez besoin des migrants pour payer votre retraite

Car ce sujet, comme je vous le disais, est éminemment économique.

Et c’est peut-être le plus dramatique... Tout ça, c’est pour une affaire de gros sous.

Ce n’est d’ailleurs pas moi qui le dit mais la député Cecilia Wikström dans un magnifique clip de propagande réalisé par la chaîne de télévision du parlement européen (vous ne saviez sans doute même pas qu’elle existait mais c’est vous qui la payez) :

La démographie nous montre que notre continent va avoir besoin que des personnes viennent y travailler et s'y installer pour pouvoir maintenir partout le niveau de nos systèmes de sécurité sociale.

Lisez bien cette phrase. Tout y est : on a besoin des migrants pour payer les retraites et la Sécu.

Le raisonnement économique est d’ailleurs simple : 

  • Pas d'État providence sans croissance : Le modèle actuel d’État providence ne tient pas sans croissance. Pas de retraites, pas de Sécu, pas d’État solvable ;
  • Or, comme le rappelait Olivier Delamarche lors de sa dernière conférence, il n’y a pas de croissance économique sans croissance démographique...
  • La transition démographique est terminée partout dans le monde sauf en 2 endroits : l’Inde et l’Afrique

=> Il n’y a plus qu’à faire venir des Africains. 

Sauf que cela ne marche pas comme ça.

Et là il ne s’agit plus de raisonnements boiteux mais d’observations simples :

Les 3/4 des migrants allemands n’ont pas de travail au bout de 5 ans !

L’observation est faite par le commissaire allemand pour les réfugiés et rapportée par le journal L’Express et le Financial Times : 

Jusqu’à trois quarts des réfugiés qui bénéficient de l’asile en Allemagne sont toujours sans travail cinq ans plus tard, et parfois même 10 ans plus tard, pour certains. Ce constat est celui dont Aydan ÖzoÄuz, le commissaire pour les réfugiés, l’immigration et l’intégration, a fait part au journal britannique Financial Times. 

Bon, tant pis pour votre retraite. Avec 5 à 10 ans sans travail et donc à la charge complète des États qui les accueillent, il va être compliqué d’inverser la tendance. Je vois mal comment l’apport pourra être positif d’un point de vue strictement économique.



Created: 12 days ago
Views: 6
Online: 0